AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 De drôles de circonstances [Analiya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: De drôles de circonstances [Analiya]    Ven 18 Mar 2016 - 13:20


Analiya & Isaak
Mon collègue m’avait demandé d’aller rejoindre une petite protégée qu’il avait sous son aile. Il devait finir un travail ce soir-là et il avait besoin que quelqu’un veille sur elle. Il m’en avait bien souvent parlé. J’étais curieux et en même temps nerveux. C’était une affaire assez importante pour lui. Elle, la jeune femme, savait déjà qui j’étais dans les formalités et elle était prévenu que je prendrais la relève et aiderait mon collègue dans cette affaire. C'était au moins cela. J’étais encore jeune et que de passage au pays ces temps-ci puisque je travaillais ailleurs. Dans tous les cas, je m’efforçais d’y aller, car cela me tenait à cœur et j’étais du genre à prendre au sérieux les choses qui m’étaient confiées, mais aussi tout ce qui avait trait à mon travail et la sécurité des gens. J’aimais prendre soin des autres et bien faire les choses.

Je quittai donc mon bureau, je pris soin de garder sur moi mes cartes et bien entendu mon arme sur moi, mais dissimulée. Je n’allais pas pour un entrainement à l’interne, alors naturellement! Je pris ma voiture et je me dirigeai au café à laquelle le rendez-vous était fixé. Le prétexte était deux jeunes amis qui allaient prendre un café. Je n’avais qu’à faire comme-si rien n’était. Dire qu’au Brésil je m’occupais plutôt de politique que de sécurité individuel, je me sentais un peu perdu. J’arrivai sur place et déjà la jeune femme était là. Je me garai et puis je sorti du véhicule avec un sourire discret, mais poli. Je barrai mon véhicule.

Bonsoir, je suis Isaak Lovewell-Fraser, dis-je. Je lui tendis la main.




Dernière édition par Isaak M. Lovewell-Fraser le Jeu 5 Mai 2016 - 21:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Dim 27 Mar 2016 - 17:08

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


Disons que ce n'était clairement pas une situation simple à gérer. Être témoin dans une affaire et risquer sa peau, c'était loin de la façon dont je voyais mon avenir quand j'étais adolescente. Et pourtant, voila le résultat. En faisant mon travail d'honnête citoyenne, je m'étais retrouvée sous la protection du FBI parce que j'étais un témoin clé et qu'ils avaient besoin de moi pour témoigner lors du procès. Mais ce soir-là, les choses allaient être différentes. L'agent assigné à ma protection devait faire quelque chose alors quelqu'un d'autre le remplacerait. L'agent m'avait ramenée dans un café, était resté et quand son ami lui avait dit qu'il arrivait, il quitta le café pour me laisser le temps de seulement quelques minutes. Il y avait peu de chance que l'on me trouve mais juste au cas où, il était prudent en ne me laissant pas trop trop longtemps seule. Le procès approchait à grands pas après tout. Et plus le temps passait et plus il y avait de chance que l'on me trouve parce que ça se faisait plus près de la condamnation par la même occasion. "Bonsoir, je suis Isaak Lovewell-Fraser" Je souris doucement quand je vis celui qui devait prendre la relève exceptionnellement. "Bonsoir. Analiya." Il devait sans doute déjà savoir qui j'étais mais je trouvais ça plus poli de me présenter malgré tout. Je lui serrai la main avant de reposer mes deux mains autour de ma tasse. "J'espère que ça ne vous pose pas de problème de prendre le relais..." Je disais juste ça pour ne pas alerter tout le monde que j'étais sous la protection du FBI. Cela ne regardait personne, c'était un secret à garder jusqu'à ce que cette protection ne soit enfin levée. Je disais ça aussi du fait qu'il avait peut-être une vie privée, une famille à aller rejoindre. Qu'en savais-je après tout? Me garder sous surveillance ne faisait peut-être pas vraiment partis de ses plans pour la soirée.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Mar 5 Avr 2016 - 0:32


Analiya & Isaak


J’étais arrivé sur les lieux pour le travail et je me retrouvais face et à devoir protéger une jeune femme dans le besoin et très jolie. Elle se présenta à moi par la suite. Elle avait un nom original et plutôt mignon. Je lui souris. Puis, elle me dit qu’elle espérait ne pas m’importuner en somme de prendre le relais. Ça me changeait plutôt et me faisait plaisir, car après tout, je n’étais pas souvent en contact avec des gens dans le cadre de mon travail. Je faisais souvent du travail d’analyses ou des rapports, sans parler des entraînements. On n’y aurait pas cru. En plus, il n’y avait pas beaucoup de femmes à mon boulôt, sauf que personne ne mettait en doute se fait, c’était évident. Je lui répondis alors : Oh non pas du tout, ne vous en faites pas, ça me fait plaisir, sincèrement. dis-je. Il la regarda dans les yeux et lui souriait toujours. Finalement, je rajoutai : Comme ça on est de connaissances qui sortons pour apprendre à se connaître et qui se tutoyons, je lui fis un clin d’œil. comment ça vas? Il fallait être discret et crédible tout de même. En plus, je n’aimais pas le vous, c’était très impersonnel. Je venais d’une famille très chaleureuse, alors ça ne collait pas du tout avec mes référents. J’aimais apprendre à connaître les gens et ce n’était pas trop difficile puisque je savais observer et décoder les gens, sans toutefois m’y efforcer et ça ne comptait pas réellement. On n’arrive pas à connaître une personne que par ses expressions et ses émotions. La personnalité, la volonté, la pensé était des éléments qu’à première vue et même avec le temps je ne pouvais pas déceler tant que cela chez une personne sans échanger. Alors, j’avais une occasion, pour me faire une amie ou du moins, une bonne connaissance.  


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Dim 10 Avr 2016 - 19:31

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


Ce n'était vraiment pas la joie d'être dans ma situation. Devoir être protégée par le FBI parce que sa vie était en danger, ce n'était pas drôle. Mais je n'avais pas vraiment le choix. Je voulais que justice soit rendue et pour ça, je devais donc me plier à tout ça, aussi contraignant que ce soit et aussi difficile à vivre que ce soit. C'était comme ça et pas autrement. J'avais aussi parfaitement conscience que cette garde rapprochée était nécessaire pour me maintenir en vie. Et même si c'était très dur à vivre, j'imaginais que ça devait aussi l'être pour l'agent qui se trouvait affecter à ma protection et qui devait donc rester le plus à l'écart possible de sa famille et de sa vie. Alors j'étais reconnaissante envers le FBI et envers cet agent qui m'avait été affecté, c'était certain. Ce soir-là, je me retrouvais cependant sous la garde d'un autre homme. Isaak. "Oh non pas du tout, ne vous en faites pas, ça me fait plaisir, sincèrement." Je souris doucement. Cela lui faisait plaisir de devoir protéger une femme durant une soirée? Etrange. "Comme ça on est de connaissances qui sortons pour apprendre à se connaître et qui se tutoyons" J'hochai la tête doucement. "Apparemment oui..." Le tutoyer et faire semblant n'était pas ce qui me dérangeait. Mais j'avais juste tellement hâte que tout ça soit finit pour que je puisse à nouveau avoir une vie normale. "Comment ça vas?" J'haussai légèrement les épaules en enroulant ma tasse de mes mains, comme pour les réchauffer. "Aussi bien que ça puisse aller dans de telles circonstances, je suppose..." J'étais fatiguée de devoir faire semblant, de surveiller par-dessus mon épaule, de devoir rendre compte de tout ce que je désirais faire parce que mon agent attitré devait m'accompagner, ne pas pouvoir faire telle ou telle chose parce que c'était trop risqué, parce qu'on ne savait jamais si on avait ou non été repéré etc... "Et toi? Je veux dire, tu n'es pas toujours affecter à ce genre de boulot je suppose? C'est pas trop dur à gérer?" Je tentais de faire la conversation en mettant mon stress de côté, en faisant aussi attention aux mots que j'employais. Heureusement, simplement parler d'un nouveau job n'éveillerait pas les soupçons. Nous étions sensé nous connaitre, il avait pu trouver un nouveau boulot qu'il n'avait jamais eu avant et donc je lui demandais si ça allait, si tout se passait bien pour lui etc... Rien de précis ou qui laisserait transparaître quoi que ce soit de la situation dans laquelle je me trouvais.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Mar 12 Avr 2016 - 3:01


Analiya & Isaak


La jeune femme devant moi était tout à fait remarquable. Elle était douce et semblait aimable. Elle aurait été le genre de femme qui m'aurait intéressée ne serait-ce qu'en tant amie. J'étais alors ravi de prendre soin d'elle, c'est ce que je voulais dire. D'ailleurs ce n'était pas dérangeant pour moi de faire ce travail. Ça me sortait de ma routine de travail. Puis, ça me ramenait à l'époque où je faisais de l'investigation et ou j'avais l'impression que mon travail portait fruit. Dans les causes internationales ou la bureaucratie était tellement lourde et fastidieuse pour s'exécuter.

La jeune femme acquiesça au fait de faire comme si nous nous connaissions. C’était alors parfait pensais-je. Puis, elle me dit qu’elle allait bien malgré les circonstances, je hochai de la tête et lui répondis à mon tour : Oui merci ça vas très bien.

Par la suite, la jeune femme me demandait en somme si mon boulot me plaisait. Je lui répondis afin de débuter la conversation et amener notre dynamique et entretient plus fluide et naturel.  Oui j'aime beaucoup mon travail. Il n'osait pas parlé du Brésil, puisque c'était trop spécifique à lui-même en tant qu'agent et il ne voulait pas ébruiter toutes spécificités que ce soit pour elle ou pour lui. Après tout, ce n'était pas subtil. J’aime mon travail, ce n’est pas trop difficile à gérer pour le moment donc ça vas, habituellement je suis toujours en consultations ou à mon bureau rarement sur le terrain dis-je dans les grandes lignes après tout, cela je pouvais me permettre.

Vous, vous aimez-vous votre travail, que faites-vous ces temps-ci. Demandais-je afin de poursuivre la soirée et d'apprendre à la connaître.  Demandais-je curieusement.

Puis, une serveuse vint prendre ma commande. Je commandis un café au lait et demandai à Analiya si elle voulait quelque chose.  


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Dim 24 Avr 2016 - 13:43

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


C'était très étrange pour moi de me retrouver face à un parfait étranger. J'étais tellement habituée à mon agent du FBI attitré que me retrouver soudainement surveillée par une autre personne, ça me faisait bizarre. Mais mon agent m'avait rassurée en me disant qu'il le connaissait et qu'il lui confierait sa vie si c'était nécessaire. Si mon agent disait ça, alors je ne pouvais que faire confiance à cet homme prénommé Isaak. Il me répondit qu'il allait très bien. Tant mieux. C'était une bonne chose. Il m'expliqua aimer son travail, qu'il était rarement sur le terrain cependant. Je souris doucement en hochant la tête. C'était donc un homme de bureau. Il avait sans doute dû commencer par le terrain avant d'être recalé dans les bureaux. Peut-être était-ce son choix, peut-être qu'il n'avait pas eu le choix pour une raison X ou Y. Peu importait les raisons pour lesquelles il avait dû laisser le terrain derrière lui, de côté, l'essentiel étant que son travail lui plaise. "Vous, vous aimez-vous votre travail, que faites-vous ces temps-ci." J'haussai les épaules doucement. Je ne pouvais pas faire grand grand chose pour le moment. Je devais toujours être sous surveillance donc ce n'était pas simple. "Je ne peux pas vraiment travailler actuellement... Appelons ça un congé maladie." Je ne pouvais pas dire clairement à voix haute les vraies raisons me poussant à rester à la maison après tout. "Alors pour m'occuper, j'écris. Et oui, ça me plait d'écrire." Je n'avais rien publié mais avec un peu de chance, je pourrais peut-être un jour publier un livre ou plusieurs. Devenir écrivaine ne serait pas pour me déplaire pour être tout à fait honnête avec vous. Mais avant de songer à mon avenir, je devais d'abord rester en vie et témoigner au procès. Je pourrais penser à mon futur par la suite. Isaak commanda un café au lait et je pris un chocolat chaud en remerciant la serveuse au passage. "Tu... Tu connais Ryan depuis longtemps?" Ryan était l'agent du FBI qui m'avait été attitré et qui avait demandé à Isaak de me surveiller le temps d'une soirée pour qu'il puisse aller régler quelques affaires de son côté sans risquer de me mettre en danger par la même occasion.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Jeu 5 Mai 2016 - 21:09


Analiya & Isaak

Isaak fausait la connaissance d'Analiya. Elle lui avait répondit qu'elle écrivait, un peu plus tôt. Elle compléta lorsqu'il lui demanda plus précisément ce qu'elle écrivait. Elle disait qu'elle écrivait ce qui lui passait par la tête. Ce pourrait être inspiré de sa propre vie. Isaak acquiesça d'intérêts. Ça pouvait être en effet pertinent et intéressant. Il ne savait pas grand chose sur la jeune femme, mais connaissait un peu son histoire ou du moins, ce qui concernant la raison de ses services auprès d'elle, même-si ce n'était qu'en remplacement.

Le sujet était venu par la suite sur Ryan. Isaak avec énoncé le fait qu'il était sympathique. Elle confirma ses dires en rajoutant que c'était le cas lorsqu'on apprenait à le connaître. Isaak souria et ria légèrement, elle avait raison. Ryan était un mec un peu spécial de prime abord.

Elle lui avait également répondu qu'elle avait cessé de rêvé. Isaak, acquiesça de la tête, tâchant d'être neutre et ravala sa salive. Il comprenait. Il s'en voulait d'avoir poser la question. Il n'aurait pas dû. C'était non-professionnel après tout. Il s'excusa poliment. Désolé. Je n'y aie pas pensé vite comme ça. Lui aussi avait cesser de rêver depuis la mort de son épouse, pensa-t-il. Il comprenait un peu. Pas totalement, car ce n'était pas le même contexte, mais un peu. Du moins, ce sentiment d'abandonner une partie des plaisirs et des instincts de la vie. Rêver. . .

Finalement, elle lui confessa toutefois qu'elle aimerait vivre de sa passion. De l'écriture en l'occurence. Elle disait cependant que ce n'était pas pour demain et tout de suite et que c'était difficile. C'est vrai. Le métier d'écrivain était difficile, tout comme les métiers artistiques d'ailleurs. La mère d'Isaak était animatrice, actrice et mannequin avant. Il lui dit: Ma mère était actrice et tout auparavant, elle a eu du mal à percé. Je connais ça. Il souria, empathiquement. Il tentait de communiquer sa sympathie avec la jeune femme et de faire la conversation.

Par la suite, elle lui demanda ce qu'il en était pour lui, une femme, des enfants, une maison etc. Isaak fut surpris alors qu'il contemplait la jolie demoiselle à ses yeux, prendre une gorgée dans sa tasse. Il resta un peu surpris, puis répondit, comme il le pouvait, n'était pas impliqué dans cette histoire.

J'ai une maison et des enfants. Une épouse dans le passé. Elle n'est plus parmi nous. Il préférait rester évasif, sans révélé l'identité des enfants. Il demanda alors: Si vous voulez parler plus amplement, on peut aller faire un tour de voiture. Fit-il, cordialement. Sans intention, bien entendu. Isaak n'était pas de ce genre là. Il préférait ne pas parler de ses enfants en public, mais il adorait parler d'elles, de ces deux petites filles. Elle pourrait comprendre la raison de cette proposition.


Dernière édition par Isaak M. Lovewell-Fraser le Jeu 28 Juil 2016 - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Jeu 16 Juin 2016 - 20:58

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


Je n'étais pas forcément des plus rassurée. Le fait que Ryan confit ma sécurité à quelqu'un d'autre, ça bouleversait toutes mes habitudes. J'avais apprit à connaître Ryan, j'avais une confiance aveugle en lui. Je savais qu'il me protégerait coûte que coûte. Pour la première fois, je me sentis à nouveau vulnérable. Je ne doutais pas du choix de Ryan, comme dit au dessus, je lui faisais confiance. Mais ça bouleversait tout. Ce changement de protection, même pour une seule nuit, remettait ma sécurité en cause. C'était ainsi que je le ressentais. Mais Isaak me rassurait malgré tout. Sa voix, son regard. Tout était naturellement rassurant chez lui. Allez savoir comment c'était possible mais c'était ce que je ressentais. On parla d'un boulot, boulot que je ne pouvais pas avoir pour le moment. Moins je me ferais remarquer et moins ma vie sera en danger. Je précisai cependant que j'écrivais beaucoup. Il fallait bien que j'occupe mes journées après tout. "Vous écrivez quoi donc?" J'haussai les épaules légèrement. Excellente question. "Ce qui me passe par la tête. Je suis encore indécise mais je compte me lancer sur un roman, inspiré de mon histoire sans tout copier à la lettre mais avec quelques petits points communs peut-être." Je ne dévoilais en rien à voix haute quels étaient les points communs, ni de quoi ça parlerait donc je ne mettais pas en doute ma couverture.

Je me renseignai ensuite pour savoir depuis combien de temps Ryan et lui se connaissaient. Simple curiosité plus qu'autre chose. "Oui on peut dire ça, je connais beaucoup de gens en ville, mon père faisait le même boulot et puis on est de bon collègue depuis plusieurs années déjà, il est sympa." J'hochai la tête doucement. Il était vrai que notre relation avait assez mal débutée mais au fur et à mesure du temps, j'avais vraiment appris à l'apprécier. Il était adorable quand on le connaissait, sous ses airs de durs à cuire. "C'est vrai qu'il est sympa, quand on apprend à le connaître." Je bus une gorgée de ma boisson quand il reprit la parole. "vous avez des rêves j’imagines, si je peux me permettre de vous demander, je crois que ce pourrait être un bon sujet de discussion et en plus être amusant d’en discuter." J'haussai légèrement les épaules. Oui, j'en avais eu à une époque. Mais en sachant que je risquais ma vie, j'avais préféré mettre tout ça de côté. "J'ai arrêté de rêver... En attendant que toute cette histoire se termine..." Je souris doucement. Je parlais bien entendu du procès. Je lui fis cependant un petit aveu: "Pourquoi pas vivre un jour de ma passion l'écriture, après tout. Mais ce n'est pas encore demain la veille, tu t'en doutes." Je ris doucement en baissant un instant le regard vers ma tasse. Puis je relevai mes yeux vers lui. "Parles moi de toi. Tu as une femme qui t'attends à la maison? Des enfants peut-être?" C'était indiscret, c'était vrai. Mais je ne savais pas quoi lui demander d'autre. Il était un parfait inconnu et ça me semblait assez normal de d'abord mentionner la famille.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Jeu 28 Juil 2016 - 21:32


Analiya & Isaak

Les deux étaient ensemble à boire un petit quelque chose. Les sujets de discussions étaient limitées comme ils risquaient d'être observés. C'était pour ça après tout qu'Isaak était là. Pour veiller sur la jeune femme. Elle était tout de même, en quelques sorte en danger. Du moins, elle risquait gros. Bref. Quoiqu'ils en soient ils avaient abordé divers sujet. Elle lui avait même posé des questions sur lui. Toutefois, il n'osait pas trop parlé de ses filles, comme il avait peur de parler de des sujets aussi intimes et personnels alors qu'il y avait la mafia qui courrait après une cible, telle qu'Analiya.

Analiya justement se sentait mal d'avoir posé la question et abordé le sujet du fait qu'Isaak avait avoué qu'il avait perdu son épouse dans le passé. Elle lui avait dit: "Oh, je suis désolée. Je ne voulais pas raviver de mauvais souvenirs en te demandant ça."Isaak alors lui répondit: Ohh non, ne vous en faites pas, ça vas maintenant. Il souria tendrement. Évidémment, il en voulait encore à l'univers de lui avoir enlevé sa femme et d'être seul, aussi jeune. Il aimait tant Marion. Et pour souligner le tout et comble de la total, il avait même perdu 6 ans de la vie de sa petite fille auprès d'elle. Il avait été bête de l'abandonner à d'autres.

Il lui avait proposé par la suite d'aller se balader en voiture. Il se sentirait plus à l'aise d'apprendre à faire sa connaissance et de répondre à ses questions. En plus, peut-être pourraient-ils passer un bon moment en stressant moins d'être écoutés et observés. La jeune femme semblait assez septique et elle semblait assez méfiante. La jeune femme accepta et lui dit d'accord. Isaak hocha de la tête et il paya également son addition en laissant un montant sur la table et en terminant rapidement sa boisson.

Allons s'y alors dit-il. Puis, ils se dirigèrent vers la voiture, Isaak dévérouilla et ils embarquèrent. Isaak mit la clef dans le contact et ils roulèrent. Il osa et prit l'initiative d'expliciter sa question de tout à l'heure et de lui expliquer son geste et son invitation de se balader en voiture.

Excuses-moi, j'étais plus à l'aise de parler ici qu'au restau, question sécurité. Il marqua une pause et la regarda furtivement histoire de voir sa réaction et sa réponse. Il rajouta: En fait, j'ai une fille biologique de 6 ans et une fille adoptée de 8 mois. Fit-il. Il lui pointa au même moment, alors qu'il était à un stop quelques photos qui dépassait des parre-soleils de la voiture.


Dernière édition par Isaak M. Lovewell-Fraser le Jeu 4 Aoû 2016 - 4:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Mar 2 Aoû 2016 - 21:09

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


Je ne savais pas trop où ma vie allait me mener, où mon honnêteté allait me mener. Est-ce-que je retrouverais un jour une vie normale ou est-ce-que je devrais toujours regarder par dessus mon épaule parce que j'aurais peur d'être suivie, d'être retrouvée par les salopards contre lesquels je devais témoigner dans quelques temps? Je n'en savais rien. Seul l'avenir me le dira de toute façon... On mentionna Ryan, mon envie d'écrire... Mon histoire personnelle ferait une assez bonne idée de roman. "Désolé. Je n'y aie pas pensé vite comme ça", s'excusa t-il suite au fait que je lui avouai que j'avais cessé de rêver. Je ne savais pas de quoi le lendemain serait fait et donc ce serait quelque peu compliqué d'avoir vraiment des projets. Bien sûr, personne ne savait jamais de quoi le lendemain était fait mais il y avait plus de chances que je me fasse assassiner par les membres de la mafia que renverser par une voiture vu ce que j'étais en train de leur faire: aider la police à mettre leur chef en prison. Statistiquement parlant bien sûr.

J'avais cependant fait l'aveu à Isaak que j'aimerais beaucoup vivre de ma passion, à savoir de l'écriture. Mais comme dit, c'était une envie, un désir. Cela ne voulait pas dire que c'était réalisable et de toute façon, je n'espérais pas trop puisque comme dit un peu plus tôt, je ne rêvais pas trop. "Ma mère était actrice et tout auparavant, elle a eu du mal à percé. Je connais ça." Je souris doucement. Mais sa mère avait eu du mal à percer parce que c'était difficile, pas parce qu'elle risquer de se faire tuer par la mafia. Pour ma part, c'était ça le soucis, mais aussi le fait qu'être écrivaine n'était pas chose simple de nos jours. "J'ai une maison et des enfants. Une épouse dans le passé. Elle n'est plus parmi nous." Oups. J'aurais peut-être dû éviter de parler de ça. J'avais simplement eu envie de faire sa connaissance. On devait être deux connaissances dans un bar et je ne savais strictement rien de lui. Je ne pensais clairement pas à mal en lui demandant si il avait une femme et des enfant qui l'attendaient à la maison. "Oh, je suis désolée. Je ne voulais pas raviver de mauvais souvenirs en te demandant ça." Je me sentais un peu bête mais je supposais que ça devait forcément arriver quand quelqu'un faisait sa connaissance. "Si vous voulez parler plus amplement, on peut aller faire un tour de voiture." Sa demande suivante me perturba un peu plus. Je pris donc quelques secondes à y réfléchir puis je me souvins que je pouvais entièrement faire confiance à Ryan et donc forcément, faire confiance - plus ou moins parce que je ne le connaissais pas après tout - à Isaak. J'hochai alors légèrement la tête. "D'accord.." Je terminai ma boisson et payai nos consommations avant de me lever. Je mis ma veste et pris mon sac avant de sortir en compagnie d'Isaak et d'aller jusqu'à sa voiture.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Jeu 4 Aoû 2016 - 4:58


Analiya & Isaak

Les deux étaient ensemble à boire un petit quelque chose. Les sujets de discussions étaient limitées comme ils risquaient d'être observés. C'était pour ça après tout qu'Isaak était là. Pour veiller sur la jeune femme. Elle était tout de même, en quelques sorte en danger. Du moins, elle risquait gros. Bref. Quoiqu'ils en soient ils avaient abordé divers sujet. Elle lui avait même posé des questions sur lui. Toutefois, il n'osait pas trop parlé de ses filles, comme il avait peur de parler de des sujets aussi intimes et personnels alors qu'il y avait la mafia qui courrait après une cible, telle qu'Analiya.

Analiya justement se sentait mal d'avoir posé la question et abordé le sujet du fait qu'Isaak avait avoué qu'il avait perdu son épouse dans le passé. Elle lui avait dit: "Oh, je suis désolée. Je ne voulais pas raviver de mauvais souvenirs en te demandant ça."Isaak alors lui répondit: Ohh non, ne vous en faites pas, ça vas maintenant. Il souria tendrement. Évidémment, il en voulait encore à l'univers de lui avoir enlevé sa femme et d'être seul, aussi jeune. Il aimait tant Marion. Et pour souligner le tout et comble de la total, il avait même perdu 6 ans de la vie de sa petite fille auprès d'elle. Il avait été bête de l'abandonner à d'autres.

Il lui avait proposé par la suite d'aller se balader en voiture. Il se sentirait plus à l'aise d'apprendre à faire sa connaissance et de répondre à ses questions. En plus, peut-être pourraient-ils passer un bon moment en stressant moins d'être écoutés et observés. La jeune femme semblait assez septique et elle semblait assez méfiante. La jeune femme accepta et lui dit d'accord. Isaak hocha de la tête et il paya également son addition en laissant un montant sur la table et en terminant rapidement sa boisson.

Allons s'y alors dit-il. Puis, ils se dirigèrent vers la voiture, Isaak dévérouilla et ils embarquèrent. Isaak mit la clef dans le contact et ils roulèrent. Il osa et prit l'initiative d'expliciter sa question de tout à l'heure et de lui expliquer son geste et son invitation de se balader en voiture.

Excuses-moi, j'étais plus à l'aise de parler ici qu'au restau, question sécurité. Il marqua une pause et la regarda furtivement histoire de voir sa réaction et sa réponse. Il rajouta: En fait, j'ai une fille biologique de 6 ans et une fille adoptée de 8 mois. Fit-il. Il lui pointa au même moment, alors qu'il était à un stop quelques photos qui dépassait des parre-soleils de la voiture.


Dernière édition par Isaak M. Lovewell-Fraser le Ven 12 Aoû 2016 - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Mar 9 Aoû 2016 - 10:53

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


Je me sentais un peu mal d'avoir posé des questions intimes à Isaak. Bien sûr, je ne pouvais pas savoir qu'il allait m'avouer avoir perdu sa femme. Mais tout de même, ça m'embêtait sincèrement de peut-être lui raviver de mauvais souvenirs. Ce n'était jamais agréable de repenser à des choses tristes de notre passé et je le comprenais parfaitement. Alors oui, instinctivement, je m'étais excusée en précisant que je n'avais jamais voulu lui raviver d'anciennes douleurs. "Ohh non, ne vous en faites pas, ça vas maintenant." Est-ce-que ça allait vraiment à présent? Avait-il réussis à faire son deuil? De quand datait la perte de sa femme? Etait-elle son premier amour? Parce que si elle avait été son premier amour, ça avait dû rendre la perte encore plus douloureuse que je ne pouvais l'imaginer. "Est-ce-que ce serait indiscret de te demander quand ça a eu lieu et dans quelles circonstances...?" Un tas de questions se bousculaient dans ma tête alors il me fallait lui poser au moins ces questions là. Sans entrer trop dans les détails. Mon but n'était pas qu'il souffre rien qu'en pensant à cet évènement tragique. Et si il ne désirait pas y répondre, je comprendrais tout à fait et je n'en reparlerais plus. Cela n'était pas mes affaires après tout.

Finalement, Isaak avait proposé d'aller faire un tour de voiture. J'avais certes était sceptique et méfiante sur le coup, mais si Ryan m'avait confiée à lui, je savais que ce n'était pas pour rien et que je pouvais donc lui faire confiance. "Allons s'y alors". On paya nos consommations et on quitta le café pour monter dans sa voiture. Je mis ma ceinture et il démarra. Très vite, ce fut lui qui brisa le silence en expliquant le pourquoi du comment il avait proposé de sortir du café. "Excuses-moi, j'étais plus à l'aise de parler ici qu'au restau, question sécurité." J'hochai doucement la tête avec un petit sourire. Je pouvais comprendre. Il avait sûrement des gens à protéger et donc des identités à préserver alors il ne pouvait certainement pas parler librement. On ne savait jamais si j'étais en danger ou pas après tout. Normalement, j'étais en sécurité et pas sur écoute par la mafia mais on ne pouvait jamais être sûr de rien. "En fait, j'ai une fille biologique de 6 ans et une fille adoptée de 8 mois." Waouh, deux filles? Aussi jeunes? Avec son métier? Et seul? Impressionnant. Il désigna les photos. Je les pris en mains pour les regarder de plus près et souris. "Elles sont très mignonnes." J'aimais beaucoup les enfants et il fallait bien avouer qu'elles étaient adorables. "Elles s'appellent comment? Et tu t'en sors tout seul? Ou tu as peut-être une petite-amie qui t'aide?" Il avait dit avoir perdu sa femme, mais ça ne voulait pas dire qu'il n'avait pas une copine, qui peut-être ne vivait pas avec lui pour le moment. Je me rendais compte que je posais beaucoup de questions d'affilé. "Désolée, je pose beaucoup de questions. Mais j'ai plus l'habitude de rencontrer beaucoup de gens alors..." Je ris doucement avant de reposer les photos où je les avais prise, tout en attendant ses réponses à mes nombreuses questions.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Ven 12 Aoû 2016 - 23:07


Analiya & Isaak


Isaak voyait bien que la jeune femme était mal à l'aise d'avoir posé des questions et que par hasard, elle ne pouvait pas savoir, ces réponses soient celles-ci. Enfin, quant à Isaak, il ne lui en voulait pas du tout, il n'était pas même mal avec cela. Il l'avait rassuré en lui disant de ne pas trop s'en faire. Oui, il était toujours triste d'avoir perdu Marion, il avait toutefois refait sa vie, en quelque sorte. Du moins, il était toujours resté avec des buts à poursuivre et maintenant, il avait un sens à sa vie à donner plus précis. Plus correspondant à ce qu'il était, mais ce qu'il était devenu et selon ce qu'il attendait de la vie. Si bien qu'il avait adopté une petite fille à présent et qu'il se voyait avec un avenir prometteur sur tout les plans. Peut-être ne se voyait-il pas avec une épouse, une prochaine femme dans sa vie, mais il y songeait. Il voulait pouvoir et vouloir le faire. Il voulait l'opportunité. Sauf qu'il n'y pensait pas souvent.

Puis, la jeune femme lui demanda si c'était indiscret de lui demander quand ça avait eu lieu et selon quelles circonstances. Cependant, ce souvenir n'était plus aussi douloureux qu'avant, il était davantage en paix avec cela. Il répondit alors calme: Il y a 6 ans, un peu plus, c'était lors de son accouchement. Elle n'a pas trop souffert, elle s'est évanouis rapidement et puis, on la vite mis sous médication, bien qu'ils n'ont rien pu faire. C'était une hémorragie trop grande, trop prompte etc. Fit-il en soupirant quelque peu, mais pas bruyamment.

Isaak conduisait à présent, ça faisait son affaire, car il pouvait se concentrer en même temps sur la route. Ils étaient partis du café. Il avait osé lui demander, car ainsi, ils seraient tranquille pour parler et qu'ils pourraient choisir un autre endroit où se poser. Il avait une bonne réputation en plus alors il n'avait pas trop à s'inquiéter des impressions qu'ils pouvaient parfois échappée de donner aux autres. Il n'avait jamais vraiment d'intention cachées, alors il ne s'inquiétait jamais de ce que les autres pensaient de lui. Ça faisait subtil aussi, car comme ça, ils ne seraient pas facilement localisé par quiconque de malveillant. Il ravala sa salive et démarra le contact et il prenait à peu près n'importe quel chemin. Tout ce qu'il voulait c'était d'occuper la jeune demoiselle et la tenir en sécurité. Personne les suivaient, tout était calme. Il restait en ville, certes, pour qu'il y ait plusieurs personnes. Pas question de prendre de risques. Il lui avait par la suite désigné les photos. Elle les regarda et s'exclama poliment qu'elles étaient mignonnes. Isaak souri. Elle avait raison. Il remarqua aussi qu'elle était surprise. Oui, après tout, c'était son travail d'être observateur. Elle lui demanda comment elles s'appelaient et s'il s'en sortait seul etc. Il lui répondit alors en profitant pour répondre aux milles interrogations que sa surprenant condition pouvaient amener rapidement. La plus jeune c'est Sophia, 8 mois, je l'ai avec moi depuis ces 2 mois et puis Taylor, 6 ans et quelques mois. Je m'en sors grâce à ma famille, j'ai 3 soeurs et mes parents. Ils habitent tous dans le même quartier que moi et ma soeur vit presque chez moi c'est dernier temps.Personne d'autres pour m'aider, mais c'est suffisant, à l'exception d'une futur babysitter ou nounou que je devrais penser à engager. Il laissa présager ainsi qu'il était seul. Il fallait dire aussi qu'il avait Taylor que depuis quelques mois, presqu'un an seulement et puis Sophia depuis que 6 mois. Il était loin d'avoir tant de mérite. Seulement, il n'expliquerait pas toutes ses histoires à une femme qui avait pleins de soucis, enfin, plein la tête. Pauvre elle. C'était elle plutôt qui avait besoin de parler ou de se faire remonter le moral ou changer les idées. Il doutait que de lui raconter ses histoires l'aide à sentir que la vie était sécuritaire et qu'il soit possible d'avoir un cocon, une vie paisible. Isaak n'avait pas eu une vie comme les autres en perdant son épouse rapidement et en faisant l'erreur et surtout les dommages pour son aînée, de la laisser à une famille. Une autre famille que la sienne.

Finalement, il lui retourna la question: Vous, vous vous en sortez, niveau moral et tout, vous n'êtes pas seule? sans vouloir être indiscret. Pas trop, pensa-t-il, car il pouvait se douter qu'elle s'isolait ou qu'elle devait plutôt l'être par les circonstances. Il ne la connaissait pas du tout. Peut-être avait-elle un petit-copain. Il avait cru savoir que non, mais sait-on jamais. Par la suite, son interlocutrice s'excusa de poser ces questions-ci, elle disait ne pas avoir l'habitude. Ce qui venait confirmer ce qu'il pensait, enfin, concernant le fait qu'elle soit peut-être plus isoler que la moyenne des gens. Il lui répondit rapidement, reflétant ce qu'il en pensait: Ne vous en faites pas, je vous trouve plutôt très cordiale et vous avez beaucoup de tact. Vous me semblez gentille, enfin je veux dire, tu es gentille, ne t'en fais pas trop et puis, tu t’intéresse aux autres, c'est plutôt rare parfois dans mon métier, moi ça me va Fit-il en riant légèrement. C'est vrai, bien souvent, les gens étaient très formel, tout simplement. Pas très commode ou sympathique. Elle, elle l'était. Elle aurait pu devenir aigre, par les circonstances. Elle semblait toutefois être douce et aimable. Il souhaitait qu'elle ne se sente pas inadéquate avec lui. Il n'était pas très intransigeant. Il était là pour elle ce soir, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5714
∞ Points : 155
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    Sam 8 Oct 2016 - 17:15

De drôles de circonstances

ft. Isaak M. Lovewell-Fraser


Je ne m'étais pas attendue à ce que sa femme soit décédée alors oui, je m'étais tout naturellement excusée pour lui avoir posé toutes ses questions. Certes, je ne pouvais pas savoir mais je me rendais compte que dans ma grande curiosité, je n'avais pas forcément réalisé que j'avais pu me montrer indiscrète et que j'avais peut-être même ravivé de vieilles douleurs, des vieilles blessures qu'il aimerait peut-être enterré bien au plus profond de lui-même. Finalement, j'osai demander comme ça c'était passé, de quelle façon il avait perdu sa femme, la mère de son enfant. "Il y a 6 ans, un peu plus, c'était lors de son accouchement. Elle n'a pas trop souffert, elle s'est évanouis rapidement et puis, on la vite mis sous médication, bien qu'ils n'ont rien pu faire. C'était une hémorragie trop grande, trop prompte etc." J'hochai doucement la tête. La médecine avait beau avoir énormément évoluée avec le temps, elle n'était pas infaillible et parfois, des décès survenaient. C'était le cycle naturel de la vie, même si c'était parfois injuste et incompréhensible. N'empêche que j'imaginais facilement à quel point ça avait dû être douloureux et difficile. Une naissance devait être la chose la plus merveilleuse au monde mais quand en donnant naissance, on perdait sa femme, la mère de son enfant, ça devait rendre ce bonheur tout relatif... Le bonheur de ce moment ne devait sûrement pas réussir à effacer le chagrin de la perte subie... Je préférai ne rien dire. Cela ne le soulagerait pas, ne ferait certainement pas revenir sa femme non plus et puis, depuis tout ce temps, il devait avoir fait son deuil alors ce n'était vraiment pas nécessaire de raviver sa douleur en nous attardant plus longuement sur le sujet.

Je me posais cependant encore plein de questions, que je n'hésitai pas à lui poser d'ailleurs. "La plus jeune c'est Sophia, 8 mois, je l'ai avec moi depuis ces 2 mois et puis Taylor, 6 ans et quelques mois. Je m'en sors grâce à ma famille, j'ai 3 soeurs et mes parents. Ils habitent tous dans le même quartier que moi et ma soeur vit presque chez moi c'est dernier temps.Personne d'autres pour m'aider, mais c'est suffisant, à l'exception d'une futur babysitter ou nounou que je devrais penser à engager." Il était donc célibataire? Étonnant qu'un homme aussi agréable et semblant être si gentil n'ait pas encore retrouvé chaussures à son pied. A moins qu'il ne soit pas encore prêt depuis la perte de sa femme. Ou bien peut-être que le fait d'avoir deux filles n'aidait pas et faisait peur aux femmes. Personnellement, ce n'était pas des enfants qui me rebuterait, malgré mon jeune âge. J'avais grandit bien vite et j'espérais un jour pouvoir fonder une famille sans avoir peur de subir les conséquences de mon acte civil en dénonçant ce que j'avais vu et qui m'avait d'ailleurs mise dans cette panade. "C'est vraiment bien que vous ne soyez pas seul pour les deux filles. Ce serait difficile à gérer sans aide." Pour tout parent monoparental ce serait compliqué, mais pour lui encore plus vu son métier.

"Vous, vous vous en sortez, niveau moral et tout, vous n'êtes pas seule? sans vouloir être indiscret." J'haussai doucement mes épaules en fixant un point droit devant moi. Comment dire...? "Et bien... Je ne peux pas voir ni parler à ma famille ou mes amis... A part Ryan, je ne vois pas grand monde..." Je n'avais pas le droit. Pour ma propre sécurité mais aussi pour celle de mes proches, je n'avais aucunement le droit d'entrer en contact avec eux. Interdiction formelle. Et se lier d'amitié dans une nouvelle ville, une grande ville où on ne connaissait personne, ce n'était vraiment pas quelque chose de facile. Je m'étais à nouveau excusée pour toutes les questions que je posais. "Ne vous en faites pas, je vous trouve plutôt très cordiale et vous avez beaucoup de tact. Vous me semblez gentille, enfin je veux dire, tu es gentille, ne t'en fais pas trop et puis, tu t’intéresse aux autres, c'est plutôt rare parfois dans mon métier, moi ça me va" Je souris doucement en posant mon regard sur lui puis je repris la parole. "Je vais continuer sur la lancée des questions indiscrètes alors... Tu n'as jamais eu envie de retrouver une petite-amie? Ou c'est juste que personne à ton goût ne s'est présenté?" Je ris doucement. C'était une simple question par pure curiosité. Je devais avouer qu'elle me taraudait l'esprit.

code by ORICYA.


_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: De drôles de circonstances [Analiya]    

Revenir en haut Aller en bas
 

De drôles de circonstances [Analiya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2016 :: Rp
-
✿ KATE WALSH - Scénario de Sandro et Sienna
✿ EMMA ROBERTS - Scénario d'Aymeric
✿ MARIE AVGEROPOULOS - Scénario de Sandro et Miléna
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ STEPHEN AMELL - Scénario de Maëlys
SUJET COMMUN
Autres informations à rajouter