AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Mar 13 Sep 2016 - 17:49


« Allez Rosalie, bouge-toi ! C’est bon, ça se trouve Matt sera même pas là ! » me hurla pour la énième fois une copine. On était sortie la veille. Elle avait beaucoup moins bu que moi et était plus en forme. J’avais l’impression qu’un éléphant me marchait sur la tête. Et l’autre qui continuait de criser pour aller à cette foutue séance de dédicace. Je n’avais pas envie d’y aller. D’une part, parce que Matt sera forcément là et que je ne voulais pas voir sa tronche. D’autre part, parce que je m’en balançais royalement du football. « M’en fou de Matt. C’est un bouffon. » Je l’entendis rigoler. Moi ça ne me faisait pas vraiment rire. Je soupirais. « Okay, bah s’il est là, t’auras draguer l’un de ses coéquipiers, t’as l’habitude de draguer n’importe qui, non ? » Je lui balançais le premier coussin que je voyais en pleine figure. Ca, elle ne l’avait pas voler. « C’est tous des bouffons de toute façon. »

Après plusieurs longues minutes, je finis par me lever. Je me dirigeais dans la cuisine et pris un café, histoire de me réveiller. Ma copine était déjà prête. J’allais dans la salle de bain, pris une douche et opta aussi pour un doliprane. Je voulais que ce mal de tête s’en aille. Une fois la douche finie, je me lissais les cheveux et me maquillais. Direction la chambre, il fallait que je trouve quelque chose à mettre. Un short beaucoup trop court et un top qui arrivait au-dessus du nombril, ça fera l’affaire. Depuis mon retour, je me moquais de passer pour la première pouffiasse venue. Je me moquais de la façon dont me regardait les garçons. Je jouais de mes charmes. Je jouais avec eux. Comme Matt l’avait fait avec moi. Sauf que je n’attendais pas un an et demis pour les faire souffrir. Deux ou trois jours suffisaient. Une paire d’escarpin noir et j’étais fin prête à affronter le monde extérieur. J’attrapais mon paquet de cigarette : c’était plus un effet de mode. Pendant un an, j’avais enchaîné soirée sur soirée, clope sur clope et conneries sur conneries. J’allais simplement continuer de faire ça à Toronto.

Elle conduisait. On arrivait devant l’université dans sa superbe voiture décapotable. Je sortis du véhicule et vit le monde au loin. J’allumais une clope et commençais à la fumer tranquillement. Ma copine commençait à s’impatienter. Elle voulait voir ses footballeurs qu’elle adulait tant. Ca me faisait rire. On aurait dit une gamine de quinze ans qui va rencontrer le mec dont elle est amoureuse. Je terminais de fumer et l’écrasa ensuite au sol. On entrait dans l’université et on se dirigeait vers cette fameuse séance de dédicace. Elle était aussi excitée qu’une puce mais moi je voyais déjà que ça me gonflait. Arrivée à la hauteur des joueurs, je repéra directement Matt, à qui je lançais un regard noir avant de détourner le regard vers un autre gars de l’équipe beaucoup attrayant. Elle commençait à demander des autographes, tandis que je me sortais de la foule. J’allais l’attendre un peu plus loin. Je pris place sur un banc et sortie une deuxième cigarette et mon téléphone. J’espérais vraiment qu’elle se dépêche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt Williamson


∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/04/2015
∞ Messages : 155
∞ Points : 50
∞ Emploi/Etudes : Footballeur pro

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Mar 13 Sep 2016 - 18:43

On va jouer mais selon mes règles...

ft. Rosalie F. Jones


Je n'étais pas revenu depuis longtemps. Quelques semaines à peine. Je n'avais pas encore revu Rosalie. Toronto était une grande ville et les chances de se croiser par le pur fruit du hasard étaient minces. C'était comme ça. Mais je ne perdais pas espoir de la voir rapidement. Ce jour-là, une séance de dédicaces nous attendait, mes coéquipiers de l'équipe et moi-même. A l'université. Le directeur nous avait invités parce que j'avais étudié dans son établissement et il se disait que ça ferait une bonne pub pour l'université que de voir un ancien élève devenu un joueur de football professionnel revenir dans l'établissement pour signer des autographes. J'étais déjà là depuis deux heures et je ne cessais de me demander si j'allais voir sa petite tête brune dans la foule ou non. Mon coéquipier juste à côté de moi me taquina en me poussant du coude et en me demandant qui donc j'espérais tant voir arriver. Je souris en lui disant que je n'attendais personne. C'était plus un espoir qu'une réelle attente après tout. Je ne savais pas comment je réagirais si je la voyais. Je l'avais lâchement abandonné quelques années plus tôt et j'imaginais qu'elle devait être très en colère. En y réfléchissant bien, j'aurais dû lui en parler. J'aurais dû lui dire pour ma mère. Mais je n'avais pas osé, d'une certaine façon. Déjà, je n'étais pas sûr à cent pour cent que c'était la vérité, qu'elle était réellement en vie et que sa mort n'avait été que simulée. Puis ensuite... Je sais pas. Dans la rapidité des choses, j'ai préféré partir. Comme un con. J'ai été con avec Rosalie alors que j'étais raide dingue d'elle. A moi d'en payer les conséquences...

Surtout vu son regard. Je venais de l'apercevoir le regard noir qu'elle m'avait lancé ne m'avait pas échappé, bien au contraire même. Mais je m'en fichais. Ces yeux étaient toujours aussi bleus et magnifiques. Son regard meurtrier n'y changerait rien. Je la vis s'éloigner. En même temps, elle allait certainement pas venir me demander un autographe, c'était certain. Puis, le foot ça n'avait jamais été son truc après tout. Je me levai: « Je prends ma pause. » et je m'éloignai rapidement pour aller la rejoindre. Je ne l'avais pas perdue de vue malgré la foule. Je m'approchai du banc. « Rosalie. » J'imaginais déjà me prendre une gifle après ce que j'avais eu le culot de faire. Je posai mes yeux sur sa cigarette avant de reprendre la parole: « Tes mauvaises habitudes sont de retour on dirait. » Bouffon! T'es vraiment un bouffon Matt. Tu l'as abandonnée et l'as laissée dans l'ignorance pendant trois ans et toi, tout ce que tu trouves à lui dire c'est qu'elle semble avoir reprit ses mauvaises habitudes?! Et je ne parlais pas que de la cigarette mais de sa tenue aussi. Elle s'en fichait visiblement si les autres la prenaient pour une pouffiasse.

code by ORICYA.


_________________
A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Mar 13 Sep 2016 - 20:43


Avant de connaître Matt, j’avais toujours été cette fille un peu volage, sans attache. Qui s’habille vulgairement juste pour attirer l’attention. J’avais toujours eu ce petit côté provocateur. Le genre « je fais ce que je veux, quand je veux, où je veux, avec qui je veux ». Rebelle et anticonformiste sont sans doute les deux adjectifs qui me caractérisent le mieux. Mais j’avais rencontré Matt, il m’avait fait changé. Et il était partis. J’avais souffert. Je n’en avais jamais vraiment parler à personne. J’avais repris mes conneries Les sorties. Les soirées qui finissent dans des états lamentables. Etre bourrée ou défoncée 23h sur 24. Attirer l’attention. Ne plus aller en cours. Gagner de l’argent en servant des verres en boite de nuit. Et coucher avec le premier mec qui voulait bien de moi. Et j’avais décidé de fuir. M’envoler vers de nouveaux horizons. La Thaïlande. Bangkok, Ibiza et j’en passais les meilleurs. Une année à qui je n’avais jamais donné de nouvelles. Une année de pure folie. Une année où j’avais l’impression de vivre, de ne plus souffrir. Et j’avais décidé de revenir à Toronto. Pourquoi ? Je n’en savais rien. Je voulais sans doute voir ce qui avait changer. Je voulais peut-être reprendre la place que j’avais. J’en sais rien.

Et je me retrouvais là, assise sur ce foutu banc d’université à fumer une clope. J’entendis sa voix. Cette même voix que j’adorais entendre au téléphone ou dans le creux de l’oreille. Cette voix que je pourrais reconnaître entre mille. Une voix qui m’avait donné des frissons mais qui aujourd’hui me dégoutais plus qu’autre chose. Il me dit que mes vieilles habitudes étaient revenues. Pour qui se prenait-il ? Il s’était barrée et il revenait maintenant la bouche en cœur ? Il croyait quoi ? Que j’avais tout oublier ? Qu’on pourrait repartir là où on s’était arrêté ? Et puis quoi encore ? Je tirais une nouvelle taffe sur ma cigarette avant de lever vers lui.

« Matt. » J’étais partagée entre le fait de lui sauter au cou et de lui foutre la torgnole de sa vie. Mais pus, je le regardais, plus je ressentais de la haine envers lui. Qu’est-ce ça lui aurait coûté de dire au revoir ? Qu’est-ce que ça lui aurait coûté d’envoyer ne serait-ce qu’un malheureux SMS ? Je continuais de le regarder, tirant une nouvelle taffe puis ajouta : « Les fantôme de mon passé aussi apparemment sont revenus. » Plus glacial que ça, on ne pouvait pas faire. Je le regardais. Je ne baissais pas le regard. J’avais beaucoup trop de fierté pour baisser les yeux de toute façon. Surtout face à lui. J’ajoutais alors : « Retourne faire ta dédicace. Je ne suis pas venue ici pour te voir, j’attends juste ma pote. Et tu sais quoi ? C’est parfait parce que j’ai rien à te dire. »

Je le regardais quelques secondes, avant de prendre une dernière bouffée de cigarette et de l’écraser par terre. J’attrapais ensuite mon sac et me levais. Dernier regard, avant de passer à côté de lui sans rien dire. Je voulais qu’il me foute la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt Williamson


∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/04/2015
∞ Messages : 155
∞ Points : 50
∞ Emploi/Etudes : Footballeur pro

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Ven 16 Sep 2016 - 13:58

On va jouer mais selon mes règles...

ft. Rosalie F. Jones


Je voyais bien que Rosalie avait reprit ses anciennes habitudes et c'était clairement de ma faute. Quand on était sortis ensemble, j'avais réussis à la canaliser. Un an et demi de relation pour se faire lâchement abandonné devait donner des envies de redevenir comme on était avant et je pouvais le comprendre. J'imaginais assez facilement à quel point je l'avais blessée. Je m'en rendais compte. Et je me le reprochais. Mais mes sentiments pour la jolie brune étaient toujours présents. Je pensais qu'après trois ans, elle aurait peut-être finit par oublier, par guérir, par aller mieux. J'avais peut-être tort de penser à ça. Certaines blessures sont difficiles à guérir après tout... « Matt. » Je l'avais suivie parce que c'était Rosalie. Parce que c'était elle et que je devais lui parler. On devait parler de ce que j'avais fait trois ans auparavant. Aussi difficile que puisse être cette conversation, il le fallait. C'était important. Sans doute autant pour elle que pour moi, même si à cet instant précis elle ne devait pas s'en rendre compte. « Les fantôme de mon passé aussi apparemment sont revenus. » Je l'avais bien cherché. Après avoir disparu trois ans, je n'avais rien trouvé de mieux à dire que ses mauvaises habitudes semblaient bel et bien être de retour. Quel idiot je pouvais être. Elle ne cessait pas de me regarder et j'aurais pu me noyer dans ses magnifiques yeux bleus si je ne sentais pas graviter autour de nous autant d'ondes négatives et de colère. « Retourne faire ta dédicace. Je ne suis pas venue ici pour te voir, j’attends juste ma pote. Et tu sais quoi ? C’est parfait parce que j’ai rien à te dire. » Elle se leva, écrasa sa cigarette, et passa à côté de moi, prête à partir. Je lui attrapai le bras pour l'en empêcher et la retournai vers moi avant de la lâcher. « Il faut qu'on parle Rosalie. » Je fis une pause de quelques secondes avant de reprendre. « Ecoutes... J'ai parfaitement conscience que je me suis comporté comme un con d'accord? Que veux-tu que je te dise? Que je suis désolé, que j'ai été le pire des salopards de la planète? » Je posai mes yeux sur elle, plongeant mon regard dans le sien. Je l'aimais toujours. Et quelque part au fond de moi, j'espérais qu'elle aussi malgré la rancune qu'elle pouvait éprouver envers moi. « J'ai découvert des choses et j'ai été tellement prit dans tout ça que j'ai pas réfléchis et je suis partis en quête de réponses. Ce n'est qu'après que j'ai réalisé l'énormité que j'avais commise et c'était trop tard... » Je tentais une explication sans pour autant rentrer dans les détails sur ce que j'avais découvert sur ma mère. A quoi bon? Cette histoire était tellement saugrenue qu'à l'heure actuelle, la brunette ne me croirait sans doute pas de toute façon.

code by ORICYA.


_________________
A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Ven 16 Sep 2016 - 17:41



Ce mec il était différent. Ce mec il ne m’avait jamais vu comme un bout de viande, comme beaucoup pouvait le faire. Il avait été gentil. Il avait eu confiance en moi bien qu’il connaisse mon passé. Je n’étais pas la plus jolie. Pas non plus la plus intelligente. Mais il avait été là. Il m’avait donné tout l’amour qu’il pouvait. En fait, avec lui j’étais bien. J’aurais pu déplacer des montagnes pour lui. Voir même aller décrocher la lune. Mais il avait fui. Il n’avait pas donné de nouvelles. Et aujourd’hui, je li en voulais. Je crois que je le détestais autant que je l’aimais. Mais je ne me voyais pas retourner avec un gars comme lui. Il m’avait trahi. Il fallait qu’il en subisse les conséquences. J’étais sur le point de partir. Pour aller où ? Je n’en savais rien. Me réfugier dans une salle de classe peut-être. Le fuir. M’éloigner de lui le plus loin possible. Mais il me rattrapa par le bras. Il voulait qu’on parle. Mais de quoi au juste ? Du fait qu’il était parti sans donner de nouvelles ? Ou du fait, qu’il se rendait compte qu’il avait encore des sentiments pour moi ? Je le regardais. Rien que pour ses yeux, je l’aurais suivi au bout du monde. Putain de sentiment. Trois qu’il s’était barré et ils étaient toujours là. Pourquoi ? Autre question qui restera sans réponse. L’amour ne se commande pas à ce qu’il paraît. Je répondis simplement, sur le même ton glacial :

« Tes excuses ne changeront rien, Matt. Ni même te traiter de salopard. Tu sais pourquoi ? T’es pire que ça, en fait. Tu crois que tu peux revenir la bouche en cœur et juste t’excuser ? T’es tombé sur la tête mon pauvre ou quoi ? » Je continuais de le regarder. Je ne voulais pas baisser les yeux. Pas devant lui. Pas maintenant. Il ne méritait même pas que je mette ma fierté de côté pour lui. J’ajoutais donc : « Mais tu vois Matt, c’est même pas le fait que tu te sois barré qui m’ai fait mal. C’est juste que je pensais que tu tenais assez à moi pour me parler de ce genre de chose. Où même si t’avais pas voulu me mettre dans la confidence, je pensais que je valais bien au moins un texto. » J’avais parlé sur ce même ton glacial, bien que ce soit difficile : « Mais au final, je me rends compte que j’étais pas mieux qu’une autre. Personne ne pourra t’en blâmer vu ma réputation. Donc maintenant qu’on a parlé, fais ta vie, je fais la mienne. On a plus rien à se dire. »

Dernier regard vers lui, avant de tourner les talons. Je voulais partir loin. M’enfouir dans un trou de sourie et ne jamais ressortir. Je voulais qu’il m’oublie. Je voulais qu’il me laisse tranquille. Qu’il me laisse vivre. Je n’étais plus à lui. Je ne le serais plus jamais, même si je devais en souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt Williamson


∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/04/2015
∞ Messages : 155
∞ Points : 50
∞ Emploi/Etudes : Footballeur pro

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Mar 20 Sep 2016 - 20:57

On va jouer mais selon mes règles...

ft. Rosalie F. Jones


Je l'aimais cette fille. Depuis quatre ans et demi, j'étais raide dingue d'elle. Je me fichais de sa réputation, je lui avais fait confiance du début à la fin. J'aurais fait n'importe quoi pour qu'elle soit bien, pour qu'elle soit heureuse. J'aurais tout fait pour qu'elle se sente en sécurité, pour la comblée. Mais le destin, la vie, avait mit sur mon chemin un obstacle qui m'avait mit tellement en rogne, dans l'incertitude et l'incompréhension que j'avais choisis de fuir, comme un con. J'avais été lâche. Mais c'était aussi une manière pour moi de la protéger. Aussi idiot que ça puisse paraître puisque ce n'était clairement pas un texto qui l'aurait mise en danger. Mais je sais pas... J'avais fuis, c'était tout. C'était comme ça. Et j'avais conscience que j'allais devoir en payer le prix, en subir les conséquences. « Tes excuses ne changeront rien, Matt. Ni même te traiter de salopard. Tu sais pourquoi ? T’es pire que ça, en fait. Tu crois que tu peux revenir la bouche en cœur et juste t’excuser ? T’es tombé sur la tête mon pauvre ou quoi ? » Oh non, je ne le croyais pas. Je savais très bien que ce n'était pas ça qui allait arranger les choses. J'aurais pu lui dire la vérité sur les raisons de mon départ en espérant qu'elle comprendrait et que ça, ça aiderait au moins un peu à arranger les choses. Mais je refusais d'utiliser ça pour qu'elle comprenne, pour qu'elle m'accorde une chance. Ce serait comme essayer de tricher et ça, il en était hors de question. Je lui expliquerais sans doute un jour, il n'y avait pas de doute possible là dessus. Mais ce n'était simplement pas le moment pour ça. Je soupirai doucement en la regardant dans les yeux. « J'ai été assez idiot pour t'abandonner mais je suis pas assez idiot pour penser que des excuses arrangeront tout Rosalie... » Et je n'avais pas la bouche en coeur, c'était plutôt un truc de nanas ça, sur leur photos à sans cesse faire cette bouche bizarre en pensant que c'est sexy alors que pas du tout.

« Mais tu vois Matt, c’est même pas le fait que tu te sois barré qui m’ai fait mal. C’est juste que je pensais que tu tenais assez à moi pour me parler de ce genre de chose. Où même si t’avais pas voulu me mettre dans la confidence, je pensais que je valais bien au moins un texto. » Bien sûr que la belle brune avait raison: j'aurais pu lui envoyer au moins un texto. Mais non, en fait, elle méritait tellement plus. J'aurais dû la mettre dans la confidence et même lui demander de m'aider... Lui demander de partir dans cette aventure avec moi. J'aurais tellement aimé l'avoir à mes côtés en apprenant que ma mère nous avait lâchement abandonnés parce que mâdame était malheureuse... « Mais au final, je me rends compte que j’étais pas mieux qu’une autre. Personne ne pourra t’en blâmer vu ma réputation. Donc maintenant qu’on a parlé, fais ta vie, je fais la mienne. On a plus rien à se dire. » Pourquoi est-ce-qu'elle se rabaissait comme ça?! Une nouvelle fois, je pris son bras pour la retourner vers moi. « Je tenais à toi plus que tout Rosalie, et tu valais bien plus que n'importe quelle autre femme! Tu sais très bien que je n'en ai jamais rien eu à faire de ta réputation! Et tu crois sérieusement que je serais resté un an et demi avec toi si t'avais eu si peu de valeur à mes yeux? » Je plongeai mon regard dans celui de la brune. « Tu méritais largement mieux que la façon dont je t'ai traitée en partant sans jamais te donner de nouvelles... Tu n'imagines pas à quel point je m'en suis voulu... » Je remis une mèche de cheveux derrière son oreille avant de la lâcher et de reculer d'un pas. Je n'avais pas le droit de me tenir aussi près d'elle comme ça... Pas encore. « J'aurais décroché la lune pour toi, et tu le sais... Ne doutes jamais de ce que j'ai ressentis pour toi, de ce que je ressens encore maintenant à ton égard... J'ai été un pur crétin et je pourrais comprendre que tu ne veuilles jamais me pardonné... Mais notre relation était réelle Rosalie. J'ai pas passé un jour durant ces trois dernières années sans penser à toi et j'espère qu'un jour, tu pourras me pardonne... » C'était peut-être prétentieux mais j'espérais sincèrement qu'un jour elle serait capable de me pardonner parce que mon coeur avait loupé un battement en la revoyant et que je me noyais toujours dans ses magnifiques yeux... J'étais toujours aussi amoureux d'elle malgré le temps qui était passé et ça n'était clairement pas prêt de changer...

code by ORICYA.


_________________
A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Jeu 22 Sep 2016 - 21:28


Il y a des fois des gens qu’on n’oublie pas. Des sourires qui ne s’effacent pas. Des rires qui résonnent encore dans nos têtes. Et des souvenir qui ressurgissent. Matt était de ceux-là. Je me retrouvais face à lui et je voulais faire la fière. Je ne voulais pas qu’il me voit faible. Je ne voulais pas qu’il voit qu’il m’avait fait souffrir. Qu’à cause de lui j’avais perdu confiance en moi, mais aussi en la gente masculine. Parce que avec lui, j’y croyais. J’y avais cru en tout cas. Et ça me crevait le cœur de le voir face à moi aujourd’hui. Il était toujours aussi beau, aussi charismatique. Il avait toujours ce regard intense dans lequel je me suis perdue un milliard de fois. Mais est-ce que je pouvais le pardonner ? Même pour ces beaux, je crois que j’en étais incapable. J’avais voulu l’oublier dans les bras d’autres hommes. J’avais voulu effacer tous ses souvenirs de ma mémoire, allant même jusqu’à brûler les photos de lui et moi que j’avais gardé. J’avais voulu l’oublier mais j’avais tellement espérer qu’il revienne aussi. Que tout redevienne comme avant. Qu’il me prenne dans ses bras et qu’il me rassure comme il avait su le faire trois ans auparavant. Le voir là face à moi, ça foutait le bordel dans ma tête, tout simplement. J’aurais voulu l’envoyer sur les roses comme je savais si bien le faire avec ma sœur. Je voulais lui dire que je le détestais, que je n’en avais plus rien à foutre de lui. Mais j’en était tout simplement incapable. Aussi étonnant que ça puisse paraître, j’avais besoin de lui. J’avais toujours eu besoin de lui. Mais ça, je ne l’avouerais jamais. J’écoutais alors son flot de parole. Est-ce que je devais le croire ? Ou est-ce que c’était qu’un jeu pour lui ? Je n’en savais rien. Je ne voulais pas savoir. J voulais qu’il retourne là d’où il venait. Pourtant, je l’écoutais. Sans doute l’une des plus belles déclarations qu’on m’ait faites, mais je n’avais pas envie de le croire. A cet instant précis, j’aurais pu lui sauter dessus et l’embrasser, mais ça aussi j’en étais incapable. Je continuais de le regarder et répondis toujours aussi froidement :

« Honnêtement Matt, j’en sais rien. Peut-être que pendant un an et demis tu t’es bien foutue de ma gueule, qui sait ? Et puis, après être partie comme ça, viens pas me voir avec tes belles paroles. » Je marquais une brève et ajouta : « Tu t’en ai voulu ? Et pourtant t’as pas fait machine arrière ? Tu sais ce que ça fait d’être bien avec quelqu’un qui ne te juge pas, qui t’acceptes comme t’es et que du jour au lendemain cette personne parte sans explication ? Non tu ne sais pas Matt. Tu ne sais pas ce que j’ai ressentie à ce moment-là. Tu ne sais pas ce que ça fait que de se sentir abandonné par la seule personne à laquelle tu tiens vraiment. Et tu ne sais pas non plus ce que ça fait d’essayer de se convaincre que ce n’est pas de sa faute. » A ce moment-là, je préférais baissé les yeux. Par faiblesse ? Pour lui montrer que j’avais mal de parler de ça ? Sûrement. Je ne préférais pas savoir. Une boule se coinça dans ma gorge, mais il ne fallait pas que je pleure. Pas devant lui en tout cas. J’essayais toujours de rester froide avec lui : « Mais ce que t’as pas compris Matt, c’est que je suis plus la Rosalie que t’as connue. Et cette Rosalie-là n’existera plus jamais. T’as décidé de partir et de jamais donner de nouvelles. Tu m’as tourné le dos alors que j’avais besoin de toi… » Une larme coula le long de ma joue mais je l’essuyais rapidement, avant de remonter les yeux vers lui. « J’avais confiance en toi. J’y croyais. Sauf que t’as plus été là. Et je n’avais plus personne. Puis tu vois, un jour on se fait une raison. Il y a des nuits où je me suis demandé ce que j’avais pour mériter ça. Je suis peut-être une mauvaise personne, je n’en sais rien. Mais une chose est sûre, c’est que le jour où t’es partie, t’as pris ta décision. Et je crois sincèrement que je n’arriverais jamais à te pardonner, Matt. »

Parler sous le coup de la fierté n’était jamais bon. Mais lui me connaissait. Enfin, je l’espérais tout du moins. Une autre larme coula le long de ma joue mais tout comme la première je l’essuyais rapidement. J’avais toujours été faible face à Matt, ce n’était pas une grande nouvelle après tout. Mais là, je voulais juste qu’il me laisse vivre ma vie. Fuyant son regard, je pris place sur le banc à côté de moi. J’avais mal au cœur, je voulais qu’il s’en aille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt Williamson


∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/04/2015
∞ Messages : 155
∞ Points : 50
∞ Emploi/Etudes : Footballeur pro

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Ven 23 Sep 2016 - 14:13

On va jouer mais selon mes règles...

ft. Rosalie F. Jones


Je n'avais pas passé un seul jour en trois ans sans penser à cette brune. A ses yeux magnifique. Je la revoyais sourire et me murmurer des mots doux à l'oreille. Et tous les jours, je me demandais comment j'avais pu laisser une femme comme elle derrière moi aussi lâchement au lieu de l'intégrer totalement dans ma vie en lui racontant ce qui se passait avec ma mère. J'avais beau me poser cette question, je ne trouvais pas d'autres réponses à part que j'avais été un pur crétin. Il n'y avait aucune autre explication rationnelle pour justifier de mon comportement. Aucune. « Honnêtement Matt, j’en sais rien. Peut-être que pendant un an et demis tu t’es bien foutue de ma gueule, qui sait ? Et puis, après être partie comme ça, viens pas me voir avec tes belles paroles. » Elle était sérieuse là? Comment j'aurais pu jouer avec elle et ses sentiments pendant un an et demi?! Si elle n'avait été qu'une fille de passage, qu'un jouet à mes yeux, ça n'aurait jamais duré aussi longtemps. On ne peut pas se priver des autres femmes si celle qu'on a ne représente strictement rien d'autre à nos yeux qu'un jouet. « Tu t’en ai voulu ? Et pourtant t’as pas fait machine arrière ? Tu sais ce que ça fait d’être bien avec quelqu’un qui ne te juge pas, qui t’acceptes comme t’es et que du jour au lendemain cette personne parte sans explication ? Non tu ne sais pas Matt. Tu ne sais pas ce que j’ai ressentie à ce moment-là. Tu ne sais pas ce que ça fait que de se sentir abandonné par la seule personne à laquelle tu tiens vraiment. Et tu ne sais pas non plus ce que ça fait d’essayer de se convaincre que ce n’est pas de sa faute. » Sauf que justement si, je le savais. Je n'avais que deux ans quand ma mère était soit-disant morte dans un accident de voiture. Je ne savais pas, je ne comprenais pas. Mais quand j'avais appris il y a trois ans qu'elle nous avait abandonnés parce qu'elle se sentait malheureuse, je m'étais sentis coupable. Je m'étais demandé ce que j'avais fait, à à peine deux ans, pour la rendre malheureuse. Je croyais que ça avait été moi le déclencheur... Alors que non. C'était ma mère le problème. Tout comme là, ça avait été moi le soucis. C'était moi qui était partis et absolument pas à cause d'elle, ça non...

Il était temps que je parle, que je tente de la rassurer comme je faisais avant. Il fallait qu'elle comprenne... Un jour ou l'autre, il faudra qu'elle comprenne qu'elle a toujours été celle que j'aimais et qu'elle le sera toujours. « Rosalie, ça n'a jamais été toi... Tout a été de ma faute, de mon impulsivité.. C'était moi et uniquement moi le problème. » Elle reprit la parole, en ignorant un peu mes dires. En même temps, ce que je disais était bien bateau... « Mais ce que t’as pas compris Matt, c’est que je suis plus la Rosalie que t’as connue. Et cette Rosalie-là n’existera plus jamais. T’as décidé de partir et de jamais donner de nouvelles. Tu m’as tourné le dos alors que j’avais besoin de toi… » Lorsque je vis la larme couler sur sa joue, je sentis mon coeur se fendre en deux. Elle avait raison. Je lui avais tourné le dos. Mais je ne pensais pas qu'elle aurait autant besoin de moi et sous le coup de l'impulsivité, je n'avais pas réfléchis aux conséquences de mes actes. Je ne m'en étais rendu compte que plus tard. Trop tard. « J’avais confiance en toi. J’y croyais. Sauf que t’as plus été là. Et je n’avais plus personne. Puis tu vois, un jour on se fait une raison. Il y a des nuits où je me suis demandé ce que j’avais pour mériter ça. Je suis peut-être une mauvaise personne, je n’en sais rien. Mais une chose est sûre, c’est que le jour où t’es partie, t’as pris ta décision. Et je crois sincèrement que je n’arriverais jamais à te pardonner, Matt. » Une autre larme coula et elle l'essuya tout aussi rapidement que la première. Elle avait confiance et je l'avais trahie. Être face à elle était encore plus dur que ce que j'avais pu imaginer. Je savais que ce ne serait pas simple mais la voir dans cet état me faisait un mal inimaginable, qu'elle ne réaliserait sûrement pas d'ailleurs.

Elle s'installa sur le banc à côté de nous. Déjà, elle n'essayait plus de me fuir. C'était un progrès. Je m'accroupis devant elle et sortit mon portefeuille de ma poche. Je l'ouvris et lui montrai une photo de nous. « Tu as raison, je t'ai trahie. Je suis partis sans toi, sans te donner de nouvelles. Mais t'as toujours été avec moi. J'ai regardé cette photo pratiquement tous les jours en me demandant comment j'avais pu laisser une femme comme toi derrière moi, surtout pour les raisons qui m'ont poussé à partir. » J'avais laissé une fille géniale derrière moi pour une mère en carton - façon de parler. Clairement, ça n'avait pas valu le coup. J'avais perdu beaucoup en partant, et je n'avais strictement rien gagné en le faisant. « Je te connais Rosalie... Et je suis sûr que si tu me laissais une chance de te montrer que je suis pas que le salopard qui t'a lâchement abandonnée, tu arriverais peut-être à me pardonner... » J'avais l'espoir qu'un jour elle y arriverait. Je restai accroupis devant elle, mon portefeuille posé sur ses genoux et mes mains de chaque côté d'elle sur le banc. Je ne voulais pas la toucher parce que je la respectais assez pour poser mes mains sur elle. Elle était en colère contre moi et je ne voulais pas poser mes mains sur sa peau tant qu'elle était comme ça envers moi. Que par respect envers elle. Elle avait beau être habillée comme une traînée - avouons le - ce n'était pas une raison. Elle ne se respectait peut-être plus mais moi, je la respectais toujours autant, comme j'avais toujours respecté les femmes en général.

code by ORICYA.


_________________
A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Ven 23 Sep 2016 - 15:33



J’étais faible. Face à Matt, je l’étais. Je l’avais toujours été. Et je le serais toujours. Quand on a commencé à se voir, je me souviens encore de ce que mes copines me disaient. Elles voulaient que je me méfie de lui parce qu’il était plus âgé que moi, parce qu’il était un peu trop gentil pour être honnête et aussi parce qu’il avait toujours plus ou moins eu sa petite cour de pimbêche derrière lui. Mais je ne les avais pas écoutés. J’avais voulu me faire ma propre opinion. Et au final, on avait vécu une histoire magique. On s’était disputé pour se réconcilié. On s’était crier dessus pour finalement se câliner à nouveau. Il me donnait de l’importance. Il se moquait aussi que je fasse des études ou pas. Dans le fond, il voulait juste me voir heureuse et c’était la seule personne qui m’avait montré de l’intérêt. Puis, il était parti et c’est comme si le conte de fée se terminait. Sauf que moi, je n’aurais pas un prince charmant qui allait me ramener ma chaussure le lendemain. Et c’est dans ces moment-là qu’on doute. C’est dans ces moment-là qu’on se remet en question et qu’au final on se rend compte que ce n’est pas de notre faute. Et malgré les « je t’avais prévenu » de mes copines, je ne voulais pas croire que c’était un connard de première. Parce que j’y tenais à mon compte de fée. Mais il m’avait brisé le cœur et anéanti mon bonheur. J’avais eu du mal à retrouver le sourire. Je sortais toujours autant mais n’arrivais pas à aller plus loin que le premier rendez-vous avec les hommes. Alors j’étais partie un an, loin de tout et de tout le monde. Je voulais me retrouver, reprendre mon identité d’avant. Une Rosalie libre. Une Rosalie joyeuse. Et une Rosalie qui enchaîne connerie sur connerie et conquête sur conquête juste pour redevenir celle que j’étais avant Matt. Une fille facile mais une fille épanouie.

Je pris place sur le banc mais je le fuyais du regard. Lorsqu’il s’accroupit devant moi, je tournais les yeux ailleurs. Il déposa alors son portefeuille sur mes genoux, avec une photo. Je la regardais quelques secondes. Je me souviens de ce jour. On était heureux. J’étais bien. Je l’avais saoulé pour qu’on prenne une photo. Il avait fini par accepté. Je l’écoutais tout en regardant cette photo. Une larme coula une nouvelle fois le long de ma joue. Il voulait que je lui laisse une chance de lui prouver que ce n’était pas un connard. Oui mais à quel prix ? Je n’en savais rien. Je continuais de regarder la photo. On avait l’air tellement heureux à l’époque. Tellement sûr de nous. Sur une voix un peu plus chaleureuse, entre deux sanglots, je répondis :

« Pourquoi tu fais ça Matt ? Pourquoi tu reviens maintenant ? Pourquoi tu me dis ça maintenant ? Pourquoi tu ne veux pas me laisser vivre ma vie, sans toi ? » Et Dieu sait à quel point j’avais rêvé de son retour. Mais la fierté fait parfois plus de dégâts qu’autre chose, sauf que j’étais comme ça. Le jour où on me blesse, ma fierté en prend un coup. Et n’importe quelle personne me connaissant un minimum sait que je n’ai pas le pardon facile. J’ajoutais alors : « Il faut que tu saches que quelques semaines après que tu sois partie, j’ai décidé de t’effacer complètement de ma vie. J’ai brûlé les photos de nous deux parce que ça faisait trop mal de les voir, entre autres. Je t’en voulais tellement que je n’ai pas réfléchis. Et je me suis promis que jamais ne je te pardonnerais si tu revenais… » Je marquais une brève pause, relavant les yeux vers quelques secondes avant de baisser de nouveau le regard, pour pas qu’il me voit pleurer : « Alors, tu sais, je sais pas si je veux te laisse une chance. Ce que je veux dire c’est que mon cœur oui sans doute veut t'en laisser une, mais mon cerveau me dit autre chose. Pourtant quand je vois cette photo, je me dis qu’on était heureux tous les deux mais j’ai pas envie que tu ma fasses du mal une nouvelle fois. J’ai pas envie d’être encore laissé pour compte pour je ne sais quelle raison. J’ai pas envie de passer mes journée à broyer du noir. J’ai plus envie de croire en l’amour, ni en notre histoire. Avec toi, j’étais sur un nuage mais je me suis brûle les ailes… »

Je commençais à pleurer comme une madeleine. J’aurais tellement avoir la force de l’envoyer sur les roses. Lui dire que je l’aimais plus même si c’était faux. Lui faire croire que j’étais passé à autre chose. Mais j’avais mal au cœur. Et au fond de moi, je voulais qu’il revienne, qu’il me prouve que j’ai tort de ne pas lui faire confiance. Qu’il me fasse remonter sur mon petit nuage. Qu’il me redonne goût à l’amour. Qu’il me conseille même si ça avait le don de me gonfler plus qu’autre chose. Je devais certainement être pathétique et ressembler à un raton laveur mais il savait ce que je ressentais au fond de moi. Il avait toujours su lire en moi comme dans un livre ouvert. Mais j’avais de la fierté et ça aussi, il le savait que trop bien. Pourtant, j’aurais aimé lui crié que je l’aimais encore. Qu’on s’en foutait qu’il soit parti. Que maintenant il était revenu et qu’on pouvait reprendre là où tout c’était arrêté. Mais on est dans un vieux dessin animé Disney, malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt Williamson


∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/04/2015
∞ Messages : 155
∞ Points : 50
∞ Emploi/Etudes : Footballeur pro

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Sam 24 Sep 2016 - 20:41

On va jouer mais selon mes règles...

ft. Rosalie F. Jones


Je ne voulais pas faire de photos le jour où celle-ci avait été prise. Mais Rosalie savait être persuasive et je voulais juste la voir sourire alors après qu'elle m'ait saoûlé avec ça, j'avais cédé et je lui avais accordé cette photo, rien que pour ses beaux yeux bleus et la voir sourire. J'étais près à tout pour la voir heureuse. C'était peut-être dingue d'avoir été près à tout pour une femme si c'était pour la laisser tomber du jour au lendemain... Mais ce que j'avais fait était stupide et je comptais bien me rattraper, reconquérir cette jolie demoiselle. Je voulais la faire sourire et rire à nouveau, voir ses yeux briller comme ce jour-là... Elle pleurait. Ce n'était pas ce que je voulais. Non, je voulais être celui qui sècherait ses larmes, qui serait là pour la réconforter, la prendre dans mes bras et lui dire que tout allait bien se passer. « Pourquoi tu fais ça Matt ? Pourquoi tu reviens maintenant ? Pourquoi tu me dis ça maintenant ? Pourquoi tu ne veux pas me laisser vivre ma vie, sans toi ? » Elle regardait toujours cette photo. Je l'avais touchée... Mais ce que je voulais surtout c'était qu'elle sache que je l'aimais et que j'avais besoin d'elle. « Parce que j'ai pas eu le courage de revenir avant... Parce que j'ai besoin que tu saches que je n'ai jamais voulu te faire du mal... Et... Et parce que moi je peux pas vivre la mienne sans toi... » C'était peut-être cliché de dire ça mais je m'en fichais parce que moi, je le pensais. J'étais des plus sincères et à mes yeux, c'était tout ce qui comptait. Il fallait qu'elle sache. C'était le plus important.

« Il faut que tu saches que quelques semaines après que tu sois partie, j’ai décidé de t’effacer complètement de ma vie. J’ai brûlé les photos de nous deux parce que ça faisait trop mal de les voir, entre autres. Je t’en voulais tellement que je n’ai pas réfléchis. Et je me suis promis que jamais ne je te pardonnerais si tu revenais… » Bien sûr, ça faisait mal. Qu'elle ait brûlé toutes nos photos... Mais pouvais-je lui en vouloir? Certainement pas. Je n'en avais pas le droit. Je l'avais blessée et elle avait fait ce que la colère et la tristesse l'avaient conduite à faire. Sauf que moi, je les avais toujours nos photos. Et on pourrait en faire de nouvelles. Ce serait comme une nouvelle histoire entre elle et moi. En trois ans, on avait peut-être tout les deux changés mais mes sentiments pour elle étaient restés intacts. « Je les ai encore moi... Et on pourrait en refaire d'autres si tu le voulais... » Je voulais dire par là: si elle me pardonnait et si elle voulait bien nous laisser une seconde chance, me laisser la possibilité de lui montrer que je n'étais pas qu'un pauvre crétin qui l'avait abandonnée.

« Alors, tu sais, je sais pas si je veux te laisse une chance. Ce que je veux dire c’est que mon cœur oui sans doute veut t'en laisser une, mais mon cerveau me dit autre chose. Pourtant quand je vois cette photo, je me dis qu’on était heureux tous les deux mais j’ai pas envie que tu ma fasses du mal une nouvelle fois. J’ai pas envie d’être encore laissé pour compte pour je ne sais quelle raison. J’ai pas envie de passer mes journée à broyer du noir. J’ai plus envie de croire en l’amour, ni en notre histoire. Avec toi, j’étais sur un nuage mais je me suis brûle les ailes… » Ce qu'elle disait me fendait le coeur mais je ne pouvais que comprendre. Je lui avais fait du mal comme jamais auparavant et je regrettais déjà bien assez. Mais je méritais tout ce qu'elle me disait. Et puis, si son coeur voulait me laisser la possibilité de me rattraper, ce n'était peut-être pas perdu au final. « On était plus qu'heureux... On était parfait tout les deux... Je ferais plus jamais de mal comme je l'ai fait Rosalie et je te promets qu'un jour, je t'expliquerais ce qu'il s'est passé... » Je ne voulais pas lui dire avant qu'éventuellement, elle ne m'ait pardonné. Je ne voulais pas me servir de ça pour me donner une chance supplémentaire, pour risquer de l'influencer. Je préférais qu'elle me considère comme un salop et qu'elle me pardonne comme ça plutôt qu'elle sache que j'étais partie pour retrouver une mère lâche, dans l'espoir de comprendre quelque chose d'incompréhensible, en pensant qu'en fait, j'étais qu'un jeune homme envieux de retrouver une mère aimante...

J'hésitai avant de poser mes mains sur ses joues pour qu'elle me regarde et j'essuyai ses larmes des pouces. Je plongeai mon regard dans le sien. Elle pouvait lire en moi toute ma sincérité. « Je ne veux pas te brusquer Rosalie... Prends le temps dont tu as besoin... Mais promets moi que tu me diras, que tu veuilles ou non, me laisser une nouvelle chance... » J'avais besoin d'une réponse, j'avais besoin de savoir si elle était capable de me pardonner. « Je pourrais peut-être t'inviter à dîner...? Après cette soirée, tu pourras peut-être mieux réfléchir à tout ça..? » J'espérais qu'elle accepterait de dîner avec moi. Ce serait l'occasion de lui montrer que je peux toujours être romantique comme au premier jour, comme au tout début de notre relation. J'avais envie de l'embrasser mais je ne voulais pas la brusquer. Cela prendrait le temps que ça prendrait... Aussi difficile que ce soit de prendre mon mal en patience.

code by ORICYA.


_________________
A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Lun 10 Oct 2016 - 23:04


Mes doigts effleurés la photo. Qui aurait cru que le revoir me ferait cet effet-là ? Qui aurait cru que trois ans après, je pouvais toujours éprouver des sentiments pour lui ? Moi, qui pensait être forte. Moi, qui pensait l’avoir oublié. Moi, qui avait crier haut et fort à qui voulait l’entendre que Matt c’était du passé et que j’étais passé à autre chose. Il ne pouvait pas vivre sans mois. C’est ce qu’il m’avait dit. Pouvais-je le croire ? Je n’en savais rien. Il avait très bien pu vivre sans moi pendant trois ans. Il pourrait encore le faire des années durant. Regarder la photo, me permettait de ne pas le regarder. Ne pas affronter son regard. Je savais que venir à cette dédicace, c’était une mauvaise idée. Je savais que j’allais le voir. Il était célèbre maintenant. Je suivais ces matchs même si je prétextais que c’était pour un autre joueur. Je savais le nombre de but et de passes décisives qu’il avait fait à la dernière saison. Je le suivais mais ça, il l’ignorait. Il ne le saurait jamais. Sans le regarder, je lui répondis simplement :

« T’as très bien pu vivre trois ans, sans moi… Pourquoi tu ne pourrais pas continuer ? »

C’était méchant. C’était ma seule défense. Et ça, tout le monde le savait. Lorsque j’étais blessée, ma vengeance était d’être méchante. Ma jumelle en faisait les frais. C’était au tour de Matt. Je ne pouvais pas être trop gentille avec lui, c’était plus fort que moi. Je n’avais pas le force d’être gentille, tout simplement. Il me dit ensuite qu’ils avaient encore nos photos. Contrairement à moi. J’avais tout brûler. Parce que c’était ma seule façon de ne pas déprimé. Ou en tous cas de moins déprimé. Il me dit qu’on pourrait en refaire d’autre. Si seulement, on pouvait revenir il y a trois ans. Quand on était heureux. Quand on avait l’impression que le monde serait à nous. Quand on croyait encore en l’avenir. Je ne préférais pas répondre. Il me dit ensuite qu’il ne ferait plus de mal. Mais comment le croire ? Ce n’était que des mots qui finiraient par s’envoler dans les airs.

« Pourquoi tu veux pas me donner la raison de ton départ, maintenant ? 9a te change quoi à toi de ne pas le dire tout de suite ? »

Est-ce que ça avait été de ma faute ? Est-ce que ça avait été la faute de quelqu’un d’autre ? Ou est-ce qu’il avait juste eu besoin de prendre l’air ? Je voulais savoir ce qu’il s’était passé dans sa tête. Je voulais qu’il se confie. Et je ne comprenais pas pourquoi il ne me donnait pas d’explication. J’avais besoin de savoir que ce n’était pas ma faute. J’avais besoin d’être rassurée. Mais ça, je ne savais pas s’il allait le comprendre. Il posa sa main sur ma joue. Un frisson me parcouru. Comme la première fois qu’il avait posé sa main sur moi. La même sensation. Je le regardais dans les yeux, tandis qu’il essuyait la larme qui coulait sur ma joue. Il voulait que je lui fasse une promesse.

« Je te promet que je te donnerais une réponse… » Je ne savais pas ce qu’elle serait. Il me proposa ensuite un dîner. N’importe quelle fille refuserait catégoriquement une telle proposition. Un mec qui les aurait fait souffrir n’aurait logiquement pas le droit à ce genre de faveur. Je continuais de le regarder et finir par répondre : « Va, pour un dîner. Mais c’est pas parce que j’accepte, que t’as tout gagner Matt… »

Je voulais qu’il comprenne qu’un dîner ne changerait pas tout. Je voulais vraiment qu’ils se mettent à ma place. Je ne voulais pas que tout soit gagné pour lui. J’avais, certes des sentiments mais c’était un peu le bordel dans ma tête et ça, il devait le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Matt Williamson


∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/04/2015
∞ Messages : 155
∞ Points : 50
∞ Emploi/Etudes : Footballeur pro

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Mer 12 Oct 2016 - 13:50

On va jouer mais selon mes règles...

ft. Rosalie F. Jones


Je savais. Je savais que ce ne serait pas simple. Je savais que le chemin serait long jusqu'au jour où Rosalie m'aura pardonné. Mais j'avais besoin de croire que c'était possible, qu'un jour elle me pardonnerait et me redonnerait sa confiance. J'avais conscience que ce serait difficile, que ça prendrait du temps. Mais pour elle, j'étais prêt à attendre. Pour elle, j'étais prêt à gravir des montagnes. Rien que pour revoir son sourire et ses yeux briller de bonheur. « T’as très bien pu vivre trois ans, sans moi… Pourquoi tu ne pourrais pas continuer ? » Je souris tristement en la regardant. Elle avait tort. Je n'avais pas vécu ma vie comme elle avait pu l'imaginer parce qu'il y avait toujours un vide au fond de moi, un vide que seule Rosalie pouvait combler. « Je n'ai pas vécu Rosalie... Je survivais... C'est pas la même chose. Il me manquait toujours une partie, et c'était toi... » Oh, je n'avais pas passé mon temps à déprimer seul dans mon coin. J'étais sortis. Mais je n'étais plus tombé amoureux. Chaque jour qui passait, je pensais à elle. Quand je me retrouvais seul chez moi dans le noir, c'était elle qui hantait mes pensées. Elle et seulement elle. Aucune autre femme n'aurait pu prendre sa place. Jamais. Cela pouvait paraître cliché et gnian gnian mais j'avais décidé d'être honnête avec elle et je ne pouvais pas exprimer ça autrement.

Je l'informai que moi, j'avais encore toutes nos photos mais que ça n'avait pas d'importance qu'elle les ait brûlées. Je l'avais bien mérité après tout... Et si elle le voulait, on pourrait toujours en refaire de nouvelles, si l'occasion s'y prêtait. « Pourquoi tu veux pas me donner la raison de ton départ, maintenant ? 9a te change quoi à toi de ne pas le dire tout de suite ? » Je venais de lui faire la promesse de tout lui dire un jour ou l'autre sur les raisons de mon départ. Sa question était légitime. « Je veux pas prendre le risque de t'influencer dans ta décision... » Et c'était la vérité. Je refusais qu'elle soit influencée. Qu'elle éprouve de la compassion pour moi à cause de ma garce de mère et qu'à cause de ça, elle comprenne plus ou moins mon départ et qu'elle me pardonne. Je voulais que si elle me pardonne, ce soit pour les bonnes raisons. Parce qu'elle m'aimait encore, parce qu'elle voulait nous retrouver. Pas par compassion. « Cependant... Je te jure que ce n'était pas ta faute... Tu n'as jamais rien faire de mal Rosalie... » J'imaginais qu'elle devait s'être posé la question quand j'étais partis du jour au lendemain et la rassurer, j'avais toujours su le faire. J'imaginais donc que ça lui ferait peut-être du bien, que ça la soulagerait peut-être, de savoir que ça n'avait jamais été de sa faute toute cette histoire.

« Je te promet que je te donnerais une réponse… » Je souris doucement en essuyant ses larmes. J'avais sentis les frissons qui l'avaient parcourue. C'était comme la première fois que je l'avais touchée. Je lui proposai un dîner. Je n'étais pas sûr qu'elle accepterait. Après ce que je lui avais fait subir, ça aurait été compréhensible qu'elle refuse d'ailleurs. « Va, pour un dîner. Mais c’est pas parce que j’accepte, que t’as tout gagner Matt… » Je souris doucement en la regardant dans les yeux. « Je sais... Ne t'en fais pas, je le sais... » Je déposai un léger baiser sur sa joue avant de me relever avec mon portefeuilles que je remis en poche. « Tu devrais rejoindre ton amie... Je t'enverrais un message pour te dire pour le dîner... » Je ne voulais pas la monopoliser trop longtemps. J'aurais bien sûr voulu la prendre dans mes bras, l'embrasser et lui dire qu'elle m'avait manqué, mais je ne pouvais pas me le permettre alors, par respect, je gardais mes distances pour lui laisser l'occasion de réfléchir, sans la brusquer ou quoi que ce soit d'autre.

code by ORICYA.


_________________
A venir ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie F. Jones


∞ Arrivé(e) à Toronto : 10/03/2016
∞ Messages : 203
∞ Points : 38
∞ Emploi/Etudes : Etudiante en littérature qui passe de temps à faire la fête, barmaid dans une boite de nuit

MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   Mar 18 Oct 2016 - 13:50


Je n’aurais jamais cru le voir débarquer un jour en ville. Trois ans, c’était long. En trois ans, j’avais perdu espoir. Et le voilà de retour. Je n’avais jamais envisagé son retour. Autrement dit, en allant à cette séance de dédicace, j’avais cet infime espoir qu’il ne serait pas là. Juste pour pas me confronter à lui. Mais voilà, on dit que le passé nous rattrape et c’est ce qu’il s’était passé. Le revoir trois ans après. Se rendre compte que les sentiments étaient toujours là, qu’ils n’avaient pas changé. C’était bizarre. Je lui en voulais mais j’aurais tellement aimé avoir la force de l’embrasser et tout oublier. Mais je n’étais pas comme ça. Il me dit qu’il avait survécut. Qu’il ne vivait pas, loin de moi. Mais pourquoi était-il partit autant de temps ? Pourquoi n’était-il pas revenu ? Je lui en aurais peut-être moins voulu, s’il était revenu plus tôt. J’aurais eu au moins une explication. Mais sa phrase était mignonne, dans le fond. Je ne pouvais pas lui retirer ça. Je ne répondis rien. Moi aussi parfois, il m’arrivait de me demander comment je faisais pour vivre. Ca avait été difficile mais on s’était fait une raison.

Néanmoins, je voulais savoir pourquoi il ne me donnait pas maintenant la raison de son départ. Est-ce qu’il avait besoin de temps pour inventer un autre mensonge ? Peut-être. Il fallait toujours se méfier de l’eau qui dort après tout. Mais il spécifia que ce n’était pas de ma faute. Il avait toujours eu ce don pour me rassurer. Pas forcément dans les mots qu’il employait mais dans son attitude. Il avait ce côté rassurant, protecteur et pour une fois dans notre conversation, je voulais croire en ces mots. Je voulais retrouver le petit nuage sur lequel j’étais avec lui. Je voulais lui refaire confiance. Je le voulais, pour moi. Pour toujours. C’était lui et pas un autre que mon cœur avait choisi. Je souris doucement à ses mots. Peut-être que tout ça était le début d’une nouvelle histoire d’amour. Ou peut-être que c’était qu’une simple illusion. Un rêve bien trop beau. Je finirais peut-être par me réveiller dans mon lit.

Il déposa un bisou sur ma joue. Ca aussi ça m’avait manqué je ne pouvais pas le cacher. Il se releva et pris ensuite son portefeuille. Je pris la petite glace dans mon sac et me regarda. A l’aide mon doigt, j’essayais d’enlever le mascara qui avait couler. Une fois que ce fut fait, je me levais aussi et lança simplement à Matt :

« Pas de soucis, envoie un message quand tu veux… »

Un dernier petit sourire dans sa direction avant de tourner les talons et de rejoindre ma colocataire. Je la vis d’ailleurs venir vers moi tout plein de photos signées d’autographe. Je savais que j’aurais le droit à un questionnaire, mais je ne voulais pas en parler tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt   

Revenir en haut Aller en bas
 

On va jouer mais selon mes règles... |ft. Matt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Venez vous affronter selon des règles spéciales !
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» L'important n'est qu'un détail, mais les détails sont importants selon Monsieur
» Règles générales mais nécessaires
» « Tu sais jouer ? Non mais je parle de l'instrument, hein. » CALE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2016 :: Rp
-
✿ KATE WALSH - Scénario de Sandro et Sienna
✿ EMMA ROBERTS - Scénario d'Aymeric
✿ MARIE AVGEROPOULOS - Scénario de Sandro et Miléna
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ STEPHEN AMELL - Scénario de Maëlys
SUJET COMMUN
Autres informations à rajouter