AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Just you and me ✣ Maëlys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Just you and me ✣ Maëlys   Dim 9 Oct 2016 - 18:43


Just you and me Ft. Maëlys

C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience. C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Une nouvelle dispute avait éclater le matin même entre les deux jeunes amoureux. Autant dire que ce n’était pas vraiment la joie en ce moment. Aden se demandait même comment ils avaient fais pour en arriver là. Sérieusement, ils se disputaient pour des broutilles. La preuve, ce matin là, ça avait été pour une vaisselle non faite. Et c’était partit en vrille. Avant même que le brun réagisse pour arranger les choses, sa belle s’était envolée, claquant la porte derrière elle pour la journée. Aden avait passé la plupart de sa matinée assit sur le canapé. Pour se calmer, il n’avait rien trouvé de mieux que de s’installer devant une série. Autant dire que ça ne fonctionnait pas des masses. il n’arrêtait pas de ruminer sa conversation du matin avec Maé. Ça le rendait malade, complètement. Il en avait marre de leurs disputes, et il était vrai que le plus simple était tout simplement de laisser tomber. Mais Aden ne pouvait pas, il aimait beaucoup trop Maëlys pour ça, et il ne comptait pas abandonner de sitôt. Voir même jamais, en fait. Il fallait décemment qu’il se bouge le cul.

Le brun avait donc finir par éteindre la télé et s’était rapidement changer avant de sortir. Il avait une petite idée derrière la tête, et il comptait bien la mettre à exécution. Sa destination: le centre commercial. Il y avait passé pratiquement toute l’après midi, ce qui était très étonnant pour sa part. Après tout, c’était un mec, le shopping, faire les courses, c’était pas tellement son truc. Mais il voulait préparer le dîner parfait pour sa belle, ce soir, et il ne comptait pas lésiner sur les efforts. Il avait d’ailleurs contacter son patron par la même occasion pour le prévenir qu’il ne viendrait pas travailler ce soir là, prétextant être tombé malade. Un mensonge total, oui, et peut être que son patron l’avait deviné, mais Aden savait qu’il ne lui en tiendrait pas rigueur. Depuis qu’il travaillait dans ce bar, il n’avait jamais manqué une seule journée de travail, alors pour une fois… Rentrant chez lui les bras chargés de sacs, le jeune Shalow s’était de suite mit aux fourneaux. Heureusement pour lui, il connaissait les goûts de sa belle sur le bout des doigts et avait acheté de quoi concocter son plat préféré. Avec de la glace à la vanille pour le dessert, bien sûr. Aden était aussi passé chez le fleuristes pour acheter un bouquet de lys, qu’il avait rapidement mit dans de l’eau et disposé au milieu de la table du salon.

Le jeune homme regarda l’heure. Maëlys n’allait pas tarder à rentrer. Il passa par la case salle de bain, et enfila la seule chemise qu’il avait trouvé dans son armoire avec un jean. Ce n’était pas vraiment le top du top niveau classe, mais c’était malheureusement ce qu’il avait de mieux à proposer à sa belle. Il avait ensuite allumé des bougies un peu partout dans l’appartement, dans l’entrée, la cuisine, le salon… Partout. Il se mit à penser qu’il en avait peut être fait un peu trop, mais rien n’était assez beau pour sa princesse. Aden était en train d’allumer la dernière bougie quand il entendit la clé tourner dans la porte d’entrée. Elle était là. D’un dernier regard, il vérifia que tout était parfait avant de rejoindre Maé. Arrivé devant elle, il lui sourit puis se pencha pour déposer un léger baiser sur ses lèvres. « Salut, princesse. » Et puis… Plus rien. Il ne savait pas vraiment quoi dire d’autre. En fait, il était même un peu flippé. Ce ne serait pas étonnant qu’elle l’envoie bouler après leur dispute de ce matin, mais il espérait que ce ne serait pas le cas. Il la connaissait, elle était bornée, et avait tendance à s’emporter pour un rien. Mais c’était aussi pour ses petits défauts qu’il l’aimait, mine de rien.

code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Dim 9 Oct 2016 - 20:31

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


Comment avait-on pu en arriver là? Tout avait été si parfait les six premiers mois... Pourquoi maintenant qu'on vivait ensemble, tout semblait.. différent? Beaucoup plus compliqué qu'avant? Je n'arrêtais pas de me poser tout un tas de questions tout le long de cette journée, depuis que j'avais franchis le seuil de l'appartement en claquant la porte suite à une énième dispute. Bien sûr que je m'en voulais... La raison de notre dispute était une vaisselle pas faite... Une broutille, une bagatelle. Et pourtant, j'avais finit par me mettre en colère ce qui avait enclenché la dispute. Bornée comme j'étais, je n'avais pas envoyé un seul message à Aden de toute la journée et pourtant, j'en crevais d'envie de le faire. C'était tellement idiot... Et tellement fréquent aussi... Mais j'avais trop de fierté pour faire le premier pas. Cependant, ça m'avait quand même rongée toute la journée et suivre mes cours dans cet état n'avait pas été très facile, je devais bien l'avouer. Je pensais plus à Aden qu'à me concentrer sur le sujet de mes cours.

Tout en conduisant pour rentrer, je me demandais si on était pas allé trop vite. Nous n'étions ensemble que depuis six mois après tout. Peut-être qu'on était pas fait pour vivre ensemble. Rien qu'à cette pensée, je soupirai longuement en secouant la tête. Non, il était hors de question de penser comme ça. Il fallait juste qu'on trouve nos marques, qu'on s'organise, et... Peut-être aussi qu'on communique plus sans nous crier dessus pour un oui ou un non, ça pourrait aider. J'arrivai devant l'immeuble et je me garai avant de sortir du véhicule. Je montai jusque devant la porte de l'appartement, mordillai ma lèvre inférieure puis je mis la clé dans la serrure pour entrer et découvrir un tout autre lieu. M'étais-je trompée d'endroit? Non, sûrement pas non. Je savais qu'il devait encore être là mais je ne m'étais pas attendue à découvrir des bougies un peu partout. Je souris doucement en le voyant arriver et à son baiser, bien que léger, sur mes lèvres. « Salut, princesse. » Honnêtement, comment aurais-je pu ne pas tomber amoureuse de lui...? « Je ne suis pas vraiment habillée pour un dîner en amoureux... » Je posai mon sac dans l'entrée ainsi que les clés sur le petit meuble à côté de moi puis je reposai mes yeux sur lui. « Je suis désolée pour ce matin Aden... Je n'aurais pas dû m'énerver contre toi comme je l'ai fais... » Et j'en avais parfaitement conscience. Mais en ce moment, c'était notre train-train quotidien et il fallait absolument qu'on trouve une solution pour remédier à ça. Parce que je refusais de perdre l'homme que j'aimais.

Je retirai ensuite ma veste que j'accrochai sur le porte manteaux de l'entrée et j'enchaînai: « C'est vraiment adorable toutes ces bougies. » Mon sourire se fit plus grand. Comment rester fâchée? Surtout pour si peu? C'était impossible. Sûrement pas devant sa belle gueule d'ange et son sourire à tomber. Puis son regard... N'en parlons pas. Quand je vous disais que je l'aimais, je ne mentais pas, la preuve. Et encore, je n'avais rien vu. Je n'avais pas vu les lys sur la table du salon, ni la glace à la vanille qui m'attendait bien sagement. Cela ne faisait peut-être que huit mois qu'on était ensemble mais j'avais l'impression qu'il savait tout de moi, même les choses les plus intimes. Était-ce-possible de connaître quelqu'un aussi bien en si peu de temps? Visiblement oui. « Mais il me manque encore quelque chose pour que ce soit parfait... » Je m'approchai et posai une main sur sa nuque pour le faire s'approcher de moi et je lui offris un baiser digne de ce nom.

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Dim 9 Oct 2016 - 23:33


 
Just you and me Ft. Maëlys
 
C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience.  C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


On pouvait dire qu’Aden avait mit le paquet. Peut être même un peu trop en réalité. Mais il voulait se faire pardonner, et surtout, laisser leur disputes derrière eux et profiter d’une bonne soirée en compagnie de la femme qu’il aimait. Parce que oui, ça il en était certain. Il aimait Malëlys, comme il n’avait encore jamais aimé personne par le passé. Elle était le soleil qui était venue illuminer sa vie, même si cette dernière n’était pas si triste que ça, elle ne l’avait rendue que meilleure. Et comme tous les couples, ils avaient des hauts et des bas. Mais le brun ne voulait pas laisser ces bas noircir leur bonheur, alors il avait prit les devants. Il ne savait pas vraiment comment sa petite amie allait réagir en rentrant chez eux, et en réalité, ça l’angoissait assez. Mais au moins, même si ça se passait mal, il n’aurait pas le regret de ne pas avoir tenter le coup. En entendant la clé dans la serrure, il s’était empressé de finir d’éteindre la dernière bougie et s’était rendu dans l’entrée. Et découvrit sa princesse qui lui souriait. Sans attendre un instant de plus, Aden l’avait rejoint pour déposer un léger baiser sur ses lèvres et la saluer. Il était plus que ravit de la voir, et aussi qu’elle ne lui hurle pas dessus comme ce matin, c’est vrai. « Je ne suis pas vraiment habillée pour un dîner en amoureux... » Aden secoua la tête en souriant. Il s’en fichait pas mal de la tenue qu’elle portait, pour lui le plus important était qu’elle soit là. « T’es magnifique, je t’assure. » Il n’était peut être pas très crédible de ce côté là. En même temps, il était amoureux alors… Même si elle était complètement défigurée et habillée comme une SDF, il la trouverait quand même splendide.

Il la regarda poser son sac, puis ses clés, comme elle le faisait tous les jours dès qu’elle rentrait. Cela faisait partit de son quotidien depuis quelques temps, mais Aden ne se lassait jamais d’observer ses petits détails qui faisaient de leur vie commune ce qu’elle était. « Je suis désolée pour ce matin Aden... Je n'aurais pas dû m'énerver contre toi comme je l'ai fais... » Le jeune brun ne voulait pas en entendre plus, et pour cela, il avait déposer un doigt sur les lèvres de sa belle. « Non. on va pas parler de ça maintenant. Et on va juste profiter de la soirée, qu’est ce que tu en penses? » Il n’avait vraiment pas envie de se prendre la tête avec ce genre de choses là tout de suite. Certes, c’était une discussion qu’ils devaient avoir, mais se retrouver avant n’était pas plus mal non plus. C’était même mieux, en fait. Au moins ils se détendraient tous les deux, et pourraient avoir cette conversation au calme par la suite. Le calme, sans aucune tempête derrière, du moins Aden l’espérait. Mal retira ensuite sa veste pour l’accrocher au porte manteau alors qu’Aden avait croisé ses bras sur son torse. Il détestait laisser ses mains pendre comme ça à rien faire, et il n’était pas rare de le voir dans cette position en réalité. « C'est vraiment adorable toutes ces bougies. » Aden finit par laisser échapper un petit rire nerveux et se passa une main sur la nuque en détournant le regard. Pas très longtemps pour autant. il ne pouvait pas s’empêcher de plonger ses yeux dans ceux magnifiques de sa princesse. Il pourrait s’y perdre pendant des heures qu’il ne prendrait même pas cela pour une perte de temps. « Je crois que j’ai un peu abusé dessus… T’as pas encore vue le reste de l’appart… » Et ce n’était peut être pas plus mal d’ailleurs. Ça allait leur prendre des plombes à enlever tout ça le lendemain… Mais Aden ne préférait pas y penser pour l’instant. Et puis, peut être qu’ils trouveraient un moyen de s’amuser en enlevant tout ça!

Le brun était heureux de la voir sourire. Il préférait nettement la voir comme ça plutôt qu’en colère et malheureuse. Et c’était bien la dernière chose qu’il voulait, la rendre malheureuse. Elle méritait le bonheur, et plus que n’importe qui à ses yeux. Par le passé, il n’avait jamais pensée autant s’engager avec une femme. Puis il l’avait rencontré, et là sa vision de l’avenir avait changée. Il était enfin prêt à construire une famille, et à faire sa vie avec elle, peu importe le temps qu’il devrait se battre pour obtenir ça, il le voulait.  « Mais il me manque encore quelque chose pour que ce soit parfait... » Aden fronça les sourcils, n’ayant pas comprit ce qu’elle voulait dire par là dans un premier instant. En même temps, il lui arrivait d’être long à la détente quelques fois. Mais il ne tarda pas à deviner le sens de ses paroles. Se laissant entraîner par sa belle, leurs lèvres se rencontrèrent à nouveau en un baiser un peu plus profond que le premier. Aden passa alors ses bras autour de sa taille pour la serrer contre lui, savourant la sensation que lui procurait ce petit corps contre le sien. il mit alors fin au baiser, non sans en avoir profiter un maximum, puis posa son front contre celui de sa belle en la gardant contre lui. « Si tu commences comme ça, tu vas rater ton plat préféré… » Lui servant un clin d’oeil, le brun finit par entraîner sa princesse dans la salle à manger, la laissant découvrir le reste de sa surprise, et le bouquet de fleurs qui était posé sur la table. « J’espère que t’as faim… Je suis pas doué pour évaluer les quantités… » Et il en avait certainement fait de trop. Par peur que sa belle ait encore faim, ou parce qu’il était lui même un gros mangeur? Allez savoir, peut être les deux, au final.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Lun 10 Oct 2016 - 20:59

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


Je devais avouer que j'avais eu un peu peur en rentrant à l'appartement. On ne s'était pas quitté en très bons termes le matin-même - par ma faute je devais bien l'admettre - et j'ignorais de quelle humeur j'allais trouver mon petit-ami. J'étais quand même partie en claquant la porte juste avant d'aller en cours et je n'avais pas vraiment prit le temps de lui envoyer un message ou de l'appeler de toute la journée alors... Alors oui, j'appréhendais un peu de rentrer et je ne pouvais décemment m'en prendre qu'à moi-même. Sauf qu'en passant le seuil de l'appartement, mon angoisse s'était envolée. En voyant toutes les bougies dés l'entrée, je ne pouvais pas ne pas sourire. Aden était tellement adorable. Même quand c'était ma faute, il faisait en sorte d'arranger les choses. Comment résister à ça? A ce genre de petites attentions si adorables? Moi je n'y arrivais pas. Il n'était pas parfait mais je l'aimais pour tout ce qu'il était. Gentil, drôle, attentionné, et même son côté borné je l'adorais. Sa façon de chanter sous la douche le matin m'agaçait certains jours et pourtant, ça me faisait rire d'autres jours. C'était impossible de parler avec lui tant qu'il n'avait pas prit son premier café et sa façon de ronchonner avant de l'avoir bu me faisait sourire. Il était venu vers moi pour déposer rapidement un baiser sur mes lèvres et je lui avais dit que je n'étais pas vraiment habillée pour un dîner en amoureux. « T’es magnifique, je t’assure. » Je souris tendrement en le regardant. « T'es pas très objectif... » Il ne devait effectivement pas être très objectif, parce qu'avouons-le, un jean et un t-shirt à manches longues avec la tête d'une étudiante qui vient de passer une journée sur les bancs de la fac, c'était pas ce qu'il y avait de plus glamour pour une jolie soirée en amoureux.

J'avais jugé bon de m'excuser. Tout avait été ma faute donc il était plus que normal que je sois celle qui lui présente ses excuses pour la dispute du matin. Je l'avais déclenchée, et pourtant il avait préparé une soirée en amoureux alors la moindre des choses étaient de lui présenter mes excuses qui étaient des plus sincères en plus de ça. Il ne me laissa cependant pas aller sur ce sujet et il posa son index sur ma bouche pour me signifier de me taire. « Non. on va pas parler de ça maintenant. Et on va juste profiter de la soirée, qu’est ce que tu en penses? » Nous avions tout les deux conscience qu'il faudrait qu'on ait cette discussion mais il avait sûrement raison. Profiter de la soirée pour nous retrouver pourrait nous aider à avoir une discussion plus calme et posée. Je souris doucement en hochant légèrement la tête. « D'accord... Profitons de la soirée. » En plus, il avait prit soin de faire quelque chose de spécial et ce serait dommage de prendre le risque de gâcher ça. On ne savait pas après tout si on allait se disputer ou non cette fois. J'adorai la façon dont il fut gêné durant quelques secondes quand je mentionnai sa délicate attention des bougies et je lui adressai un sourire. « Je crois que j’ai un peu abusé dessus… T’as pas encore vue le reste de l’appart… » Je me mis à rire. J'aimais rire. Et encore plus quand c'était Aden qui me faisait rire, aussi étrange que ça puisse paraître. « Et bien j'ai hâte de voir ça alors. » Peu m'importait le nombre de bougies qu'il avait mit. Tout ça, ça m'était égal. Il aurait pu ne même pas en mettre, ou juste commander une pizza au lieu de cuisiner. La soirée en amoureux en elle-même me suffisait déjà.

J'avais finis par lui faire un aveu. Il me manquait encore une chose pour que ce soit parfait et cette chose n'était autre qu'un baiser digne de ce nom que je ne m'étais pas gênée pour aller lui donner. Il y répondit en posant ses mains sur ma taille pour me serrer délicatement contre lui, ce qui me procura des frissons. Cela faisait déjà huit mois qu'on était ensemble, ce qui pouvait paraître beaucoup et pourtant si peu à la fois et il me procurait toujours les mêmes frissons. Alors oui, on avait souvent des disputes. Mais tant qu'il pouvait me faire avoir des étoiles dans les yeux et des frissons, je ne cesserais pas de me battre pour nous, pour lui, pour le garder à mes côtés. Il rompit le baiser et posa son front contre le mien. Je souris en plongeant mon regard clair dans le sien. « Si tu commences comme ça, tu vas rater ton plat préféré… » Une nouvelle fois, je ris avant de répondre avec un grand sourire. « Alors tu m'excuseras mais je ne vais pas continuer comme ça, je veux d'abord mon plat préféré... Par contre après, pour te remercier de toutes ces délicates attentions, je pourrais reprendre sur cette même lancée.. » Je mordillai légèrement ma lèvre inférieure puis il prit ma main pour m'entraîner dans la salle à manger où je pus découvrir une table dressée, des bougies, et au centre de cette table un magnifique bouquet de lys, mes fleurs préférées avec les roses. Des étoiles plein les yeux, je repris la parole: « Aden... Elles sont magnifiques... » Il avait tellement pensé à tout. Tout était parfait. Vraiment parfait. Je n'avais pas besoin d'un bijou hors de prix pour être heureuse et comblée ou encore impressionnée. Le fait qu'il pense à tout ce que je préférais, que ce soit pour le plat ou les fleurs, ça me suffisait amplement. Et même que ça, ça m'impressionnait plus que quelque chose de cher parce que ça voulait dire qu'il me connaissait et ça, c'était le plus important. « J’espère que t’as faim… Je suis pas doué pour évaluer les quantités… » Je souris en me tournant vers lui pour embrasser sa joue. « Je meurs de faim... » Et au pire, on aura des restes pour le lendemain. Il n'y avait aucun mal à ça.

Je l'aidai à servir les assiettes et les verres avant de m'installer à la table. Je posai mon regard sur lui. « Bon appétit. » L'odeur était alléchante, j'étais sûre que le goût serait tout aussi bon que l'odeur en question. Je pris une première bouchée pour goûter. C'était délicieux. « En plus d'être canon, sexy, attentionné, drôle et j'en passe, t'es aussi un super cuisinier... Aurais-je trouver l'homme presque parfait? » Je ris en le regardant. Certes il avait des défauts. Mais n'était-il pas presque parfait vu sous cet angle? Bon, d'accord, très bien... Je n'étais peut-être pas très objective non plus... Mais qu'importait. A mes yeux, c'était l'homme idéal et je me considérais des plus chanceuses de l'avoir dans ma vie. Gnian gnian vous dites? Et alors? J'étais juste amoureuse, rien de plus. « Au fait, t'étais pas sensé travailler ce soir? » Parce que oui, après toutes ces jolies choses, il ne fallait pas oublier qu'il était sensé bosser le soir en tant que barman alors je me demandais pourquoi il se permettait un dîner qui risquait de durer en temps et donc de le faire rater son travail ou arriver en retard. A moins qu'il n'avait pas besoin de partir? Je lui souris tout en mangeant et en buvant de temps en temps une gorgée de boisson.

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Mar 11 Oct 2016 - 1:34


Just you and me Ft. Maëlys

C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience. C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Passer du temps avec Maëlys était l’une des priorités d’Aden. Entre son travail au bar et les études de la jeune femme, mine de rien, ils avaient très peu de moments où ils pouvaient passer du temps rien que tous les deux. Une petite heure le soir avant qu’il parte travailler, et les week end. La plupart du temps quand il rentrait de son travail, sa belle dormait déjà, et quand elle se réveillait, lui était encore dans les bras de Morphée. Depuis quelques jours d’ailleurs, il se forçait à se lever le matin avec elle pour profiter de sa compagnie avant de se rendormir sur le canapé après son départ. C’était d’ailleurs ce qu’il avait voulut faire le matin même avant que la conversation ne dérive en dispute. Et il n’avait pas beaucoup dormit c’était vrai, mais il ne se sentait pas fatigué pour autant. Maintenant que sa belle était rentrée, il avait envie de profiter de cette soirée avec elle, même s’il devait se forcer à garder l’oeil ouvert et ressembler à un véritable zombie le lendemain, elle le méritait. A peine était elle arrivée que le beau brun s’était approché d’elle pour déposer un baiser sur ses lèvres, et aussi la complimenter comme il en avait l’habitude. De toute manière, rien que le fait de voir son sourire lui suffisait. C’était certainement ce qu’il aimait le plus chez elle, son sourire. Sa joie constante aussi. Cette fille était une petite boule de lumière qui illuminait tout autour d’elle. « T'es pas très objectif... » Ce n’était pas faux. Mais comment pouvait-il l’être après tout? Il l’aimait, alors pour lui elle était tout le temps magnifique, même au réveil quand elle était encore toute décoiffé et la tête dans le coaltar. « Tu crois? » Aden ne voulait pas dire qu’il était d’accord avec elle, ça foutrait carrément en l’air son compliment. Mais il n’avait pas envie de la contredire non plus, parce qu’au final elle avait raison. Mais il était persuadé qu’elle pensait la même chose que lui quand le beau brun rentrait d’une nuit de travail, puant l’alcool parce que des verres lui étaient tombés dessus comme ç!a arrivait souvent et complètement crevé. C’était ça aussi l’amour, trouver l’autre splendide dans n’importe quelle circonstances.

Les excuses, à quoi ça servait réellement? A pas grand chose pour Aden, surtout qu’il avait déjà oublié leur petite querelle du matin même. Pour lui, les excuses ne servaient qu’à remettre un sujet qu’on préférait oublier sur le tapis. Bien sûr qu’il leur fallait parler de leurs petites disputes qu’ils avaient depuis quelques temps, mais ça pouvait bien attendre le temps d’une soirée. Et Aden n’attendit pas bien longtemps pour le faire comprendre à sa belle. « D'accord... Profitons de la soirée. » Le brun se contenta de sourire. Il n’y avait rien d’autre à ajouter de toute manière. Et il espérait bien qu’ils allaient profiter de cette soirée pour se retrouver un peu tous les deux. Voir beaucoup en fait, il n’était pas contre non plus, tout dépendait des désirs de sa belle. L’adaptation, c’était son truc après tout, et depuis toujours, même s’il lui arrivait d’être un peu têtu quelques fois. Le jeune homme répondit à sa princesse en disant qu’il avait peut être un peu trop abusé sur les bougies… Et c’était le cas d’ailleurs, il en avait mit partout, jusque dans la salle de bain. Ça allait être drôle à tout ranger plus tard ça, tiens. Mais entendre le rire de sa belle le faisait un peu moins culpabiliser de son abus en matière de romantisme. « Et bien j'ai hâte de voir ça alors. » Le sourire d’Aden s’élargit. oh, elle allait voir ça bien assez vite à son avis, et de toute façon, les bougies n’étaient pas prêtes de bouger toutes seules. « On attendait que toi, je te rassure. » Bien sûr, il blaguait. De toute façon, qui pouvait-il attendre d’autre? Certainement personne. Il n’attendait que son retour, tous les jours, et ce n’était pas prêt de s’arrêter. L’entendre tourner la clé dans la porte tous les soirs suffisait à faire son bonheur.

C’est alors que sa belle lui fit un aveu, un qu’un baiser fut échanger entre les deux amoureux. Un vrai baiser cette fois, pas le petit bisou de bonjour qu’Aden lui avait donné un peu plus tôt. Le jeune homme ne tarda pas avant de serrer Maëlys contre lui. C’était certainement ce qu’il préférait dans la journée, sentir le petit corps de la blonde contre le sien, et ses petits frissons à chaque fois qu’il la touchait. Il se rendait bien compte de l’effet qu’il pouvait avoir sur elle, et il adorait voir ces étoiles dans ses yeux à chaque fois qu’elle le regardait. Mais il n’était pas certain qu’elle se rende compte à quel point lui tenait à elle. Il était vrai qu’il ne le montrait pas si souvent, du moins, son corps n’était pas aussi réceptif que celui de sa belle. Et pourtant, Maé pouvait être certaine qu’elle faisait battre son cour à chaque fois que son sourire se faisait voir. Ce qui n’était pas rare, c’était clair. Aden finit par mettre fin au baiser et de poser son front contre celui de la blonde. Inconsciemment, ses pouces s’étaient mis à caresser sa taille, soulevant légèrement le haut de la belle pour que sa peau entre en contact avec la sienne. Est-ce qu’il avait déjà dit à quel point Maëlys avait la peau douce? Peut être pas, mais en tout cas, il ne se laissait jamais d’y passer ses doigts. Ni de l’embrasser d’ailleurs. « Alors tu m'excuseras mais je ne vais pas continuer comme ça, je veux d'abord mon plat préféré... Par contre après, pour te remercier de toutes ces délicates attentions, je pourrais reprendre sur cette même lancée.. » Aden rit à son tour en rejetant sa tête en arrière. Cette fille avait vraiment réponse à tout, à force, il devrait s’y être habitué, mais non. Elle arrivait toujours à le surprendre, et c’était aussi pour ça qu’il l’aimait tant. Sa princesse était pleine de surprises. « J’espère bien ma belle.. » Bien sûr qu’il l’espérait bien. Après tout, il ne fallait pas oublier que c’était un mec, et aussi que sa copine était carrément sexy donc bon… C’était pas vraiment l’idéal pour calmer ses ardeurs. Encore moins quand elle se mordait la lèvre de cette façon. Ça le faisait carrément craquer, et lui donnait encore plus envie de l’embrasser.

Elle lui prit ensuite la main pour l’entraîner vers la suite de sa surprise. Il la regarda, observant ses yeux se remplir d’étoiles, et il ne put s’empêcher de sourire à cette vue. Il adorait la voir comme ça. On aurait dit une enfant qui venait tout juste d’arriver à Disneyland pour la première fois. Il aimait cette innocence qu’il pouvait voir dans ses yeux, ce petit air enfantin sur son visage. Elle paraissait tellement fragile, tellement pure. Il en avait presque peur de la casser. « Aden... Elles sont magnifiques... » En même temps, il avait prit soin de prendre le plus beau des bouquets, et aussi le plus gros. Même si ça lui avait coûté un peu cher tout ça, rien n’était trop beau pour sa belle. S’il se serait écouté, il serait même passé en bijouterie lui acheter une bague mais… Il savait qu’elle l’aurait refusée. Bien sûr qu’il voulait faire sa vie à ses côtés, l’épouser, construire une famille, acheter une maison, avoir des enfants… Mais ils s’étaient déjà un peu précipités en emménageant ensembles, il ne voulait pas tout détruite en allant trop vite de ce côté là aussi. Aden dériva alors sur un sujet qu’ils adoraient tous les deux: la nourriture. et surtout sur la probable trop grande quantité qu’il avait cuisiné ce soir. il espérait au moins que c’était bon! Quand sa belle vint déposer un baiser sur sa joue, il en profita pour passer ses doigts dans ses boucles blondes. Il adorait faire ça, et d’ailleurs, quand ils passaient leurs soirées devant la télé, il jouait constamment avec ses mèches de cheveux, les tournant entre ses doigts, tirant un peu dessus même quelques fois. Sans lui faire mal, bien sûr. « Je meurs de faim... » Aden s’en doutait un peu, pour être honnête. Maëlys avait souvent faim quand elle rentrait d’une journée de cours comme celle là. Surtout qu’aujourd’hui… La connaissant, elle avait dut mariner toute la journée, et il n’y avait rien de tel pour attiser l’appétit. « Tant mieux, parce qu’il y a du dessert aussi. » Autant faire les choses dans les règles de l’art. Et puis, Aden ne pouvait pas faire un repas à sa belle sans un final à la glace vanille, non, impossible.

Le jeune couple finit alors d’installer la table ensembles, comme ils avaient pris l’habitude de le faire depuis qu’ils vivaient sous le même toit. Ce genre d’habitudes était vraiment quelque chose de plaisant, en fait. Ça faisait partit de leur quotidien, sans en devenir quelque chose de monotone pour autant. Chaque service de table était différent d’un autre, et chaque sourires échangés pendant cet instant était unique en quelques sortes. Ils s’installèrent alors à table tous les deux, prêts à partager ce petit repas ensembles. « Bon appétit. » Aden sourit. « Bon appétit, princesse. » Il la laissa commencer. En fait, il n’était pas certain que le plat soit réussit, même si l’odeur était assez alléchante, c’était vrai. Il était loin d’être le meilleur cuisinier du pays et il le savait. Surtout qu’avant de rencontrer Maëlys, il se contentait de manger des pâtes pratiquement tous les jours. Il avait a commencé à cuisiner réellement seulement grâce à elle. « En plus d'être canon, sexy, attentionné, drôle et j'en passe, t'es aussi un super cuisinier... Aurais-je trouver l'homme presque parfait? » Le brun se détendit. Visiblement, le repas n’était pas un massacre, et même loin de là s’il en croyait les paroles de sa belle. Paroles qui lui arrachèrent un rire d’ailleurs. « Lequel de nous deux n’est pas objectif déjà, rappelle moi? » Aden servit un clin d’oeil à sa belle avant d’entamer son repas. « C’est vrai que c’est pas si mal. » commenta-t-il la bouche à moitié pleine. Oh il le savait, c’est pas poli de parler la bouche plein, et pas élégant non plus. Mais il savait aussi qu’il risquait de provoquer un nouveau rire chez Maé, et rien que pour ça, il était prêt à prendre le risque. Surtout que son père, ou même Zoélie sa demi soeur, n’étaient pas là pour le réprimander, donc bon. « Au fait, t'étais pas sensé travailler ce soir? » Bien sûr, elle n’avait pas oubliée. Et Aden était plutôt contente de cela en réalité. Encore une petite surprise dans la surprise qu’il lui avait réservé, et il était certain que ça lui ferait plaisir. « Je devais oui, mais j’ai pris ma soirée pour pouvoir la passer avec toi. » Il prit alors la main de sa belle dans la sienne avant de continuer le repas. Il ne parlait pas, mais glissait de temps en temps son regard sur elle, laissait son pouce se balader sur le dos de sa main. Ce silence n’était même pas gênant, en fait. C’était comme s’ils n’avaient pas besoin de parler pour communiquer, juste de se regarder, de se toucher.

Les deux ne tardèrent pas à finir leur repas. En même temps, Aden n’avait rien mangé de la journée, et il était prêt à parier que sa princesse en avait fait de même. Quand elle n’allait pas bien, c’était bien le seul moment où elle ne mangeait pas, et il était content de voir qu’elle avait de l’appétit ce soir. « Ferme les yeux. » Il fallait bien qu’il lui prépare sa dernière surprise qui était le dessert. Attendant qu’elle s’exécute, il se leva ensuite pour aller préparer le tout dans la cuisine. « Et tu triches pas, hein! » Cela ne lui prit que quelques minutes à peine pour lui préparer un chocolat chaud, et une petite coupelle de glace à la vanille. Il emporta ensuite le reste sur la table, constatant que ses yeux étaient toujours fermés. « Tu peux les ouvrir, princesse. »

code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Mar 11 Oct 2016 - 21:18

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


Il fallait bien avouer qu'Aden n'était pas objectif du tout pour le coup. Comment me trouver magnifique alors que je devais l'air crevée, habillée d'un jean et d'un t-shirt, rien de très classe ou glamour pour un dîner en amoureux. Mais c'était agréable de pouvoir porter ce que je voulais sans qu'il critique en disant par exemple que j'avais l'air d'une patate dedans, que je devais aller me changer pour être présentable pour un dîner en tête à tête ou encore que j'avais l'air d'un zombie. C'était agréable qu'il me fasse toujours un compliment même quand je n'étais pas au meilleur de ma forme. Et c'était ça aussi, l'amour: trouver l'autre magnifique même quand il n'est pas dans son meilleur jour. Par exemple, j'adorais le voir au réveil avec ses cheveux en bataille qui lui donnent un petit côté négligé, un peu sauvage, très sexy à mes yeux. Et quant à moi, je n'avais pas besoin d'être coiffée tip top H24 ou maquillée sans arrêt. Il m'acceptait comme j'étais, avec mes petits défauts, et rien que pour ça aussi je l'aimais. « Tu crois? » Alors oui, bien sûr que je croyais qu'il n'était pas objectif et je savais parfaitement que j'avais raison. Mais je n'ajoutai rien de plus, et lui non plus. Il n'y avait pas besoin d'en dire plus de toute façon. Je mentionnai le fait que j'avais hâte de voir le reste de l'appartement. « On attendait que toi, je te rassure. » Je souris en le regardant et en levant légèrement les yeux au plafond. Ce qu'il pouvait être bête parfois. Bien sûr, je savais très bien qu'il plaisantait. Il savait me faire rire tout le temps. Tous les jours. Et ça faisait un bien fou de rire. Vous devriez en faire autant. La vie est une fête malgré les coups durs qu'elle nous impose et les obstacles que l'on doit franchir. Il ne faut pas se priver de rire tant qu'on en a encore l'occasion, croyez-moi.

Finalement, j'embrassai dignement l'homme de ma vie pour qu'enfin, tout soit parfait à mes yeux. Il était vrai qu'il n'avait manqué plus que ça pour que ce soit au top niveau. Son front contre le mien, je lui dis que je n'allais cependant pas commencer dans cette lancée parce que je voulais d'abord mon repas avant toute chose. En même temps que je parlais, je sentis les mains de mon petit-ami se glisser sur ma peau nue, mon t-shirt ayant été un peu soulevé. Un nouveau léger frisson me parcouru et je mordillai ma lèvre inférieure légèrement. « J’espère bien ma belle.. » Et bien ça, je n'avais pas de mal à le croire! Je ris doucement avant d'attraper sa main pour aller dans l'autre pièce où aurait lieu la dégustation du repas. En voyant la table dressée, les bougies et le bouquet, je n'avais pas pu m'empêcher d'avoir des étoiles dans les yeux. Il savait comment me faire plaisir. Comment m'impressionner sans venir avec quelque chose d'immense ou d'excessivement cher. Bien sûr, je ne dirais jamais non à un bijou. Bien sûr que j'espérais qu'un jour, il m'offrirait une bague de fiançailles. Mais on était ensemble depuis à peine huit mois et au bout de six on avait déjà emménager ensemble alors pour les fiançailles, on allait encore attendre. On allait pas tout gâcher en sautant les étapes. Et puis, on avait déjà une situation de crise à régler alors n'allons pas en rajouter une couche en allant encore plus vite en besogne. Il ne fallait pas mettre la charrue avant les boeufs et sur ce point-là, j'étais sûre qu'Aden pensait pareil que moi. Pour mon anniversaire ou pour noël, s'il avait envie d'un collier ou que savais-je pour cadeau à m'offrir, soit. Mais pour une situation comme celle-ci, il n'y avait nullement besoin d'un bijou hors de prix. Un bouquet suffisait tellement... Et encore! C'était ma faute pour la dispute, donc ça aurait été à moi de me faire pardonner et pas à lui de me préparer toutes ces petites surprises qui formaient toutes réunies une surprise immense. Je lui avouai que je mourais de faim. « Tant mieux, parce qu’il y a du dessert aussi. » Hum. Un super dessert. « Tu me mets l'eau à la bouche. » Je souris en le regardant quelques secondes dans les yeux. Je me demandais ce que c'était. Une tarte au chocolat? J'adorais le chocolat. Ce qui était étrange parce qu'en glace, je ne mangeais que celles à la vanille. Je détestais celles que chocolat. Bizarre pour une fan de chocolat non? Quoi qu'il en soit, un dessert, ça pouvait être tout et n'importe quoi. Du coup, je n'avais plus qu'une hâte, c'était d'en arriver à ce moment précis du dessert.

Après avoir terminé de préparer la table ensemble, on s'installa et on se souhaita simplement un bon appétit, comme il est coutume de faire quand on passe à table. « Bon appétit, princesse. » J'adorais l'entendre m'appeler comme ça. Jamais personne ne m'avait donné ce surnom auparavant. En même temps, les quelques rares relations que j'avais eues n'avaient peut-être jamais durées assez longtemps... Pourtant, Aden me surnommait comme ça depuis le départ... Allez savoir! En tout les cas, c'était plaisant et ça, c'était un fait indéniable. Je goûtai avant de le complimenter. Je ne pouvais pas faire autrement puisqu'effectivement, le repas était simplement délicieux. « Lequel de nous deux n’est pas objectif déjà, rappelle moi? » Je ris en l'entendant prononcer cette phrase. Il n'avait pas tort mais je n'y pouvais rien si c'était comme ça qu'il était. « Chut, c'est la vérité et puis c'est tout. » Je souris en le regardant alors qu'il goûta à son tour son chef-d'oeuvre. « C’est vrai que c’est pas si mal. » Il avait parlé la bouche pleine et une nouvelle fois, il provoqua un rire chez moi. Il n'était pas toujours le mieux à se tenir à table mais ça ne me dérangeait pas. Et puis, nous n'étions qu'entre nous alors quelle importance? Ce n'était pas la peine de faire un chichi particulier et je savais qu'en public, il se tenait bien. Quelque chose me revint ensuite en tête et je lui posai la question. Il était sensé travailler. Il avait parfois des soirées de libres dans la semaine, une ou deux pour représenter ses week-ends décalés, mais ce soir-là, il était sensé aller travailler alors pourquoi avait-il préparé un dîner comme celui-ci en sachant qu'il allait sûrement s'éterniser avec un petit after tout particulier entre amoureux et qu'il ne serait donc sûrement pas prêt d'aller travailler... () « Je devais oui, mais j’ai pris ma soirée pour pouvoir la passer avec toi. » Un sourire rempli de tendresse se posa sur mon visage. « T'es adorable... » C'était des plus sincères. Il pensait vraiment à tout... On ne serait donc pas gêné dans certaines activités pour qu'il puisse partir à l'heure et éviter d'être en retard au travail. Cela me laisserait donc tout le loisir possible et imaginable pour le remercier dignement d'avoir pensé au moindre détail pour que la soirée se déroule parfaitement malgré le début de journée plutôt... chaotique entre nous.

Le repas se déroula en silence mais j'avais ma main dans celle d'Aden. On se regardait parfois. On se faisait des sourires. Nous n'avions pas besoin de parler. On appréciait de parfois manger en silence parce qu'on se comprenait facilement rien qu'avec des regards, des sourires. Nous n'avions pas toujours besoin de dire les choses pour comprendre. Et ça aussi, c'était tout bonnement magique. Le repas se termina. Nous avions sûrement fait la même chose l'un et l'autre, à savoir ne rien manger de la journée. Je n'avais pas eu faim à cause de notre dispute qui avait tiraillé mon esprit toute la journée. En rentrant et en voyant tout ce qu'il avait fait, je m'étais sentie soulagée et la faim était revenue presque au galop. « Ferme les yeux. » Je fis une petite moue mignonne en fronçant un peu mon nez. « Bon très bien. » Je souris et fermai les yeux. « Et tu triches pas, hein! » Je ris doucement avant de répondre: « J'oserais pas. » J'attendais avec impatience qu'il revienne. Je l'entendais un peu bouger dans la cuisine mais je n'aurais pas pu deviner ce qu'il faisait exactement. « Dépêches toi.. » Ce n'était pas un ordre mais plutôt une sorte de plainte. J'avais tellement hâte de savoir ce qui m'attendait encore. La patience n'était pas toujours mon fort, je ne pouvais pas le nier. « Tu peux les ouvrir, princesse. » Je ne me fis pas prier. J'ouvris mes yeux et je découvris un chocolat chaud et une coupelle de glace devant moi. « T'es même allé jusqu'au chocolat chaud et à la glace? » Je souris tendrement avant de lever mes yeux vers lui. Je l'attirai vers moi pour l'embrasser avec amour. « Je t'aime... » Malgré nos coups de gueule, j'étais vraiment raide dingue de lui. Je souris avant de manger la glace et ensuite je bus mon chocolat chaud.

Une fois que notre dessert fut mangé et notre boisson bu, je me levai pour aller m'installer sur les genoux de mon petit-ami. Je passai une main dans ses cheveux avant de l'embrasser sans rien dire. Je n'avais pas besoin de parler, mes gestes et mon regard voulaient tout dire. Ma main glissa sur sa joue alors que je rendis le baiser un peu plus passionné. Je me détachai et plongeai mon regard droit dans celui d'Aden. Un regard plein d'amour et d'envie mêlés. « Je crois que vu ce que tu m'as préparé, tu mérites bien que je continue sur ma lancée de tout à l'heure... Tu en penses quoi? » Je souris en mordillant à nouveau ma lèvre inférieure. C'était un parfait réflexe chez moi et en plus de ça, je savais que ça le faisait toujours craquer alors pourquoi m'empêcher de laisser s'exprimer un réflexe hein?

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Mer 12 Oct 2016 - 17:08


Just you and me Ft. Maëlys

C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience. C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Pour Aden, aimer quelqu’un, c’était l’accepter comme il était. Peu importe si sa princesse n’avait pas envie de se maquiller, ou passer sa journée en pyjama devant la télé, voir même sortir se balader avec lui en jogging, il s’en fichait pas mal. En fait, le brun préférait même quand Maëlys était au naturel, sans artifices, rien que sa peau douce de visible, et des vêtements simples. Parce qu’il faut bien s’habiller pour sortir, on est tous d’accord là dessus. Et puis, la voir sans rien sur le dos, c’était le petit privilège qu’Aden n’avait rien que pour lui, chose qu’il appréciait grandement. Bien sûr, elle avait ses petits défauts, même si le brun disait toujours le contraire. Mais il les aimait aussi ses petits défauts en fait. Ils faisaient d’elle ce qu’elle était, et la rendait différente dans le bon sens du terme. De toute façon, lui aussi en avait alors… Même s’il donnait l’impression d’être un Apollon parfait, c’était loin d’être le cas! Aden sourit en la voyant lever les yeux au ciel. Il adorait quand elle faisait ça. Dans les premiers instants de leur relation, ça l’avait même très souvent fait rire. Elle levait les yeux au ciel pour un rien, et chez elle, ce n’était pas signe d’agacement, mais plutôt d’amusement en réalité. Encore une différence de sa belle qui le faisait craquer. C’était d’ailleurs pour ça qu’il lui balançait très souvent des conneries pour être honnête. Pas qu’il soit du genre à être constamment sérieux, oh ça non, mais il l’était encore moins quand il était en présence de sa moitié. Elle avait le don de faire revivre l’enfant qui était en lui, et perdre son sérieux de temps en temps ne lui faisait pas de mal, bien au contraire.

Son côté enfantin s’effaça cependant assez rapidement quand sa belle vint déposer ses lèvres sur les siennes pour lui servir un baiser, un vrai de vrai celui là, loin devant la petite pacotille qu’il lui avait offert à son arrivée. Et il ne put s’empêcher de se dire que si elle commençait comme ça, le repas allait devoir attendre un peu. Chose qui ne l’empêcha pas de répondre au baiser et de la serrer contre lui comme il avait toujours adoré le faire. Elle paraissait si petite dans ses bras, si fragile. Elle n’en était que plus attachante encore. Et voilà qu’elle se mordait la lèvre maintenant! Avec le temps, elle avait bien dut se rendre compte que c’était l’une des choses qui faisaient le plus craquer le brun en ce qui concernait Maé. Ce n’était pas le geste en lui même, mais plus la façon dont elle avait de le faire. Elle mordillait toujours un peu plus sur le côté droit, jamais tout à fait au milieu, et ça ne la rendait que plus adorable encore. Elle était déjà super mignonne comme fille, mais quand elle faisait ça… Il y avait de quoi en faire tourner des têtes! Mais ce qu’Aden préférait voir chez elle, et de loin, c’était quand elle avait des étoiles dans les yeux, comme à cet instant quand elle découvrit la table avec le bouquet de fleurs. Elle redevenait une petite fille à son tour, et c’était totalement craquant. Heureusement pour lui, qui comme à son habitude en avait fait toujours trop, sa belle blonde mourrait de faim, et Aden n’avait pas put s’empêcher de lui révéler qu’un dessert l’attendait. Bien sûr, il n’avait pas précisé que genre de dessert c’était, il voulait tout de même garder la surprise jusqu’au bout. Et il espérait juste que sa belle n’allait pas le deviner avant qu’il soit servit. « Tu me mets l'eau à la bouche. » Le brun rit légèrement. De ce côté là, il n’en doutait pas. Si sa princesse avait bien un pêché mignon, c’était les desserts, et en particulier le chocolat. Aden s’assurait toujours qu’une plaquette de ce breuvage soit présent dans les placards pour éviter une baisse de morale supplémentaire de sa princesse. Pas qu’elle ait toujours la tête dans les choux, mais ça arrivait. En ce moment bien sûr à cause de leurs disputes à répétition, mais aussi quand Maëlys se trouvait en période d’examens. Le chocolat, c’était son remède miracle contre le stress.

Les deux tourtereaux s’installèrent alors à table après y avoir disposés la vaisselle. Après lui avoir souhaité un bon appétit, Aden attendit que sa princesse goûte le plat, et surtout, lui donne son verdict. Après tout, il n’était pas cuisinier de métier, loin de là, et le peu qu’il en avait apprit… Et bien il le tenait de sa belle mère pour être tout à fait honnête. Son père n’avait jamais vraiment été doué de ce côté là, heureusement qu’il s’était trouvé une femme assez douée parce que sinon… Aden aurait certainement tout fait foiré ce soir. En entendant le compliment de Maé, le brun ne put s’empêcher de laisser un rire lui échapper et de remettre en cause l’objectivité de sa copine. Bon, ok, c’était bon, il voulait bien l’admettre, mais ce n’était pas fameux non plus, si? Le rire de la blonde ne tarda pas à suivre le sien d’ailleurs, ce qui prouvait bien qu’il avait raison au final, comme toujours. Enfin, presque toujours, on va dire. « Chut, c'est la vérité et puis c'est tout. » Quand il disait qu’elle pouvait être une véritable enfant, il n’avait pas totalement tord. Mais il adorait voir cette petite innocence chez elle. Comme quoi, malgré les petites épreuves qu’elle avait put traverser dans sa vie, elle n’avait pas perdue son âme d’enfant, ni sa joie de vivre. Et Aden ne pouvait l’aimer que plus en sachant cela. Il goûta alors lui même à son plat, pour finir par s’autocomplimenter la bouche à moitié pleine. Nouveau rire de la part de sa princesse. Nouveau sourire de son côté. En fait, c’était peut être certainement le même depuis le début de leur petite soirée. Dès qu’elle était entrée, il s’était scotché sur son visage et ne l’avait pas quitté. Et oui, c’était bien l’effet qu’elle lui faisait. Leur conversation dériva ensuite sur le travail d’Aden. Il était vrai qu’en temps que barman, il aurait dut travailler ce soir là, mais il ne tarda pas à informer Maé qu’il avait prit sa soirée pour elle. De toute façon, il pouvait largement se le permettre. Même si vivre à deux sur un seul salaire n’était pas très évident tous les jours, ils avaient réussis à faire avec jusqu’à maintenant, et ce n’était pas pour une soirée de travail en moins que ça allait changer grand chose. « T'es adorable... » Oh ça il le savait! Mais il appréciait quand même les instants où Maëlys le lui rappelait. Venant de quelqu’un d’autre, ce compliment n’avait pas vraiment de signification, mais venant d’elle… C’était certainement l’un des plus beaux cadeaux qu’il pouvait avoir. « Pour toi, toujours. » Enfin presque toujours. Mais ce n’était pas vraiment la peine de penser aux mauvais instants maintenant. Autant profiter de celui ci jusqu’au bout, alors adieux les mauvaises pensées!

Main dans la main, les deux amoureux continuèrent leur repas en silence, échangeant des regards et des sourires qui n’avaient pas besoin d’artifices vocales pour constituer une véritable conversation. Silencieuse, certes, mais il y a des moments comme celui-ci où les mots sont tout simplement inutiles. Aden avait de la chance d’avoir trouvé Maé pour ça. En dehors de Zoélie, elle était bien la seule capable de déchiffrer son humeur et ses pensées d’un regard. Ce qui était assez exceptionnel en soit, vu que sa demi soeur avait déjà plusieurs années d’expériences devant elle, contrairement à Maëlys. Rien qu’avec cette faculté qu’elle avait, il ne pouvait rien lui cacher. pas qu’il en ait eut l’intention pour l’instant. Une fois le plat terminé, Aden demanda à sa belle de fermer les yeux pour qu’il puisse aller chercher le dessert. En voyant sa petite bouille toute mignonne, il haussa les sourcils en souriant. Il savait que c’était sa manière de protester un peu avant de finalement céder à sa demande. « Bon très bien. » Il la regarda alors fermer les yeux, et ne put s’empêcher de déposer un baiser sur ses lèvres avant de se lever. « Je reviens. » Commentaire complètement inutile, il en était conscient. Bien sûr qu’il allait revenir! il se dirigea alors dans la cuisine pour préparer le dessert, sans pouvoir s’empêcher de demander à sa belle de ne pas tricher. Il savait qu’elle était curieuse, et son petit rire en disait beaucoup sur son envie de voir ce qu’il lui préparait. « J'oserais pas. » Il leva les yeux au ciel avec un petit sourire, même si Maé ne pouvait pas le voir. Si, justement, elle oserait, et il le savait très bien. « Dépêches toi.. » Il sourit alors qu’il attendait que le lait finisse de chauffer pour commencer à servir la glace. Ce serait pas très cool si elle se mettait déjà à fondre alors qu’elle n’était même pas encore arrivée sur la table. « Patience, princesse ! » Patience, que la blonde dut étendre encore de quelques petites minutes. il revint ensuite à la table avec le chocolat chaud et la glace, et une fois que le tout fut posé devant sa belle, il lui dit qu’elle pouvait enfin ouvrir les yeux. Entre temps, il s’était réinstallé à sa place, et regardait ses yeux s’ouvrir, en même temps que son sourire s’élargissait encore plus. « T'es même allé jusqu'au chocolat chaud et à la glace? » Aden haussa les épaules. « Autant pas faire les choses à moitié, tu crois pas? » Quand il disait qu’il avait voulut que tout soit parfait, il ne rigolait pas. D’ailleurs, sa belle profita de cette dernière surprise pour l’attirer à elle et l’embrasser à nouveau. « Je t'aime... » Le brun sourit, et en profita pour remettre en place l’une des boucles blondes de sa princesse. « Je t’aime aussi, petit ange. » Surnom qu’il n’utilisait pas souvent pour désigner sa belle, mais c’était vrai qu’elle était un petit ange. Et ce petit ange, il l’aimait comme un fou. Il aimait ses yeux, sa bouche, son humour, ses mimiques… Absolument tout. Il ne pensait pas être capable de s’attacher autant à quelqu’un, et pourtant, c’était le cas. S’il perdait Maëlys, il perdait tout. Et ce n’était que maintenant qu’il comprenait la souffrance de son père quand ils avaient tous les deux perdus sa mère. Il s’en voulait d’ailleurs de ne pas avoir été un peu plus compréhensif, et il espérait pouvoir se rattraper un jour.

Le dessert se passa relativement de la même façon que le reste du repas. En silence, mais avec des regards échangés. A peine sa dernière gorgée de chocolat chaud avalée, Maëlys était venue s’installer sur les genoux d’Aden, et ce dernier passa automatiquement ses bras autour d’elle en regardant ses beaux yeux bleus-gris. Il la laissa passer une main dans ses cheveux, avant que ses lèvres entre en contact avec les siennes. Le brun ferma alors ses yeux, répondant au baiser tout en remontant l’une de ses mains le long du dos de sa princesse. Il sentit au passage la main de la blonde dériver progressivement vers sa joue, ce qui lui arracha un petit sourire alors qu’il l’embrassait toujours. Il la laissa se détacher à contre coeur, plongeant à nouveau son regard dans le sien pour y lire tout le désir et la passion qui sommeillait en elle. « Je crois que vu ce que tu m'as préparé, tu mérites bien que je continue sur ma lancée de tout à l'heure... Tu en penses quoi? » Son regard dériva vers ses lèvres, que la blonde s’était remise à mordiller. Son envie de l’embrasser, qui ne l’avait pas quittée, devint encore plus forte, et il dut se retenir pour ne pas y céder tout de suite. « J’en pense… Que c’est une très bonne idée. » Aden glissa alors une main sous le menton de Maé pour pouvoir l’attirer à lui, et venir à son tour mordiller cette petite lèvre qui le faisait tant craquer. Mordillement qui ne tarda pas à se transformer en un nouveau baiser, encore plus passionnant que le précédent… Mais aussi plus court. Le brun finit par se lever, entraînant Maëlys avec lui, et la portant comme la princesse qu’elle était. « Une princesse se doit de disposer d’une couchette digne de ce nom! » Quand il disait qu’il avait tendance à agir comme un gamin… La preuve en était là. Prenant à nouveau possession des lèvres de sa belle, il l’entraina à l’aveuglette jusqu’à leur chambre, espérant ne rien cacher en chemin, parce qu’il y allait carrément au talent, pour l’instant.

code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Jeu 13 Oct 2016 - 20:59

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


Je ne pensais pas qu'un jour je me sentirais tellement bien avec quelqu'un que je plaquerais toute ma stabilité au bout de six mois de relation à peine afin d'emménager avec cette personne. Et pourtant, je l'avais fait deux mois auparavant. J'avais quitté le cocon familial où j'avais pourtant mes repères depuis des années pour aller vivre chez Aden, dans son appartement, loin de tout ce que j'avait toujours connu jusqu'à présent. Du jour au lendemain, j'avais de nouvelles responsabilités. C'était à moi de m'occuper d'un foyer. Parce que oui, je considérais l'appartement d'Aden comme mon nouveau foyer. Mon chez moi, même si je squattais plus qu'autre chose n'ayant pas les moyens de participer au même titre qu'Aden. Et officiellement, c'était toujours son appartement à lui et si il le voulait, il pouvait aisément me mettre dehors du jour au lendemain sans que je ne puisse rien y faire puisque légalement, le bail était uniquement au nom d'Aden et c'était en plus lui qui finançait la plupart du temps à tout, que ce soit loyer ou facture. Bien sûr, je participais à la hauteur de mes moyens. J'entretenais l'appartement et je faisais les courses. Je n'avais pas d'emploi. Je faisais des stages et j'avais un peu d'argent de côté, mais pas grand chose puisqu'au final, l'argent économisé durant mes deux années sabbatiques avait servis à payer ma scolarité. Donc au bout du compte, je n'avais plus grand chose, je devais bien l'admettre. Alors certes, je ne participais pas au même stade que lui, mais malgré tout, je considérais cet endroit comme mon foyer parce que même si légalement je n'étais qu'une sorte de squatteuse, lui, il y était. Et ça suffisait pour moi pour considérer cet endroit comme mon foyer, rien que parce que j'étais avec lui, que c'était lui que je retrouvais en rentrant le soir avant qu'il n'aille travailler. J'aimais considérer cet endroit comme mon nouveau foyer...

Avez-vous déjà ressentis ça pour quelqu'un? Avez-vous déjà ressentis quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un? Quelque chose qui avait fait que vous laissiez votre petit confort derrière vous rapidement pour sauter dans l'inconnu, à savoir celui de vivre quotidiennement avec la personne que votre coeur vous criait d'aimer? Parce que moi oui. Et même si l'inconnu était plus difficile à gérer que ce que j'avais pu imaginer, j'aimais tout ce que je partageais avec lui. Nos moments d'intimité, de complicité, nos fous rire. Le fait de l'entendre chanter sous la douche le matin. Sa mine boudeuse tant qu'il n'avait pas eu son premier café du matin. J'aimais absolument tout ce que nous partagions. J'aimais même nos disputes parce que ça ne rendait nos réconciliations que plus palpitantes. Le fait de vivre sous le même toit rendait les réconciliations différentes, moins timide. Plus spontanées même, peut-être. Quoi qu'il en soit, j'aimais ma vie. J'aimais ma vie aux côtés d'Aden et malgré notre mauvaise passe, je n'échangerais ça pour rien au monde. Ni pour l'homme le plus parfait qui puisse exister, en admettant qu'il en existe un puisqu'on sait tous que la perfection n'existe pas, ni pour tout l'or du monde. Jamais de la vie je n'échangerais ce que je vivais à ce jour.

J'avais mentionné le fait qu'il était adorable. Il avait téléphoné à son patron pour prendre sa soirée alors qu'on avait déjà parfois du mal à boucler les fins de mois. Certes, une soirée n'allait peut-être pas changer grand chose mais quand même. Alors oui, il était adorable. Et puis, il avait de la chance: je n'étais pas dépensière. Je ne passais pas trois heures sous la douche. Je ne gaspillais pas. Même si c'était souvent moi qui faisais les courses, je faisais en sorte de faire de bons petits plats qui ne revenaient pas trop chers ou sur lesquels on pouvait manger deux fois. Je ne demandais pas à ce qu'on sorte à droite ou à gauche. Je ne demandais jamais à ce qu'on aille au restaurant, au cinéma, ou en week-end à on ne savait où. Parce qu'en fait, tout ce qui me rendait heureuse, c'était de l'avoir à mes côtés. Lui, il suffisait à mon bonheur. Alors oui, on s'en sortait, même si c'était difficile. « Pour toi, toujours. » Je souris doucement. Ce n'était pas totalement vrai. Quand on se disputait, il était vraiment loin d'être adorable. Mais ce n'était pas le moment de penser à ça, n'est-ce-pas? Nous passions une excellente soirée donc ce n'était pas le bon moment pour penser à nos disputes. Je ne dis donc rien et me contentai d'un sourire en hochant la tête. Parce qu'après tout, à part pendant nos disputes, oui, il était en général adorable avec moi. Alors on allait pas chipoter pour un "toujours" qui n'en était un qu'à quatre-vingt dix pour cent. Cela n'en vaudrait pas la peine. Le repas se déroula à merveilles, sans que nous ayons besoin de parler pour nous comprendre, et main dans la main en prime.

J'avais un peu ronchonné à sa demande. Je devais fermer les yeux pour la suite de la surprise. J'avais fait une petite moue mignonne avant de capituler. Si je voulais savoir après tout, je n'avais sûrement pas d'autres choix que de m'exécuter. Il avait rapidement déposé un baiser sur mes lèvres avant de se lever. « Je reviens. » Bein tiens, j'espérais bien qu'il allait revenir! Il ne manquerait plus que ça, qu'il ne revienne pas et que moi je reste comme une idiote assise à table avec les yeux fermés à attendre bêtement qu'il revienne, en vain. Il était déjà partis quand j'eus cette pensée qui m'amusa au final plus qu'autre chose et elle étira un petit sourire tellement cette pensée était ridicule en vérité. Je m'imaginais rester comme une idiote à attendre sans le voir revenir. Ce serait bien vache si il faisait ça mine de rien. Je lui demandai ensuite de se dépêcher. J'avais bien trop hâte de découvrir ma dernière surprise et j'avais un peu du mal à prendre mon mal en patience pour le coup. « Patience, princesse ! » Rah. Patience, patience! Trop difficile de tenir! Surtout que j'avais les yeux fermés et que j'entendais des bruits sans savoir exactement ce qu'il faisait. Tout ça m'intriguait au plus haut point et j'avais un peu de mal à rester sur place. Je prenais cependant sur moi pour tenir le coup et attendre sagement qu'il revienne, assise sur ma chaise, les yeux fermés. Je pus enfin ouvrir les yeux et je découvris une glace à la vanille ainsi qu'un chocolat chaud qui étaient posés devant moi. Je lui fis donc remarqué qu'il avait même pensé à aller jusque là. « Autant pas faire les choses à moitié, tu crois pas? » Je souris en hochant la tête. Il avait parfaitement raison mais le repas et les bougies, c'était déjà beaucoup. Le dessert parfait, c'était juste la cerise sur le gâteau qui rendait cette soirée tout simplement magique à mes yeux. Et ce n'était pas prêt de se terminer parce que j'avais bien l'intention de faire durer la magie encore un peu plus longtemps, si vous voyez ce que je veux dire. Je l'attirai à moi pour l'embrasser et lui dire que je l'aimais. « Je t’aime aussi, petit ange. » Il n'utilisait pas souvent ce surnom. En général c'était princesse. Du coup, ça rendait cette soirée encore plus exceptionnelle pour moi. Pour vous, c'était peut-être un détail mais pour moi, ça signifiait beaucoup. Il avait aussi profité de ce petit moment pour remettre une mèche de mes cheveux en place. J'aimais quand il avait ce petit geste tendre. C'était agréable. Le dessert se passa à nouveau en silence, avec simplement quelques regards et sourires échangés. J'avais toujours des étoiles dans les yeux tant la soirée était magnifique.

A peine avais-je terminé mon chocolat chaud que j'étais allé me mettre sur les genoux de mon petit-ami et je sens ses bras protecteurs m'enlacer. Je me sens tellement bien auprès de moi... Je plonge mon regard dans le sien pour passer ma main dans ses cheveux et l'embrasser avant de faire dériver la même main vers sa joue. Je lui proposai de reprendre les choses sur la même lancée que tout à l'heure. « J’en pense… Que c’est une très bonne idée. » Il glissa sa main sous mon menton pour m'approcher de lui et mordiller ma lèvre inférieure à ma place. J'aimais bien quand il me faisait ça. Cependant, cet échange se transforma rapidement en un baiser. Un baiser plus passionné, plus langoureux que le précédent et plus bref. L'excitation commençait à monter. Une envie que je tentais de réfréner montait en moi. « Une princesse se doit de disposer d’une couchette digne de ce nom! » Je ris alors qu'il se mit à me porter comme une véritable princesse. Il reprit possession de mes lèvres en marchant vers la chambre mais un peu à l'aveuglette. Je répondis au baiser, décalant ensuite mes lèvres sur son cou pour y déposer des baisers tendres mais aussi un peu impatients dans le même temps. Au passage, je me cognai un peu les pieds à une encadrure de porte, ce qui me fit rire une nouvelle fois. Mes bras autour de son cou, je repris mes petits baisers sur son cou jusqu'à ce qu'on arrive jusqu'à la chambre qui était notre destination. Je le laissai me déposer sur le lit et je m'allongeai en l'entraînant avec moi pour qu'il s'allonge par dessus mon corps. Je souriais tout en le regardant dans les yeux et je commençai déjà à ouvrir les boutons de sa chemise, l'un après l'autre.

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Sam 15 Oct 2016 - 19:43


Just you and me Ft. Maëlys

C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience. C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Aden n’était pas du genre rapide. Avant Maëlys, il n’avait jamais vraiment eut de relation sérieuse. Une copine de temps en temps, mais il finissait par se rendre compte que ça ne collerait pas. Jusqu’à ce qu’il la rencontre, elle, sa princesse. Tout de suite, le contact s’était fait entre les deux. Rien que la voir avait déclenché quelque chose chez le brun. Son sourire, ses yeux, ses cheveux, son rire, tout chez elle exerçait une attraction sur lui qu’il n’arrivait pas à contrôler. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il avait commencé à discuter avec elle le jour où ils s’étaient rencontrés. Il avait eut envie de la connaître, tout simplement. Elle avait réussit à attiser sa curiosité. D’ailleurs, quand elle passait le voir au bar, elle s’asseyait toujours à ce même tabouret, celui où elle s’était assise la première fois qu’ils s’étaient vus. C’était une habitude qu’elle avait prise, et ça remontait toujours de très bons souvenirs au jeune homme quand il la voyait assise là. Enfin bref, tout ça pour dire que le brun ne pensait pas se mettre en ménage avant un bon moment jusqu’à ce qu’il la rencontre. Parce que c’était elle, la bonne, il en était certain. Et pourtant il n’était pas du genre à croire à ces délires d’âme soeur, mais avec elle, c’était autre chose. Il était prêt à croire à n’importe quoi. C’était pour ça qu’il lui avait demandé de venir vivre avec lui. Il s’en fichait complètement qu’elle ne puisse pas l’aider financièrement, tout ce qu’il voulait, c’était être avec elle, vraiment. La voir tous les jours, s’endormir à ses côtés, se réveiller le matin en sachant qu’elle était là, près de lui. Ça suffisait largement à faire son bonheur, l’argent, il s’en fichait complètement. De toute façon, il n’avait jamais été très riche, et quand il vivait seul avec son père, ça avait toujours été le plus simplement du monde. Et rien n’avait changé que Zoélie et sa mère avaient emménagées à leur tour dans la maison familiale. La simplicité lui allait très bien, et il préférait même ça à une grande maison avec une énorme piscine où ils devraient hurler pour s’entendre à travers les murs.

Après, c’était certain que tout n’était pas facile tous les jours. Vivre à deux, c’était différent que de vivre tout seul, et Aden ne s’était pas encore habitué à ce changement de situation. Il aimait vivre avec Maé, mais quelques fois, ça lui prenait sérieusement la tête. Leurs disputes lui prenaient la tête. Pourtant, il ne voulait pas laisser tomber. Il n’était pas du genre à baisser les bras sans se battre, et il était tellement amoureux de Maëlys qu’il se battrait jusqu’à ce qu’il en crève. Il ne pouvait tout simplement pas la perdre. S’il la perdait, il perdait tout, sans exception. Il perdait la personne qu’il aimait le plus au monde, il perdait son foyer, et sa dignité aussi… Enfin, tout ce qui faisait de lui l’homme qu’il était. Alors non, il ne pouvait pas laisser cela se faire. Et s’il fallait qu’il fasse des efforts et qu’il se plie en quatre pour rendre sa belle heureuse, et bien il le ferait sans hésiter une seule seconde. Intérieurement, il redoutait toujours cet instant où elle lui dirait qu’elle ne l’aimait plus, qu’elle n’arrivait plus à vivre comme ça. Oui, il avait peur que cela arrive un jour. Parce qu’il se rendait bien compte qu’il n’était pas parfait. Que peut être il existait quelqu’un capable de rendre Maëlys encore plus heureuse qu’elle ne l’était déjà avec lui. Et le pire était que si cela arrivait un jour, il ne lui en voudrait pas, parce qu’il voulait simplement qu’elle soit heureuse, peu importait avec qui. Enfin, si c’était avec lui qu’elle l’était, ça l’arrangeait quand même pas mal il faut bien l’avouer.

Enfin pour l’instant, il ne pensait pas tellement à ces choses là. Pour l’instant, il profitait d’être en compagnie de sa belle blonde, et de la voir sourire. Il adorait la voir sourire, encore plus quand il en était la cause, de ce sourire. Lui faire plaisir, c’était son premier but de tous les jours. Après tout, il était son petit ami, alors c’était quand même son boulot, non? Il se devait de la rendre heureuse. Alors quand elle lui disait qu’il était adorable, il ne pouvait qu’être fier de lui. Si elle le disait c’était qu’il avait réussit à remplir la petite mission qu’il s’était donné. Pour elle il l’était toujours de toute manière. Enfin mis à part quand ils s’engueulaient bien sûr. Mais on va pas chipoter pour un petit détail quand même. Est-ce qu’ils étaient en train de s’engueuler, là? Non, ils partageaient tous les deux un dîner, main dans la main, yeux dans les yeux (en regardant leurs assiettes quand même de temps en temps… Bavé c’est pas très sexy non plus, faut l’avouer). En bref, ils passaient un bon moment. Un moment qui faisait du bien, et qui prouvait qu’ils étaient capables de vivre ensembles sans se disputer constamment. Ils étaient même capables de s’amuser un peu pour pas grand chose, comme quand Aden avait demandé à sa princesse de fermer les yeux le temps qu’il aille chercher le dessert. Il avait voulut lui faire une petite surprise avec sa glace préféré et un petit chocolat chaud qu’elle avait toujours l’habitude de prendre le soir devant la télé. Mais à son avis, ce soir là, l’écran en resterait probablement éteint. Voir même certainement. Ils avaient quelques petites choses à rattraper tous les deux.

Sa petite moue mignonne quand Maëlys avait fermée les yeux, il l’avait trouvée adorable. D’ailleurs, Aden avait bien été incapable de se retenir de l’embrasser, et s’il s’était écouté… Ils auraient probablement sauter le dessert. Mais bon, il voulait que cette soirée soit parfaite alors, il s’était tout de même contenue. Parce qu’elle ne pouvait pas l’être sans ce petit dessert, le petit détail qui manquait encore. Et il était ravit de la réaction de sa belle. Elle paraissait émerveillée par tout ça, et c’était exactement l’effet qu’il avait voulut lui donner. Il avait voulut que ce soir, elle soit comme une gosse en quartier libre, avec Disneyland rien que pour elle pour tout un week end. Il allait voulut qu’elle se sente privilégiée d’être ici avec lui, qu’elle se sente aimée, et qu’elle soit heureuse. Il avait réussit, et il en était ravi. Il aimerait vraiment que ce soit comme ça tous les jours entre eux, et il savait que c’était possible. Quand Maëlys lui dit qu’elle l’aimait, il sentit son coeur en sauter dans sa poitrine. Même s’il ne l’avouerait jamais, il était quelqu’un de beaucoup trop fier pour ça. Mais ces trois petits mots le chamboulaient à chaque fois quand sa belle les prononçait. Surtout qu’elle ne le faisait pas souvent, et ce n’était pas plus mal. Ils n’étaient pas ce genre de couple à se patouiller tout le temps et à se dire qu’ils s’aimaient toutes les minutes, ils n’en avaient pas besoin. Ils savaient les sentiments qu’ils avaient l’un pour l’autre, et chaque je t’aime qu’ils se disaient étaient plus authentiques les uns que les autres. C’était ça, le plus important de toute manière.

Le repas ayant touché à sa fin, sa princesse était venue s’installer sur ses genoux. Ce qui arrangeait plutôt Aden en fait. Même s’ils n’étaient pas loin l’un de l’autre, les moments où il l’avait dans ses bras étaient nettement ses préférés. Pouvoir la toucher, l’embrasser, et la regardait d’aussi près que possible, il n’y avait rien de tel pour le brun. Enfin, la regarder pour l’instant, ce n’était pas tellement possible. En effet, la blonde n’avait pas tarder à prendre possession de ses lèvres. Un baiser qui fut rompus le temps que le couple échange quelques paroles. Puis, après un nouveau baiser échangé, plus passionné celui ci, il fallait bien l’avouer, le barman s’était levé et portait à présent sa belle dans ses bras comme une princesse pour l’emporter jusqu’à leur chambre, leur véritable petit cocon d’amour. Aden avait répondu à son rire par un sourire en coin avant de reprendre à nouveau possession des lèvres de Maëlys. Il se dirigeait vers la chambre, un peu à l’aveuglette d’ailleurs. Les lèvres de sa belle avaient finis par quitter les siennes pour se diriger vers son cou. Les yeux fermés, le brun savourait cette sensation qui faisait progressivement monter un sentiment d’excitation en lui. Maé n’avait pas besoin de faire grand chose pour provoquer ce sentiment en lui, mais alors quand elle faisait ça… C’était la véritable explosion. Aden était tout simplement incapable d’y résister.

Mais bien sûr, quand on ne regarde pas où on va, on finit forcément par se cogner dans quelque chose. Et pour le coup, c’était les pieds de la blonde qui avaient pris. « Oups. » L’accompagnant dans son rire, il finit par la déposer sur le lit avec délicatesse une fois qu’ils furent arrivés à destination. Se laissant entraîner par sa princesse, il vint loger son corps contre le sien, posant ses deux mains de chaque côté de son visage pour pouvoir la regarder dans les yeux. Alors qu’elle commençait à déboutonner sa chemise, il n’avait pas put se retenir plus longtemps, et était venu à nouveau prendre possession de ses lèvres. Il l’embrassait avec tendresse, douceur, mais surtout avec énormément d’amour. Sentant que la blonde était arrivée à bout des boutons de sa chemise, il s’était redressé l’espace de quelques seconde pour la retirer et la balancer dans un coin de la pièce. Il entendit quelque chose tomber, et se casser, mais ne s’en soucia pas pour le moment, en fait. Il s’en fichait complètement là tout de suite d’avoir cassé un truc. Il s’était donc penché à nouveau vers sa belle, mais pas pour reprendre possession de ses lèvres, non. Il avait plongé directement vers son cou, y déposant des baisers, la mordillant de temps en temps. Ses mains étaient venues se poser sur sa taille, se glissant sous son t shirt pour venir caresser sa peau de porcelaine. Il les remontait tout doucement tout en continuant à déposer des baisers dans son cou jusqu’à finalement retirer complètement le haut de sa belle.

code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Sam 15 Oct 2016 - 21:03

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


Si je croyais au grand amour? Petite fille, j'avais voulu y croire. Vraiment. En fait non, j'y croyais. Je rêvais du grand mariage, de la magnifique robe blanche, des invités, du fiancé parfait, de la cérémonie au top... Puis en grandissant, j'avais comprit que ce n'était pas ça l'important. Oh, bien sûr que je voulais me marier un jour et pouvoir avoir une journée où je serais comme une véritable princesse dans une robe à tomber. Mais si jamais je tombais sur un homme qui ne voulait pas ça, ça n'était pas si grave. Parce que le bonheur ne se résumait pas à une cérémonie de mariage. Le bonheur, c'était quelque chose de tellement plus grand. Quelque chose d'indescriptible. Et je l'avais trouvé. J'avais trouvé mon bonheur en la personne d'Aden. J'étais heureuse avec lui, malgré nos coups durs, malgré nos disputes, malgré nos fins de mois difficiles. J'étais comblée. J'étais aimée par l'homme que j'aimais et j'étais persuadée qu'il était l'homme de ma vie, le vrai, le bon. Celui qui ne cessera jamais de me surprendre, celui dont je ne me lasserais pas. Celui avec lequel je voudrais partager le restant de mes jours (qui allait être encore très long d'ailleurs) malgré notre jeune âge, avec ou sans le mariage. Même si le mariage serait la cerise sur le gâteau, serait un bonus non négligeable. La seule chose qui me faisait peur, c'était qu'un jour il se lasse de moi, de mes ronchonneries, qu'il tombe amoureux d'une autre femme et me fasse sortir de sa vie. J'ignorais ce que je ferais si je venais à le perdre. Il faisait à présent partis intégrante de ma vie et je me refusais de le perdre, de le voir sortir de ma vie. C'était pour ça que je ferais mon possible pour qu'on trouve nos marques, que nos disputes cessent. C'était normal de s'engueuler dans un couple, mais pas aussi souvent que nous. C'était pas possible. C'était pas normal. On devait y remédier et je ferais tout ce qui m'était possible pour y arriver parce que je voulais qu'il soit heureux et je savais que nos disputes le minaient, tout comme elles me minaient moi aussi. C'était faisable. Et je n'étais pas prête à laisser tomber.

C'était dingue mais malgré le fait que j'habitais chez lui depuis seulement deux mois, j'adorais déjà toutes nos petites habitudes. L'entendre changer sous la douche le matin. Nos repas parfois silencieux parce que nos échanges de regards et de sourires nous suffisaient. Nos repas parfois plus animés parce qu'on avait un tas de choses à se dire ou juste tout simplement parce qu'on avait envie de s'embêter et de se chamailler gentiment. Mon chocolat chaud tout en me blottissant dans ses bras pour regarder la télé. Le fait de le trouver à l'appartement en rentrant des cours. Essayer de l'attendre parce que j'avais envie de le voir quand il rentrait de son travail et de lui dire bonne nuit. L'embrasser juste en passant à côté de lui, sans raison particulière. Nos fous rires. Nos batailles d'oreillers quand on se chamaille comme des gosses. Toutes ces habitudes, c'était mes petits plaisirs. Mes petits plaisirs qui me comblaient de bonheur chaque jour passé aux côtés de mon petit-ami.

Bien sûr, tout n'était pas parfait. On se disputait. Mais on se réconciliait aussi. Comme ce soir. Le fait de ne pas pouvoir beaucoup participer financièrement me gênait. Je n'aimais pas ça. Si je n'avais pas tout mis dans le financement de mes études, j'aurais pu aider plus. J'avais quand même économisé deux longues années pour payer mes études. Mais je n'avais pas prévu me mettre en ménage aussi rapidement. Je ne regrettais pas du tout de l'avoir fait. Je regrettais juste de ne pas pouvoir participer autant. Je savais parfaitement que l'argent ne faisait pas le bonheur. Mais le fait était que j'aurais bien aimé l'aider quand même. Je n'avais pas besoin d'une grande maison avec la barrière blanche. J'étais très bien dans cet appartement. Il me plaisait même beaucoup. Mais certains fins de mois étaient difficiles et j'aurais aimé pouvoir les rendre plus faciles à passer. J'étais une fille simple et jamais je ne lui en voudrais de ne pas être un gars riche. Au contraire même. L'argent pouvait faire tourner des têtes et j'étais bien contente d'être tombée sur un homme ayant les pieds sur terre et qui connaissait la réelle valeur des choses. C'était le plus important. C'était pour ça que je ne voulais pas trop qu'il m'offre de bijoux qui, il fallait bien l'avouer, pouvaient s'avérer être chers. On ne pouvait pas le nier.

Finalement, la soirée avait été parfaite. On pouvait dire que c'était des réconciliations au top niveau. Aden avait pensé au moindre détail. C'était donc tout naturellement que la suite des réconciliations se dirigent vers une chambre. Portée comme une princesse, j'embrassais le cou de mon petit-ami jusqu'à ce que mes pieds se cognent contre l'encadrure d'une porte. Je ris, tout comme lui d'ailleurs. Je n'avais pas eu mal après tout. « Oups. » Peu importait. Il finit par me déposer sur le lit et je l'avais attiré vers moi. J'ouvris sa chemise, bouton après bouton, tout en répondant à son baiser avec une envie et une tendresse entremêlées. Une fois sa chemise ouverte, il se redressa pour la retirer. Je posai mes yeux sur son corps musclé. Ses muscles en action le temps qu'il retire sa chemise me firent me mordiller la lèvre inférieure, un peu plus vers la droite que le milieu, comme toujours. J'avais vraiment de la chance parce que croyez moi, j'avais presque l'homme parfait. Il lança sa chemise et j'entendis quelque chose tomber au sol et se briser. Je voulu me tourner pour voir ce qui venait de tomber mais il venait déjà embrasser et mordiller mon cou alors je n'en eu pas l'occasion. Et puis, peu importait pas vrai? Je ris et passai mes mains sur ses bras, caressant chacun de ses muscles. Il toucha ma peau et cela me procura d'énièmes frissons. Je l'aidai à retirer mon haut et je repris possession de ses lèvres avant d'inverser les positions. A califourchon sur lui, j'embrassai son cou et je descendis mes baisers sur son torse, mes mains posées sur son ventre. Je me redressai ensuite pour retirer mon soutien-gorge avant de me pencher à nouveau pour reprendre possession de ses lèvres...

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Dim 16 Oct 2016 - 21:47


 
Just you and me Ft. Maëlys
 
C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience.  C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Aden voulait que Maé soit heureuse. Sérieusement, c’était tout ce qui lui importait. Il voulait être la source de ce bonheur, la raison de son sourire, et être celui qui la ferait éternellement rire. Et même s’il n’était qu’un simple barman, il voulait lui offrir le mariage parfait. C’était clair que ça ne serait pas tout de suite, mais en réalité, il avait déjà commencé à économiser pour ça, sans en parler à sa belle. Il voulait lui faire la surprise. Lui montrer aussi par là qu’il prenait vraiment leur relation au sérieux et qu’il voulait que ça dure. Pas seulement quelques mois ou quelques années, mais toute une vie. Il voulait lui offrir cette journée inoubliable, lui permettre de porter la robe de ses rêves, et la regarder s’avancer vers l’autel au bras de son père avec le sourire aux lèvres. Il y pensait, depuis quelques temps, mais il avait aussi peur de la réponse de la belle le jour où il oserait enfin sauter le pas. Ce qui n’était pas prêt d’être tout de suite, c’était clair. Après tout, ça ne faisait que quelques mois qu’ils étaient ensembles, et ce n’était pas parce qu’Aden avait déjà considéré la possibilité du mariage que sa belle en avait fait autant. Il avait besoin d’elle, et en aurait toujours besoin, il le savait. Depuis qu’elle était entrée dans sa vie, cette dernière était plus belle. Il se souciait moins des choses, il se prenait beaucoup moins la tête. C’était comme s’il avait commencé à vivre en quelques sortes, même si avant il n’était pas non plus malheureux. Il ne l’avait jamais véritablement été en fait, mis à part à la mort de sa mère. Mais c’était encore autre chose. Aujourd’hui il avait trouvé la femme de sa vie, et il ne comptait pas la laisser partir. Il l’avait même déjà présenté à son père, comme quoi, il était vraiment devenu accro à elle. L’aîné des Shalow n’avait jamais rencontré aucune des copines de son fils. Maëlys était la première, et Aden espérait bien qu’elle serait la dernière.

Il aimait sa vie avec elle. Il aimait se réveiller la matin et se tourner dans le lit pour l’embrasser et lui dire bonjour. Il aimait la regarder fouiller dans l’armoire pour savoir ce qu’elle allait mettre. Quand elle se maquillait et qu’elle ouvrait sa bouche en grand pour mettre son mascara, ça le faisait rire. Quand elle venait se blottir contre lui sur le canapé et qu’il plongeait son visage dans ses cheveux pour respirer son parfum…. Toutes ces choses, il ne pouvait tout simplement plus s’en passer maintenant. Ça faisait partit de son quotidien, c’était complètement ancré dans ses habitudes. Devoir tout arrêter d’un coup… C’était juste pas concevable pour Aden, pas du tout. Il voulait continué à rentrer tard le soir de son travail et la trouvée endormie sur le canapé parce qu’elle avait essayée de l’attendre. Il voulait encore la porter jusqu’à leur lit et la bordé avant de s’allonger à côté d’elle jusqu’au lendemain matin. Il voulait aussi essayé de trouver un boulot avec des horaires moins contraignantes, pour pouvoir passer ses soirées avec elle. Et surtout pour pouvoir s’endormir et se réveiller en même temps que sa princesse. Parce que mine de rien, ce rythme de vie, ce n’était pas tous les jours évidents. Mis à part ce soir, le reste de la semaine, ils n’avaient pas put profiter de leur temps libre ensembles, et à la longue, c’était pesant. Et au final, c’était peut être ça leur plus gros problème. Peut être qu’en trouvant un travail avec des horaires standards, Aden arriverait à souder leur couple à nouveau.

De toute façon, c’était tout ce qu’il voulait, qu’ils en reviennent à leurs débuts. Il voulait à nouveau prendre le temps de se balader dans le parc avec elle l’été, l’emmener au restaurant, ou même juste au cinéma pour voir un film. Il voulait voyager avec elle, lui faire découvrir le monde, se balader au bord de la plage… Toutes ces choses clichées qu’on pouvait voir dans les films et qu’il n’assumerait jamais de vouloir faire, il le voulait. Il voulait vivre ce genre d’histoire unique avec elle, cette histoire qu’ils raconteraient à leurs enfants et à leurs petits enfants. D’ailleurs des enfants aussi il en voulait, et seulement avec elle. Il n’était pas certain de tenir le coup à l’accouchement mais bon… Il ferait tout de même un effort. Même s’il devait tomber dans les vapes. N’empêche.. Il se sentirait vachement con si ça devait arriver ça.

Mais bon, pour l’instant, ils passaient juste une petite soirée ensembles. Et une très bonne soirée en fait. Qui avait bien commencée et qui allait bien finir. En même temps, Aden avait tout prévu. Peut être pas dans les moindres détails, mais il avait prit soin de rassembler la majorité des choses qui plaisaient à Maëlys en un seul coup, histoire de lui faire vraiment plaisir. Et il avait réussit. Il avait rendu le sourire à sa belle, et il en était plus qu’heureux. Après le diner, c’est tout naturellement que les choses s’enchaînèrent. Après avoir échangé quelques baisers, le couple se dirigea vers sa chambre; Maé dans les bras d’Aden, et embrassant son cou alors que ce dernier avançait à l’aveuglette. Ce qui coûta un petit coup dans un encadré de porte pour le pied de la belle. Et qui entraîna le rire du couple. Arrivé dans la chambre, le brun avait déposé sa belle sur le lit avant de venir s’installer au dessus d’elle pour l’embrasser. La belle, pendant ce temps, s’occupait des boutons de sa chemise tout en répondant à son baiser, lui transmettant par là tout son désir et son envie que le jeune homme pouvait ressentir jusque dans ses tripes. Alors qu’il se redressait pour retirer sa chemise, il regardait sa belle qui le détaillait du regard. Juste avant qu’elle se morde la lèvre. Il adorait quand elle faisait ça, c’était totalement le genre de truc qui le faisait craquer, et augmentait son désir pour elle aussi. Une fois sa chemise retirer, il la balança sans regarder au travers de la pièce avant de replonger vers sa belle pour venir embrasser son cou. Bien sûr, il avait cassé quelque chose, quoi, il s’en fichait pas mal pour l’instant, et de toute façon c’était trop tard, c’était fait.

Le brun sourit en entendant son rire. Autre chose qu’il adorait chez elle. De toute façon, qu’est ce qu’il n’aimait pas? Pas grand chose, c’était clair. Même si elle n’était pas parfaite, elle était parfaite pour lui, et ça lui allait très bien. Les mains de la belle s’étaient aventurées sur les bras du jeune homme, provoquant des chocs électriques dans son corps. Rien qu’en le touchant, elle arrivait à le rendre dingue. C’était peut être pour ça qu’il n’avait pas retarder à lui retirer son haut. Sa belle en profita alors pour reprendre possession de ses lèvres, et aussi le pousser sur le côté pour finalement prendre le dessus à son tour. Aden lui rendit son baiser, venant à nouveau mordiller sa lèvre inférieure, tout en laissant ses mains glisser le long de son dos. Mais il ne put pas en profiter longtemps car sa princesse avait décidée de s’attaquer à son cou pour y déposer quelques baisers et progressivement dériver vers son torse. Aden avait fermé les yeux, laissant ses doigts glisser dans les boucles d’or de Maëlys. Il savourait cette sensation de sentir ses lèvres contre sa peau, son souffle l’effleurer lentement. Puis la belle se redressa, passant ses mains dans son dos pour en retirer son soutien gorge. Bien sûr, le brun en avait profiter pour l’admirer. Elle était tellement belle qu’il ne se lasserait certainement jamais de ce spectacle. Même si elle ne portait pas des dessous sexy ce soir, il s’en fichait, elle était splendide. Et puis de toute manière, elle n’allait pas les garder longtemps ses dessous alors… Y avait vraiment pas de quoi chipoter. La blonde replongea ensuite à nouveau vers les lèvres du brun, qui avait posé sa main sur sa joue avant de se redresser en position assise pour la sentir encore un peu plus proche de lui. Sa main glissa alors entre leur deux corps, effleurant avec délicatesse la peau douce de sa belle, s’attardant sur sa poitrine avant d’atteindre son pantalon. Qu’il ne tarda pas à déboutonner avant de tirer dessus pour l’attirer un peu plus contre lui encore. Mais bon, il dut bien l’éloigner quelques secondes de lui pour lui retirer ce bout de tissu inutile avant de l’attirer de nouveau sur ses genoux pour venir lui mordiller sa mâchoire. Ce goût qu’il avait quand ses lèvres entraient en contact avec sa peau… Il ne s’en lasserait jamais.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin


Dernière édition par Aden J. Shalow le Jeu 20 Oct 2016 - 19:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Mar 18 Oct 2016 - 21:01

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


Vous devez penser qu'Aden et moi, nous étions allé bien trop vite. Qu'on avait mit la charrue avant les boeufs. Ce n'était pourtant pas ça. Pas ça du tout. On s'aimait et nous n'avions simplement pas eu envie de perdre une seule journée de notre temps. La vie étant courte, nous avions simplement décidé d'en profiter, de vivre, d'aller vers là où on le désirait. Alors oui, en huit mois ensemble, nous avions déjà franchis pas mal d'étapes. Aden m'avait présentée à son père, ainsi qu'à sa belle-mère et sa "demi-soeur". Tout s'était bien passé. Je me souviendrais toujours du stress que j'avais ressentis à l'idée de les rencontrer. J'aimais tellement Aden et j'avais une trouille horrible que sa famille ne m'approuve pas, qu'ils ne m'acceptent pas. Certaines personnes étaient prêtes à laisser tomber leur petit(e)-copain(ine) si il/elle ne plaisait pas à leur famille. Je savais Aden indépendant mais l'avis de sa famille était tout de même important. Alors oui, j'avais eu une peur bleue de ne pas leur faire une bonne impression. Après, au bout de six mois, on s'est installé ensemble. Six mois de relation, ce n'était clairement pas grand chose. Mais avec un coup de foudre comme le nôtre, pourquoi attendre? On était raide dingue l'un de l'autre et on ne voulait pas gaspillé le moindre moment à être séparés. Était-ce mal? Était-ce aller trop vite en besogne? Non, je ne crois pas. C'était simplement aller vers là où le coeur nous pousse, sans exubérance, sans entraves mais surtout, sans pudeur ni crainte.. On s'aimait et c'était clairement tout ce qui comptait à nos yeux. Alors oui, j'imaginais déjà que la prochaine étape serait le mariage. Ce n'était pas demain la veille mais bien sûr que j'espérais qu'un jour, Aden mettrait un genoux à terre pour me demander ma main. Et malgré nos difficultés actuelles, je savais déjà que ma réponse serait oui. Quoi qu'il arrivait, j'espérais que lui et moi, ce serait pour la vie.

Ce n'était pas facile pour nous depuis qu'on vivait sous le même toit mais je soupçonnais diverses petites choses de notre quotidien étant reliées ensemble et constituant donc un problème plus grand qui faisait qu'on avait des difficultés que nous n'avions jamais eu auparavant. Peut-être les horaires étaient-ils difficiles à supporter. Il y avait certains jours où on ne faisait que se croiser et c'était certain que ça n'aidait pas forcément à une très bonne communication dans un couple. Devoir se laisser un mot pour dire à l'autre de faire ci ou ça, sans même pouvoir lui dire merci en le regardant dans les yeux ou simplement le remercier en l'embrassant, ça n'était pas évident. Mais s'il n'y avait que ça, je crois qu'on y arriverait, à le surmonter. Mais malheureusement, ce n'était pas qu'une question d'horaires. Je crois que d'une certaine façon, je m'en voulais de ne pas pouvoir participer plus, au niveau financier. Et peut-être que ça me rongeait un peu de l'intérieur et que ça se répercutait par une humeur pas toujours au top et des reproches idiots à Aden qui n'avait pas forcément mérité ces dits-reproches justement. Comme le matin même avec une histoire de vaisselle pas faite. Sérieusement, était-ce si dramatique qu'il n'ait pas fait la vaisselle après avoir mangé en rentrant du boulot? Ou en partant avant que je n'arrive de révisions tardives? Je ne savais même plus exactement ce que je lui reprochais alors c'était pour dire. Il avait dû être crevé. Ou stressé si c'était avant de partir. Quel drame était-ce? Il n'y en avait pas. Le pire c'était que je m'en rendais compte que c'était totalement idiot et que ça n'avait aucune raison censée de déclencher une dispute. Pourtant, j'avais râlé, ce qui avait fait qu'on avait haussé le ton, que la dispute était arrivée et que j'étais partie en claquant la porte. C'était clairement pas la faute d'Aden, c'était la mienne.

Je savais qu'il ne me demandait pas de participer plus que ça mais... intérieurement, je m'en voulais. Je m'en voulais parce qu'on vivait à deux sur un seul salaire et on sait tous très bien qu'un barman ne gagne pas une fortune par mois non plus. Alors oui, je faisais les courses. Oui, j'entretenais l'appartement. Mais non, je ne payais pas de factures. Non, je ne payais jamais le loyer. Je crois qu'à force, ça me rongeait et je n'osais pas en parler avec Aden de ce que je ressentais parce que... Parce qu'il me dirait que ça ne le dérangeait pas. Alors je réfléchissais. Je me demandais si je n'allais pas prendre un boulot à côté. Mais gérer mes études, les stages et un boulot? Je n'aurais plus une minute pour lui et je n'aurais même plus une minute pour moi. Ce n'était pas vraiment réalisable... Et si c'était pour qu'en plus, on se voit encore moins, je craignais qu'au fond, ça n'arrange rien du tout. Au contraire même. Puis, il y avait d'autres petites choses qui faisaient peut-être qu'on avait du mal. Mais j'étais persuadée qu'on finirait par trouver une solution. Parce qu'on s'aimait et qu'on avait bien l'intention que notre couple marche, même si il allait falloir qu'on fasse des sacrifices chacun de notre côté pour que ça fonctionne et qu'on retrouve le bonheur qu'on avait avant. Non pas que j'étais malheureuse hein! Simplement, j'aimerais bien qu'on ait moins de disputes, surtout sur des sujets aussi futiles.

Quoi qu'il en était, ce n'était pas l'heure pour moi de chercher une solution à nos problèmes puisque nous étions - sagement? - allongés sur le lit en train de nous embrasser et de commencer à nous effeuiller. J'inversai les rôles, embrassant son cou, son torse, puis je me redressai pour retirer mon soutien-gorge. J'étais loin de porter des dessous sexys ou en dentelles ou que savais-je d'autres. Je ne savais même pas si je portais un ensemble ensemble ou si j'avais dépareillé. Je m'étais habillée à l'arrache le matin-même et je n'avais pas vraiment pensé qu'on aurait une réconciliation aussi sensuelle et impliquant si peu de vêtements. Il se mit en position assise, m'embrassant, ouvrant mon pantalon après avoir effleuré ma poitrine. Sa main sur ma peau nue me donnait sans cesse des frissons. Une fois débarrassée de mon pantalon, je me débarrassai du sien. Pas question qu'on soit dans l'inégalité question nombre de vêtements. Je frôlais sa peau du bout des doigts, l'embrassant avec passion et amour, le caressant au passage,... Les préliminaires durèrent encore un peu jusqu'à ce que nous soyons tout les deux nus sous les draps. Quelques autres préliminaires puis nous passâmes à l'union de deux corps amoureux, s'entrelaçant dans un acte d'amour, mêlant passion, tendresse et amour...

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Jeu 20 Oct 2016 - 20:46


Just you and me Ft. Maëlys

C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience. C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Aden n’avait pas eut une vie facile. Ayant perdu sa mère alors qu’il n’était encore qu’un enfant, il s’était rendue compte que cette chose si importante, pouvait être aussi très éphémère. Ça lui avait permit de réaliser à quel point la vie pouvait être courte, et que chaque instant en était important, qu’il soit tragique, ou au contraire magique. Quand il a rencontré Maëlys, il a vu en elle cette petite lumière qui lui manquait pour être totalement épanoui au quotidien. Elle lui apportait cette chose qu’était le bonheur conjugal, cette vie à deux qui pouvait être compliquée parfois, mais à la fois si simple qu’elle en devenait apaisante. Peut être qu’ils s’étaient précipités en emménageant ensembles aussi vite, peut être que c’était ce que les gens pensaient. Mais Aden s’en fichait pas mal, de l’avis des autres. Il savait ce qu’il voulait, il savait que Maé était la seule capable de le rendre heureux et de lui apporter cette chose qui lui manquait avant qu’il la rencontre. Est ce qu’il la considérait comme étant la femme de sa vie? Certainement. Elle était la seule qui le comprenait totalement, qui savait toujours quoi lui dire quand il avait le moral dans les chaussettes. En fait, quelques fois, elle n’avait même pas besoin de lui parler. Sa seule présence l’apaisait et il avait juste besoin de balader ses yeux sur les doux traits de son visage pour se sentir parfaitement détendu et à sa place. Aden savait au fond de lui qu’il avait enfin trouvé la bonne personne, celle qui partagerait sa vie jusqu’au bout, celle avec qui il aurait des enfants, et aussi celle qui mourrait dans ses bras. Enfin, cette partie là, il espérait qu’elle n’arriverait pas avant très longtemps. Parce que si Maëlys venait à le quitter un jour, il savait très bien qu’il ne s’en remettrait jamais, et deviendrait tout simplement l’ombre de lui même.

Après, c’était certain que leur vie de couple n’était pas facile tous les jours, surtout depuis qu’ils vivaient ensemble en réalité. Mais ça ne faisait que trois mois à peine que la blonde avait emménagée dans son appartement. Elle devait prendre ses marques, se faire une place dans cette habitation où Aden avait vécut seul pendant un sacré bout de temps. Un appartement qui manquait nettement de décoration, d’ailleurs. Après tout, Aden était un mec, lui et la déco… Enfin, ils n’étaient pas très bon amis. En fait, il trouvait ça assez superflu, la décoration. Mais en arrivant, Maëlys y avait mit sa petite touche de féminité, y mettant quelques bibelots par ci par là, une plante verte dans le salon, une nappe sur la table. Elle avait aussi achetée des cadres pour disposer des photos de leur famille sur les murs, en plus des souvenirs heureux qu’ils avaient pu partager ensemble. Et au final, le brun était plutôt contente qu’elle l’ait fait. L’appartement semblait plus chaleureux, et donnait encore plus envie d’y retourner après une longue nuit de travail. Il n’était pas rare non plus pour le barman de s’arrêter devant l’une des photos, et se remémorer ses bons souvenirs immortalisés en une image. Ça lui donnait le sourire au lèvres, et lui mettait du baume au coeur, en se disant qu’il avait vraiment de la chance d’avoir des souvenirs aussi inoubliables à revivre à chaque instant.

Autant dire que le côté financier… Il pouvait passer au dessus. Même si quelques fois ce n’était pas forcément évident pour le couple, Aden savait que ce n’était que temporaire, et que le plus important était que Maëlys finisse ses études. Ce n’était d’ailleurs que sur les coups de colère qu’il lui reprochait ça, alors qu’au final il ne le pensait même pas. Depuis qu’il avait quitté la maison de ses parents, il s’était débrouillé tout seul, même les mois où il risquait de se retrouver à la rue. Il avait toujours prit sur lui et trouver un moyen de se sortir de la mouise dans laquelle il s’était fourré. Le brun était persuadé qu’il y arriverait aussi avec sa princesse. De toute façon il n’y avait pas de raison. Ils s’aimaient, et même si Aden n’était pas un spécialiste en amour, il savait que ça pouvait leur permettre de passer au dessus de tout et d’être finalement heureux ensemble. Pas qu’ils ne l’étaient pas actuellement, hein… Mais leur situation était compliquée, de façon à ce qu’ils ne pouvaient pas être totalement épanouis tous les deux. Mais ça changerait, ça s’améliorerait. Il le fallait. Peut être qu’au final, ils finiraient par s’acheter une petite maison de banlieue, avec un petit chien et un jardin. Ils auraient de magnifiques enfants, et des photos de leur mariage sur le meuble du salon. C’était l’objectif qu’Aden s’était fixé. Et il avait déjà commencé à économiser pour lui offrir la plus belle bague de fiançailles qu’il pourrait trouver. Bien sûr, la belle n’était pas au courant. vous allez dire « bouh, il lui fait des cachoteries! » mais il voulait juste que ce moment soit absolument parfait et tout en surprise.

Enfin pour l’instant, le mariage, il n’y pensait pas trop. Aden était surtout concentré sur les lèvres de sa belle en contact avec les siennes, et les sensations que cette connexion lui procurait. Cette connexion qui s’étendait à beaucoup plus qu’un simple contact physique. Dans des instants comme celui ci, leurs esprits étaient comme en communication, ils n’avaient pas besoin de parler pour savoir ce que désirait l’autre, un regard échangé, un effleurement, était largement suffisant. Le couple ne tarda pas à se retrouver complètement nu, s’apportant à tour de rôle ce plaisir et cette envie encore plus intense que provoquait les préliminaires. Et c’est tout naturellement que les deux jeunes adultes finirent par s’unir, dans cet acte sensuel et remplit d’amour. Leurs souffles se mêlaient à travers leurs soupires échangés, la peau de la blonde provoquait des frissons chez Aden, qui se perdait au fur et à mesure dans sa chevelure d’or. Le couple finit par se séparer, le brun se laissant tombé sur le matelas juste à côté de sa belle. Il l’attira ensuite contre lui, glissant ses doigts le long de son bras et embrassant son front du bout des lèvres. « Je t’aime, Maëlys Ariane Hamilton. » Comment est ce qu’il connaissait son deuxième prénom? C’était vrai que la chose n’était pas encore venue dans l’une de leur conversations. En réalité, il était tout simplement tombé sur sa carte d’identité une fois, et avait enregistré l’information. Histoire que, quand il lui demanderait de l’épouser, il le fasse dans les règles de l’art jusqu’au bout.

code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maëlys A. Hamilton


∞ Arrivé(e) à Toronto : 08/10/2016
∞ Messages : 874
∞ Points : 201
∞ Emploi/Etudes : Dernière année de droit

MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Dim 23 Oct 2016 - 20:51

Just you and me

ft. Aden J. Shalow


J'avais pour habitude d'essayer de prendre les choses de façons positives. Je me disais que tout ce qui nous arrivait nous arrivait justement pour une bonne raison et qu'il fallait tenter d'en tirer le meilleur même si ce n'était clairement pas toujours évident. J'aimais croire que chaque épreuve, chaque obstacle mis sur notre route était mis là pour nous rendre plus fort, pour nous mener à quelque part, à là où est notre place. Cela doit sonner un peu étrange dis comme ça. Mais la vie m'avait apprit qu'il fallait voir les choses du bon côté parce que sinon, on se ferait bouffé et on ne parviendrait jamais à atteindre le véritable bonheur, à trouver notre place dans le monde. Vers l'adolescence, j'avais des rondeurs. J'avais subis les moqueries. J'avais subis l'isolement. Puis j'avais rencontré Sarah. Et elle m'avait fait comprendre que peu importait à quoi je ressemblais, que peu importait quels efforts je fournissais, les gens méchants auraient toujours de quoi critiquer, de quoi se moquer. Elle m'apprit à prendre la vie du bon côté, à être moi-même sans penser à ce que les autres pourraient dire, au qu'en dira t-on. Ce fut après cette rencontre que je recommençais à croquer la vie à pleines dents. Oh bien sûr, ça ne m'empêchait pas d'être triste, il ne faut pas se leurrer. Il n'existe aucun remède miracle contre la tristesse, la peine, la douleur. Mais prendre la vie comme elle vient peut aider à combattre tout ça. Avec Aden, il y a des moments douloureux. Nos disputes me rendent triste à souhait. Et j'ai beau prendre la vie du bon côté, ça ne m'amuse pas pour autant. Même si les réconciliations sur l'oreiller sont des plus agréables et amusantes, elles. Mais au moins, je profite de chaque seconde de bonheur que la vie m'offre parce que c'est ce qu'il faut faire. Profiter de toutes les bonnes choses sur notre chemin, parce que des obstacles se mettront en travers, des obstacles parfois durs à surmonter. Alors ma leçon de vie serait simplement de profiter de tout ça autant qu'il en est possible.

Certaines personnes mettent des années et des années à trouver leur place. Parfois même, certaines personnes ne trouvent jamais leur place... Certains découvriront qu'ils sont faits pour être professeurs, d'autres pour faire de l'humanitaire. D'autres découvriront qu'ils sont heureux en aidant les animaux, ou d'autres encore en réparant des voitures. Moi ma place je l'avais trouvée auprès d'Aden. Je me sentais bien avec lui. Vous n'imaginez même pas à quel point. Ce que je vais dire va paraître très cliché mais je m'en fiche: j'avais la sensation qu'Aden était un peu comme... mon âme-soeur. Ou quelque chose du style. J'étais contente qu'il m'ait laissé mettre ma petite touche dans son appartement. J'avais mit quelques cadres avec des photos de sa famille, de ma famille et de nous deux. J'avais mit une plante verte aussi parce que mine de rien, une plante changeait tout de suite un appartement. Mais je n'avais pas abusé. Je n'étais pas venue avec des draps féminins, des fleurs à droite et à gauche, du rose. Je lui laissais son appartement comme il était. J'avais juste égayé un peu et mit des trucs à mois, deux ou trois bibelots, pour que je me sente vraiment chez moi. Même si au fond, je dirais toujours "Chez Aden" quand on me demanderait où je vivais. Parce que c'était lui qui payait les factures, les loyers et tout était à son nom même si je vivais là et que j'avais rajouté deux ou trois trucs. J'étais chez Aden et ça, je le savais parfaitement. Mais grâce à lui, je me sentais un peu chez moi. Et puis, un foyer n'est pas un endroit à notre nom. C'est un endroit où se trouvent les personnes que l'on aime. Et comme j'étais totalement amoureuse d'Aden et que je voyais mon avenir avec lui - pourquoi pas un mariage et des enfants un jour, qui sait après tout -, c'était là que se trouvait mon foyer et ma place.

Finalement, après une énième dispute, nous en étions à l'étape de la réconciliation. C'était une étape des plus agréables. Après un bon dîner, on était allé dans la chambre et nous nous étions unis dans un acte d'amour et de passion. Nos voix. Nos souffles. Nos regards. Nos gestes. Tout était à l'unisson. Un plaisir partagé, loin d'être égoïste. On finit par se séparer et il s'allongea à côté de moi sur le matelas avant de m'attirer contre lui. Je me blottis, posant ma tête et une main sur son torse alors qu'il caressa mon bras et embrassa mon front. « Je t’aime, Maëlys Ariane Hamilton. » Maëlys Ariane Hamilton? J'étais sûre de ne jamais lui avoir dit mon second prénom. Alors comment pouvait-il le savoir? Je souris cependant en rougissant légèrement. Cet homme était parfait. Il ne me disait pas forcément souvent qu'il m'aimait mais à chaque fois qu'il le disait, ça me donnait des frissons qui parcouraient tout mon corps. A chaque fois qu'il le disait, c'était unique et c'était presque comme si il le disait pour la première fois. Je levai mon visage vers lui, sans me détacher de cette tendre étreinte. « Je suis folle de toi, Aden Shalow... Mais... Comment tu connais mon second prénom? Surtout que je ne connais même pas encore le tien... » Je mordillai légèrement l'intérieur de ma joue en le regardant droit dans les yeux. Se pouvait-il que j'ai trouvé l'homme de ma vie? J'avais envie d'y croire en tout cas.

code by ORICYA.


_________________

I love you,
Tyler ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   Jeu 27 Oct 2016 - 18:20


Just you and me Ft. Maëlys

C’est impossible, dit la Fierté. C’est risqué, dit l’Expérience. C’est sans issus, dit la Raison. Essayons, murmure le Coeur.


Aden était du genre à pas vraiment se prendre la tête. Il savait que la vie était courte, et qu’il fallait en profiter le plus possible au lieu de se torturer avec des broutilles qu’on oublierait très certainement le lendemain. Pour autant, il lui arrivait de faire des exceptions, surtout quand il était très fatigué en fait. Comme ce matin là, avec la vaisselle. Bon, ok, il avait pas encore terminé son café aussi alors du coup… Il s’était tout de suite sentit agressé et avait répliqué pour se défendre. Mais il le regrettait à présent, en fait. Et il détestait cette partie de lui qui disait « Me parle pas tant que j’ai pas finis ma tasse » c’était pas vraiment top tous les jours, et même si lui ne s’en rendait pas compte, ça ne devait pas être franchement agréable pour sa belle. Si certains avaient la tête dans le cul de temps en temps, lui c’était tous les jours à chaque fois qu’il se levait. Et le pire, c’est qu’il n’avait jamais rien fait pour en arriver là. En fait, il était comme ça depuis tout petit, et vu que son père ne l’avait jamais vraiment trop pressé le matin… Ben, il était habitué. Et tout le monde sait à quel point changer ses habitudes peut devenir compliqué après tant d’années.

Mais le brun voulait quand même faire des efforts… Même si pour le café du matin ça risquait d’être chaud, voir même impossible, mais bon. Il pouvait en faire sur d’autres points tout de même. Après tout, s’il réglait absolument tous ses défauts, c’était pas très drôle non plus. Maëlys allait finir par s’ennuyer au bout d’un moment s’il était trop parfait. Et puis, il n’aurait plus l’occasion de lui faire des surprises comme celle de ce soir, vu qu’il n’aurait plus besoin de se faire pardonner, ce qui était bien dommage, il faut l’avouer. Pas qu’Aden appréciait leurs disputes, ça non. Mais son père lui avait toujours dit que les disputes entretenaient les relations, et qu’un couple qui ne se disputait jamais était un couple mort depuis longtemps. Le tout était juste de réduire la chose au minimum, parce que là, c’était beaucoup trop. Mais pour ça, il fallait en discuter. Ils devraient se poser, une heure ou deux pour faire le point, et essayer de trouver une solution à cette situation qui allait rapidement finir par les exaspérer tous les deux si ça continuait comme ça. Mais pas ce soir. Ce soir, Aden voulait juste profiter de la soirée avec sa princesse. Lui montrer à quel point il l’aimait, et que leurs disputes ne le ferait jamais changé d’avis sur ce qu’il pouvait bien penser d’elle. Bon, ok, il la trouvait chiante, des fois, mais ça, c’était le boulot des nanas. Une fille pas chiante, ça existe juste pas, ou alors c’est pas une vraie. Et le barman avait déjà été habitué à ça en grandissant avec Zoélie donc bon… C’était franchement pas nouveau pour lui.

Et ce soir, il s’était surtout réconciliés. Comme assez souvent, ils avaient finis la soirée dans leur chambres, se portant mutuellement ces petites attentions intimes et ces gestes qu’ils gardaient tous les deux pour quand ils se retrouvaient seuls. Ce seul moment où ils étaient véritablement unis jusqu’au plus profond de leur âme et où chaque petit millimètre de peau se tenait contre celle de l’autre dans une harmonie parfaite de sensualité et de plaisir, autant charnel qu’émotif. Et comme toujours à la fin de leur partie qu’ils ne tarderaient pas à reprendre, le brun avait attiré sa princesse contre lui, savourant la sensation de son corps encore brûlant de leurs échanges contre le sien. Ses doigts glissaient le long de son bras, alors qu’il lui avait avoué qu’il l’aimait. Une fois de plus. En fait, Aden avait peur quelques fois de ne pas le lui dire assez souvent. Ou qu’elle l’oublie. Pourtant, c’était une chose plus qu’importante à ses yeux. Il l’aimait, comme il n’avait jamais aimé quelqu’un par le passé, et il voulait qu’elle s’en souvienne, jusqu’à la fin de ses jours. Parce que lui même ne cesserait jamais de l’aimer, et son coeur battra toujours à l’unisson du sien, tout simplement parce qu’il ne pouvait pas faire autrement. Parce qu’au fond de lui, Aden était persuadé qu’ils avaient étés créés pour se rencontrer, et construire leur vie ensembles. En tout cas lui, ne voulait rien d’autre.

Son regard s’étant posé sur le visage de la blonde, le jeune homme aperçut son léger rougissement sous les rayons de la lune qui était déjà tombée. Est-ce qu’il était si tard? Visiblement oui. Pourtant, le brun n’avait absolument pas vu le temps passé en compagnie de sa princesse. Il lui rendit alors son sourire, replaçant l’une de ses mèches blondes derrière son oreille. « Je suis folle de toi, Aden Shalow... Mais... Comment tu connais mon second prénom? Surtout que je ne connais même pas encore le tien... » Un rire lui échappa. Bon, d’accord, il était grillé, il n’avait plus qu’à avouer maintenant. « T’avais laissée traîner ta carte d’identité une fois… C’est bien possible que mon regard se soit posé dessus par curiosité. D’ailleurs, très jolie photo. » Aden s’en souvenait encore. Elle était plus jeune que maintenant sur cette photo, peut être encore au lycée? Ou en première année de fac? Le brun ne saurait le dire, mais elle avait ce visage innocent et absolument adorable qu’il retrouvait de temps en temps quand il la regardait. Très souvent quand elle était fatiguée, mais il avait aussi retrouvé ce visage ce soir, quand elle était rentrée et avait découvert sa surprise. Il ne s’en lasserait certainement jamais, tellement c’était adorable. « Ok, je vais te dire le mien, mais c’est un secret alors chut! C’est… Julian. » Aden lui raconta alors l’histoire de ce deuxième prénom, que c’était en fait son grand oncle qui se nommait comme cela, et qui était mort à la guerre. Enfin mort, en fait, personne n’a jamais sut ce qui lui était arrivé, il était juste partit se battre et avait disparut sans laisser de traces. Pas de corps, pas d’objets personnels, rien avait été retrouvé. Le brune avait mit un certain temps à raconter tout ça, peut être une vingtaine de minutes, et quand il s’arrêta, il se rendit compte que Maëlys s’était endormie dans ses bras. C’était vrai que c’était un sujet pas mal barbant mine de rien. Il releva alors le draps sur ses épaules, essayant de ne pas bouger de trop pour ne pas la réveiller, et s’endormit à son tour, laissant le souffle léger de sa belle l’emporter progressivement vers le monde des rêves.

code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Just you and me ✣ Maëlys   

Revenir en haut Aller en bas
 

Just you and me ✣ Maëlys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2016 :: Rp
-
✿ KATE WALSH - Scénario de Sandro et Sienna
✿ EMMA ROBERTS - Scénario d'Aymeric
✿ MARIE AVGEROPOULOS - Scénario de Sandro et Miléna
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ STEPHEN AMELL - Scénario de Maëlys
SUJET COMMUN
Autres informations à rajouter