AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 C'est si vite arrivé... [Louise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 3 Nov 2015 - 11:41



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise




C'était à croire que nous aimions tous les deux énormément l'hôpital, on y avait passé la moitié de notre vie, que ce soit pour le travail ou juste pour se faire soigner. Il a été le lieu de nos déboires, de nos retrouvailles, de nos engueulades, de notre amour aussi. Il a été témoin des plus belles étapes de notre vie... Même si Louise avait failli y passer plus d'une fois. Je me souviens de la peur que j'avais ressenti, l'inquiétude qui s'était introduit en moi tellement j'avais crains perdre la femme que j'aime. De plus, Rose est entrée dans notre vie. Même si ça avait été un peu compliqué... Rose qui avait fêté la veille ses 5 mois. Elle avait tant changé. Elle avait pris la couleur de cheveux de sa maman, et avait exactement le même regard. J'observais ma fille, tandis qu'elle dormait dans son berceau. Ce soir, j'avais prévu de rejoindre un ami, collègue, Samuel. Louise avait insisté pour que je sorte un peu, cela faisait plus de 4 mois que j'avais arrêté le travail, et que je passais mon temps à la maison, veillant sur Rose et Louise. Peut être que j'aurais dû rester chez moi? Je m'en voulais de laisser Rose et Louise, cette première était déjà endormie... J'allais rejoindre Louise, m'approchant d'elle et m'asseyant auprès d'elle. Je portais une de mes chemises blanches, j'avais fais un petit effort vestimentaire pour l'occasion. Je me saisis de la main de Louise.
Je pense pas que ça soit une si bonne idée...
Même si je savais que ça me ferait du bien de me changer un peu les idées. Ces derniers temps avec Louise, ça s'était apaisé. Le regard de Louise semblait réprobateur... Elle m'ennuyait sans cesse pour que je sorte, ça me rappelait notre séance chez le thérapeute. Notre unique séance d'ailleurs.
Je ne reviendrais pas tard... Si tu as un soucis, tu m'appelles, d'accord? N'hésite pas à me déranger.
Je m'approchais de Louise, déposant un premier baiser sur son front avant de descendre vers sa bouche. Cela ne me plaisait toujours de partir, et ce fut difficile de lâcher la main de Louise. Je passais la porte avec un dernier regard pour Louise. Je pris la voiture, appelant Samuel au passage.
Je viens de m'en aller, dans 10 min, je suis là. Tu réserves une table? Pas de soucis.
Je raccrochais. Je ne roulais pas plus vite qu'à l'accoutumé. J'étais presque arrivé, et aperçus mon ami. J'envoyais un message à Louise pour la prévenir que je venais d'arriver. Je n'avalais qu'une bière, histoire de rentrer en un seul morceau. Le reste de la soirée, je la passais à boire des verres de coca. 2 heures que j'étais là, et mon esprit était ailleurs. Je décidais rapidement de reprendre la route pour retrouver ma famille. Peut être que j'aurais dû attendre 5 min de plus? Ou partir 5 min plus tôt? Je roulais, et je voyais comme au ralenti cette voiture foncer droit vers moi. J'essayais de réagir mais je n'y arrivais pas. J'étais comme paralysé. Le choc était inévitable.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 3 Nov 2015 - 12:20

Après maintes négociations, j’avais réussi à ce qu’Aymeric sorte un peu. Il allait au restaurant avec Samuel. J’allais me retrouver seule avec Rose. Je ne l’avais encore jamais tenue dans mes bras, je ne me sentais pas prête pour ce genre de chose. Mais aujourd’hui, je n’allais pas avoir le choix. Aymeric avait veillé à ce qu’elle dorme avant qu’il ne parte. Rose avait déjà mangé son biberon du soir. Elle était même passée à la panade. Je me devais de le rassurer, de lui dire que tout se passerait bien. « Si, c’est une merveilleuse idée ! Va te détendre, prendre un peu de bon temps. Rose et moi serons toujours là à ton retour ! Je te le promets. ». Je lui souris doucement avant de l’embrasser. Nous étions tous les deux dans le canapé. Je me mis pour me blottir dans ses bras. Aymeric me dit alors de ne pas hésiter à l’appeler si j’avais le moindre soucis. Je me promis de ne pas le faire. J’étais assez grande. Je savais que je serai capable de m’occuper de ma fille comme il le faut. Personne ne pouvait en douter. « Ne t’en fais pas. Tout va bien se passer. Je me suis déjà occupée de centaines de bébés. Je devrai bien être capable de m’occuper de la mienne, non ? ». Je lui souris doucement. D’une certaine façon, je m’encourageais moi aussi. Je me donnais toute la force possible.
J’étais là, couchée dans mon lit. Je ne craquais pas. Je n’avais pas bu un seul verre de toute la soirée. Mon téléphone portable sur la table de nuit, j’attendais le retour d’Aymeric. Il ne m’avait pas envoyé de message pour me prévenir de son départ. Il était maintenant minuit passé. Et bien dis donc, il semblait bien s’amuser. Mais je me refusais de le lui reprocher. Il avait bien le droit de prendre du bon temps. Oh, il subirait un interrogatoire, c’est certain. Mais bon. Tout à coup, mon téléphone sonna. Je décrochais alors rapidement sans même regarder le nom de la personne qui m’appelait. Je m’attendais à lui dire quelque chose du genre : Quoi ? Tu as trop bu ? Faut que je vienne te chercher ? Mais non, c’était une voix féminine. « Madame Collins ? ». Je devenais alors blanche comme un linge. Je me doutais que quelque chose allait mal tourner. Je me rappelais de cette fois où les policiers m’avaient annoncés la mort de mes parents. Je me relevais du lit. « Oui, c’est moi. ». J’avalais alors ma salive comme pour me donner une contenance. « C’est votre mari, il est à l’hôpital. C’est assez grave. Pourriez – vous venir le plus rapidement possible ? ». Je ne pris pas la peine de répondre et raccrochais directement le téléphone. Je me levais d’un bond, enfilant ce que je trouvais : un jeans et un chemisier. J’allais partir quand je me rendis compte que Rose était là, il fallait que je la prenne. Pas de sac à langer prêt. Rien, rien du tout. Je pris alors deux biberons ainsi que les dosettes prévues avec un lange. Un ? Pourquoi un ? Je ne sais pas. Je n’avais pas du tout réfléchi. Je mis alors Rose dans son Maxi Cosi. Et la clipsais dans la voiture. Je roulais bien plus vite que ce qui était toléré. Mais en cinq minutes, j’étais aux urgences. Le maxi cosi dans les mains. Ah oui, j’avais pris Rose dans mes bras quelques secondes. Mais je ne m’en étais pas rendue compte. Ce n’est pas comme cela que ça aurait du se passer… Je me dirigeais alors vers l’accueil. « Je suis Madame Collins. Vous m’avez appelée il y a cinq minutes pour mon mari. ». Je tournais la tête dans tous les sens espérant voir une tête connue. Mais que nenni. « Madame, venez avec moi. ». C’était un médecin qui avait entendu la conversation. Je le suivais alors. Rose toujours dans son Maxi Cosi. Et là, ce fût le choc. Je voyais Aymeric allongé dans un lit, plusieurs câbles le reliant à des machines. Je en voulais pas pleurer. Je devais rester humble.

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 3 Nov 2015 - 12:49



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



J'ouvris les yeux, complètement paniqué. Je ne sentais plus rien du tout, comme si je n'avais plus de corps. Ma tête me faisait souffrir, j'avais l'impression que l'on m'avait assommé avec une masse. Je me plaignais, n'arrivant pas à tourner la tête. Au loin, j'entendais comme une voix.
Monsieur? Tout va bien se passer, ne bougez pas.
J'essayais de lutter pour ne pas retomber dans le néant... Je devais prévenir Louise, et d'une voix que je ne me connaissais pas, je criais le prénom de ma femme. Je devais sortir de là, mon rythme cardiaque augmentait. Mais je n'arrivais plus à bouger... L'instant d'après, j'étais inconscient.
J'ouvris de nouveau les yeux alors que j'étais allongé sur un brancard, voyant une myriade de médecins autour de moi. Je ne me sentais toujours aussi patraque, avec cette même impression de ne plus avoir de corps. Mais je ne ressentais plus aucune douleur. Tout aussi vite, je sombrais à nouveau dans les ténèbres. J'avais l'impression d'être dans un état second, comme ci j'avais un peu trop abusé de l'alcool. Je n'arrivais pas à reprendre le dessus, à ouvrir les yeux, je le voulais vraiment. Je pensais à ma famille, à ma mère, à ma sœur. J'avais peur de partir... J'avais l'impression d'entendre des voix autour de moi, j'étais dans un drôle d'état. Mais le pire, je crois, c'était ma tête. J'avais affreusement mal, j'avais l'impression d'être passé sous un rouleau compresseur. Je ne sais pas combien de temps j'étais resté comme ça. Mais tout doucement, je repris conscience. Quelle heure était-il? Que m'était-il arrivé? Comment était-je arrivé jusqu'ici? Je tournais ma tête, lâchant un grognement de douleur, voyant qu'il faisait jour. J'essayais de regarder autour de moi, reconnaissant petit à petit l'hôpital où je travaille. J'étais dans un sacré état, je sentais un bandage autour de ma tête, j'avais une jambe complètement plâtré, l'autre était entouré de bandages, des fils étaient reliés un peu partout à des machines. Impossible de me souvenir ce qui s'était passé, et ce que je faisais là. J'entendais mon rythme cardiaque s’accélérer un peu sur le coup de la panique. J'appuyais sur le bouton pour faire venir une infirmière, avant de remarquer la présence d'une femme dans la chambre. Elle semblait exténuée, assisse sur une des chaises de la chambre, les yeux fermés. Qui était-ce? J'avais du mal à voir son visage et à remettre un nom. Une infirmière fit son entrée, un grand sourire aux lèvres.
Monsieur Collins, comment vous sentez-vous?
J'ouvris la bouche et eu beaucoup de mal à articuler un "ça pourrait aller mieux", j'avais la bouche pâteuse. Bref, je n'étais pas au mieux de ma forme. Je crus voir que la jeune femme se levait en même temps que l'infirmière s'approchait de moi. Cette dernière semblait regarder mes réactions. Alors que je tournais ma tête, le visage de l'inconnue me rappelait quelqu'un. C'était juste étrange... Je fronçais les sourcils, ça fait des années que je ne l'avais plus revu. Louise. Cette jeune fille que j'avais ramené plusieurs fois chez elle durant des années. Elle avait changé, oui, mais en même temps, son visage était toujours le même. Elle avait toujours ses boucles blondes qui lui retombait sur le visage. Mon visage s'illumina, tandis que j'articulais: Louise...

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 3 Nov 2015 - 14:13

Je m’étais battue mais j’avais obtenu ce que je voulais : le droit de rester dans la chambre auprès d’Aymeric. Ils avaient alors voulu me prendre Rose. Mais j’avais refusé. Ils ne me sépareraient pas de ma fille. Et Aymeric serait tellement heureux de la voir à son réveil. La nuit avait été dure. Aymeric restait là, sans bouger d’un pouce. J’avais veillé tard, devant gérer les pleurs de Rose. Elle devait sentir que quelque chose d’anormal se passait. Je n’avais pas eu le réflexe d’appeler sa mère et sa sœur. Cela sortait complètement de ma tête. Je ne pensais qu’à nous trois, à notre famille. Au petit matin, il devait être 6 heures, je dormais profondément. Si profondément que je n’entendais pas les pleurs intempestifs de Rose. J’étais en manque de sommeil, un vrai zombie. Je me réveillais deux heures plus tard. Il devait être 8 heures. Rose n’était plus dans son Maxi Cosi. Je me levais alors d’un bond. Je croisais assez rapidement une infirmière. « Où est ma fille ? ». Elle me regardait et essayait de me calmer tant bien que mal. C’est que j’avais une réputation déjà toute faite… « Nous l’avons prise et amenée en pédiatrie. Vous dormiez. Elle avait besoin que l’on s’occupe d’elle. ». Je la regardais alors, le regard mauvais. Etait – elle au courant de mon incapacité à m’occuper de ma fille ? Certainement… Louise, calme – toi ! Respire un bon coup, ils ont fait au mieux. « D’accord. ». Je retournais alors dans la chambre où se trouvait mon mari. Je m’endormais à nouveau. Mais du bruit me tira de mon sommeil. Aymeric était réveillé. Oui, il l’était. C’était déjà une si bonne chose. Je souris alors, m’approchant de son lit. Il prononçait mon prénom. Tout allait redevenir comme avant. Je sentais le poids qui s’était mis sur mes épaules partir d’un coup. « Aymeric… ». Je ne m’occupais pas des médecins. J’irai les voir tout à l’heure. La seule chose dont j’avais envie, c’était de lui demander comment il allait, de pouvoir le serrer à nouveau dans mes bras. « Comment te sens – tu mon amour ? Tu as mal quelque part ? ». Je n’étais pas médecin dans cet hôpital pour rien. Je savais qui aller voir pour qu’il puisse avoir les médicaments qui l’aideraient.

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 3 Nov 2015 - 16:40



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



J'étais légèrement perdu à mon réveil. Je n'arrivais plus à me souvenir ce qui m'était arrivé, ni comment j'avais réussi à débarquer ici. J'avais des blancs, comme ci il manquait des bribes de ma vie. C'était une sensation étrange... Rapidement, l'infirmière pénétra dans la chambre, s'assurant que tout allait bien, et ma réactivité avant de s'éclipser, annonçant que le médecin ne tarderait pas à passer. Mais j'étais préoccupé par tout autre chose: Louise. Je me souvenais très bien de Louise, son visage était loin de m'être inconnue, et pourtant ça faisait un sacré moment que je ne l'avais pas revu. Je sortais nettement moins qu'auparavant, j'étais officiellement médecin depuis à peine quelques mois, et j'étais souvent débordé. Et puis il faut dire que ma relation avec Louise était simple: des amis de soirée, qui veillait l'un sur l'autre, enfin surtout moi qui veillait sur elle. Mais ça me convenait parfaitement. Je ne la connaissais pas plus que ça, finalement. C'est pour ça que je trouvais étrange de la voir là, dans la chambre... Comment avait-elle pu être au courant? Et pourquoi était-elle venue? A moins qu'elle soit impliquée? Je cherchais du regard une autre personne, mais nous étions seuls tous les deux. Où était ma famille? N'était-ce pas les premières personnes à contacter? J'observais Louise, intrigué. J'attendais qu'elle m'explique ce qu'elle faisait là, mais ce qu'elle me dit, m'étonnait au plus haut point. Mon amour? Est-ce que j'avais trop bu la veille? Je n'avais jamais vu Louise autrement qu'en une amie proche, excepté notre premier soir de rencontre... Mais elle était beaucoup plus jeune que moi à cette époque là. Je l'observais, bouche bée.
Mon amour? Ne me dis pas que j'ai bu hier soir? Et que toi et moi... Qu'est-ce qu'il s'est passé? Qu'est-ce que je fais là?
Je secouais la tête, complètement déboussolé.
Avoir mal? Non, non, ça va...
A peine, prononçais-je ces quelques mots, qu'une douleur lancinante se propageait dans ma tête. Je pris ma tête entre mes mains, grimaçant de douleur. J'avais l'impression que quand j'essayais de me souvenir de ce qu'il s'était passé, j'avais soudainement des maux de tête. J'essayais de respirer doucement, pour faire passer la douleur.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 7 Déc 2015 - 20:40

Le temps me semblait être une éternité. Je devais attendre qu’il se réveille, je n’avais rien d’autre à faire qu’attendre… C’est bien une chose que je détestais au plus haut point ! J’avais finalement su m’endormir. Entre mon inquiétude pour Aymeric et les pleurs incessants de Rose… Je me retrouvais à devoir m’en occuper comme cela, d’un instant à l’autre alors que je n’étais capable de rien… Je ne l’avais pas prise à bras, je l’avais bercée dans son maxi cosi en le bougeant du pied. Les infirmières m’avaient à l’œil et venaient me voir aussi souvent que possible. D’ailleurs, c’était l’une d’elle qui l’avait nourrie à deux reprises. Je ne me sentais pas prête à effectuer une telle tâche. Le réveil fut difficile : toujours pas de changement dans l’état d’Aymeric et ma fille n’était plus à mes côtés. Je m’étais alors énervée et efforcée de me calmer rapidement. Je ne voulais certainement pas que ma réputation me suive. Aymeric avait fini par ouvrir les yeux. Je m’étais alors approchée de son lit, prenant de ses nouvelles et surtout l’appelant « Mon amour ». Et c’est cela qui semblait l’avoir marqué… Je fus alors surprise. Mais je devais rester correcte. Il avait du recevoir un fameux coup sur la tête. Il avait peut – être une perte de mémoire que pour quelques heures tout au plus quelques jours… J’ai eu des cours de psychologie pendant mon cursus universitaire. Et il me semblait que dans de tels cas, il ne fallait pas mentir au patient. « Non, tu n’as pas trop bu hier soir… Tu es sorti manger un bout avec Samuel. Et tu as eu un accident sur la route du retour pour la maison… Mais tout va bien maintenant. ». Je ne voulais pas lui parler de Rose de peur de le brusquer. Une chose à la fois. Etape après étape. C’est alors qu’il me dit ne pas avoir mal. A peine quelques secondes plus tard, il tenait sa tête entre ses mains et ne semblait vraiment pas aller bien. Je prenais alors les devants et appuyais sur sa sonnette afin qu’un médecin se bouge et vienne le voir. Il ne lui fallut d’ailleurs que quelques secondes pour pointer le bout de son nez. « Il était temps ! ». J’étais un peu agressive, certes…

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 7 Déc 2015 - 23:55



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



J'écoutais ce que me disait Louise, complètement perdu. Un accident de voiture? Je n'en avais aucun souvenir. J'étais incapable de me souvenir d'ailleurs de quoique ce soit. Je me sentais désorienté, et commençais à sentir la panique peu à peu m'envahir. J'essayais de contrôler ma respiration, histoire de ne pas faire accélérer mon rythme cardiaque.
Tout va bien? Rien ne va. Regarde dans quel état je suis! Je dois travailler! Mes patients doivent m'attendre! Et ma mère? Ma sœur? Sont-elles au courant? Non! Ne leur dit rien! Je ne veux pas les inquiéter inutilement! Tout va bien...
Je fermais un instant les yeux, essayant toujours de contrôler ma respiration. Les médecins sont souvent les patients les plus difficiles, et je ne pouvais pas dire le contraire. A cet instant, j'avais envie d'enlever tous ces fils, et de me lever rejoindre mon bureau. Mon antre de paix. Mais comment allais-je faire? J'étais certain de ne pas tenir debout, encore moins avec ce fichu plâtre qui m'enserrait la jambe droite. Je secouais la tête, essayant un peu plus de me souvenir, mais cela ne fit qu'augmenter la douleur lancinante dans ma tête. Je me tordais de douleur, et je sentais Louise, paniquée, qui appelait de l'aide. Un médecin arrivait assez rapidement, étonnamment. J'eus droit à une nouvelle dose de morphine, et une nouvelle auscultation.
Monsieur Collins, vous avez eu beaucoup de chance, j'imagine que votre femme vous a expliqué? Vous ne vous en sortez pas trop mal, quelques côtes cassés, un trauma crânien que nous surveillons, des contusions sur le corps, une jambe cassée. Il vous faudra du repos, beaucoup de repos, et de temps pour vous remettre. Mais tout ira bien, j'en suis sûr. Je suis...
-Attendez une seconde... Ma femme?

Je tournais ma tête vers Louise, me sentant défaillir. Louise? Ma femme? Comment étais-ce possible? Je ne l'avais pas revu depuis... Un bail. J'avais fais une fixette sur le mot "ma femme", n'écoutant même pas le reste. Je fixais Louise, attendant qu'elle dise quelque chose, n'importe quoi avant de tourner ma tête vers le médecin.
Désolé mais je ne me souviens de rien du tout. Louise n'est pas ma femme... Je ne comprend rien. Je ne peux pas être marié...
- Calmez-vous, docteur Collins. Vous savez aussi bien que nous tous, ici, qu'il est fréquent d'avoir quelques pertes de mémoire surtout dans ce genre d'accident. Et vous savez aussi que la panique n'arrangera pas les choses. Tout va s'arranger. Votre femme et tout le personnel feront en sorte que tout se passe en douceur, n'est-ce pas?

Pourquoi tout le monde me disait ça? Comment pouvaient-ils tous en être aussi certain? Je comprenais mieux le "mon amour" de Louise. Mais que s'était-il passé? Moi, Aymeric Collins être marié, c'est une pure plaisanterie. Oui, il y a très longtemps, j'avais envisagé une relation avec Louise, mais nous étions si jeune. Jamais plus, je n'y avais pensé. Plus j'essayais de démêler le vrai du faux, plus je sentais la douleur dans ma tête revenir.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mer 23 Déc 2015 - 15:34

Aymeric s’énervait. Je ne savais plus où donner de la tête ni même comment réagir. La situation avait bien souvent été dans l’autre sens. Mon mari avait toujours bien réagit. Mais c’était mon tour maintenant… Je m’approchais alors de lui et pris sa main dans la mienne, de l’autre, je tournais son visage le forçant à me regarder. « Tout va bien se passer, d’accord ? ». Je lui souris doucement. Je n’étais vraiment pas douée pour rassurer des adultes. Mon truc à moi, c’était les enfants. Mais je devais faire des efforts, essayer de trouver des solutions. Nous nous étions mariés pour le meilleur et pour le pire… « Veux-tu que je me rende dans ton service pour voir ce qu’il est possible de faire avec tes patients ? ». Je voulais être la plus utile possible. Je voulais le rassurer sur des points qui l’inquiétaient au plus haut point. « Je ne les ai pas encore prévenues. J’aurai dû. Désolée. ». Je sentais les larmes monter aux yeux. Je ravailais alors ma salive comme pour me donner une contenance et tournait rapidement ma tête. Je frottais, à l’aide de ma manche, mes yeux et mes joues. « Je le fais dès que le médecin est passé ! ».
En voyant les douleurs d’Aymeric, j’avais appelé très rapidement le médecin. Il l’ausculta à nouveau et lui donna, à nouveau, de la morphine. Je me tapais sur les doigts pour lui faire part d’un commentaire. Je ne voulais pas qu’il devienne accro à cela. Mais il est vrai qu’il semblait avoir vraiment mal… Et puis, nous n’étions pas pareils, bien différents d’ailleurs. Le médecin parlait alors. Je voyais le visage d’Aymeric se décomposer au fur et à mesure. Mais ne lui avait – on pas appris le tact ? Malheureusement, il était le meilleur dans ce domaine de cet hôpital. Je ne pouvais pas lui retirer le cas. J’attendais que je docteur sorte de la pièce pour prendre la parole. « Si, je suis ta femme. Nous nous sommes mariés il y a quelques mois dans le parc des papillons. C’était magnifique. ». Je lui souris alors avant de déposer une douce caresse sur son visage. « Je vais aller voir pour tes patients et appeler ta maman ainsi que ta soeur. ». Je m’apprêtais alors à quitter la pièce. J’allais surtout passer par la pédiatrie afin de m’assurer que Rose se portait bien. Je ne pouvais pas encore la ramener près de mon mari, de son papa. Il était trop tôt.

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Jeu 24 Déc 2015 - 0:58



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



Louise me prenait la main, comme ci c'était une évidence pour elle, et essayait de me rassurer. C'était étrange... Mais je ne pouvais pas nier que je ressentais des petits picotements à son contact. Je me contentais d'hocher la tête, essayant de me convaincre qu'elle avait raison. Tout allait bien... J'étais encore là, c'était le principal, non? Louise me proposait aussitôt de se rendre à mon service... J'étais déchirée entre mon devoir et mon envie de la voir rester auprès de moi, à cet instant, j'avais peur plus qu'autre chose. J'exerçais une légère pression sur sa main, histoire de la retenir.
Reste avec moi...
Je ne voulais pas rester seul... Louise se retournait et je crus pendant un instant voir une larme perler au coin de son œil. Je ne voulais pas être la cause de son chagrin. Je resserrais ma prise sur sa main, me sentant coupable.
Excuse-moi... Je ne voulais pas te faire du mal. Tu ne les connais pas, alors comment voulais-tu les contacter? C'était impossible. Ne pleure pas par ma faute, d'accord?
Le médecin franchit à toute vitesse la pièce pour venir à ma rencontre. Je me tenais la tête, grimaçant certainement, souffrant à la tête, et aux côtes en voulant me tenir la tête. Je ne prenais pas trop conscience de ce qu'il se passait autour de moi jusqu'à ce que la douleur finisse par s'apaiser. Plus j'essayais de me souvenir de ma vie, plus je souffrais. C'était impensable... Le médecin continuait dans sa lancée, et jetait une petite bombe au passage, m'annonçant que Louise était ma femme. J'étais marié? Le médecin s'en allait, vérifiant une dernière fois mes constantes. Louise prit aussitôt la parole pour m'expliquer la situation. Je l'observais, elle avait tant changé... Beaucoup d'années avaient passé depuis ce jour où j'étais entré dans ce bar, où j'avais croisé son regard, et lorsque j'avais eu l'occasion de lui offrir un verre, même de danser avec elle. Louise avait toujours ce même regard chaleureux, et rassurant. Ce n'était pas inconcevable de me dire que nous avions une relation, je l'avais déjà envisagé... Mais être marié? J'avais du mal à l'imaginer. J'étais à la fois mal à l'aise de l'attitude de Louise envers moi, mais cela me paraissait aussi si naturel. Elle me caressait le visage, c'était comme ci, mon corps n'avait pas oublié la présence de Louise contrairement à ma mémoire, au point que je n'avais pas envie de la voir quitter cette chambre, comme ci elle était devenue un vrai repère pour moi. Elle allait partir... Et sans réfléchir, je la retenais par le bras. J'avais besoin de me souvenir.
Attend... Tu veux bien me parler de... Me parler de notre couple? J'ai besoin de comprendre, de savoir. Le reste peut attendre...

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Jeu 24 Déc 2015 - 10:38

Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’Aymeric me demandait de rester avec lui. Tout à coup, j’étais la femme la plus heureuse de la planète. Certes, il ne se souvenait pas de moi. En tout cas, pas en tant que femme… Mais il voulait que je reste à ses côtés. Sentait – il une confiance en moi ? Quelque chose qui lui disait que nous nous connaissions ? Je ne le sais pas. « Autant de temps que tu le veux… ». Mais je me refusais d’ajouter les « mon amour », « mon cœur » et tout le tra la la. Je n’avais pas envie de le brusquer. J’allais prendre le temps qu’il fallait.
Je ne les connais pas. C’est un grand mot. Nous étions mariés, je connaissais donc plutôt bien ma belle famille. Et d’autant plus sa sœur… Les larmes étaient de ça, des gaffes que je faisais et que j’allais encore sûrement faire. Puis, je me rendais compte que j’allais devoir tout porter sur mes épaules. Chose que je n’avais jamais réellement faite à ses côtés. « Si je les connais… J’aurai du. Je n’y ai pas pensé. Je le fais tout à l’heure, je te le promets. ». Là, il voulait que je reste à ses côtés. Il était donc hors de question que je passe un coup de fil à sa famille.
Le médecin était passé. Je m’apprêtais à franchir la porte pour régler ses patients mais aussi aller voir comment se portait Rose. Aymeric m’attrapait par le bras. Il semblait vraiment vouloir que je reste là. Il voulait que je lui parle de nous ? « Tu me laisses juste faire une toute petite chose ? Je reviens dans 5 minutes, je te le promets ! ». Je me résignais à lui déposer un bisou, ne voulant toujours pas le brusquer. Je pris alors sa main afin de la serrer un peu. Je quittais la pièce très rapidement et courrais dans les escaliers pour me rendre en pédiatrie. Je prenais des nouvelles de Rose. Elle était dans les bras de la chef des infirmières. Elle voulait me la passer mais je refusais prétextant le cas d’Aymeric. Rose buvait son biberon. Elles lui avaient fait un coin par terre avec quelques jouets et son doudou. Elle semblait être bien là. Et puis, mes collègues s’occupaient bien d’elle. Bien que je ne pouvais en douter. Je me surpris à déposer un bisou sur le front de ma fille avant de partir du service. Je passais alors par l’accueil du service de traumatologie afin d’y prendre les effets personnels d’Aymeric dont notre alliance. Je voulais la lui repasser au doigt. Dix minutes après m’être enfuie, j’étais de retour. Aymeric m’attendait, là. Je pris alors sa main et lui passais cette bague. « C’est ton alliance, celle qui symbolise notre union… ». Il m’avait alors demandé de lui parler de nous, de notre relation. Que dire ? « Et bien, tu es un mari merveilleux. Tu es toujours présent pour moi et veille à ce que je sois constamment bien. ». Je souris alors. Je me refusais de lui parler de mes problèmes d’addiction. « Il nous arrive souvent de nous disputer pour des broutilles. Mais nous nous aimons plus fort que tout… ». Cela résumait bien la situation, non ?

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Jeu 24 Déc 2015 - 17:52



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



Le médecin était parti et Louise s'éclipsa elle aussi, me promettant de revenir au plus vite. Apparemment, elle avait des choses à faire... Elle exerçais une légère pression sur ma main avant de s'en aller. J'avais donc désormais tout le loisir de ruminer. Je détestais plus que tout être infirme, lorsque j'étais malade quand j'étais enfant, j'étais insupportable dans le sens où je ne voulais pas me faire soigner, et le fait de rester sagement chez moi alors que je n'en avais aucune envie. Je ne savais pas rester cloué à un lit, et encore moins être aux crochets de mes proches. Mais pour le coup, je ne pouvais même pas sortir du lit, j'avais une jambe dans un plâtre, j'avais affreusement mal dans tout le corps... Je soupirais, me résignant à rester dans le fond du lit sans bouger. De toute façon, me mettre en rogne n'arrangera rien du tout. Je trouvais le temps extrêmement long avant le retour de Louise... Je n'arrivais tout simplement pas à fermer les yeux, mes pensées étaient ailleurs.
A peine Louise avait ouvert la porte, qu'elle se dirigea vers moi se saisissant de ma main et me passant une alliance le long de mon annulaire gauche. J'observais ma main, avec un peu trop d'insistance pendant qu'elle se sentait obligée de me préciser que c'était cette bague qui symbolisait notre union. Ça semblait tellement plus... concret avec cette alliance à mon doigt. Alors, j'avais vraiment franchi le cap. Je lui avais alors demandé qu'elle me parle de notre relation, espérant refaire revenir à la surface des souvenirs. Être dans le noir comme ça, c'était difficile à accepter, comme ci je vivais dans une réalité parallèle... J'espérais que mon amnésie ne soit que temporaire. Je l'écoutais attentivement, j'étais un mari merveilleux? J'avais vraiment une relation particulière avec Louise...
Comment s'est-on retrouvé? On ne se croisait qu'occasionnellement auparavant... Je n'arrive pas à croire qu'on en soit là... Je regardais Louise, un petit sourire en coin. Je veux dire par là, que oui, il y a longtemps j'avais imaginé avoir une relation avec toi, mais disons que ça ne me semblait pas réalisable. Je dois l'avouer, je suis un homme volage... Enfin je l'étais, apparemment. Si je me suis marié, c'est que ce n'est plus le cas. Tu m'as changé... Depuis combien de temps sommes-nous ensemble?
Je prenais peu à peu conscience que oui, apparemment je n'étais plus l'homme que je pensais être. J'avais pris des engagements envers une jeune femme que je devais aimer énormément.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Ven 25 Déc 2015 - 18:53

Aymeric était de plus en plus curieux de la relation que nous avions. Il semblait vraiment s’intéresser à moi, à nous. Il avait oublié certes. Mais était toujours le même : une personne bienveillante et attentionné. Ce pourquoi je l’aimais au plus haut point ! Je l’écoutais alors jusqu’au bout. J’étais attentive au moindre de ses mots. Tous avaient son importance et sa signification. « Je pense qu’en fait, nous ne nous sommes jamais quittés. ». Il semblait quand même se souvenir de moi. Jusqu’où sa mémoire remontait – elle ? Bonne question. Des examens complémentaires me fourniraient cette information. « Tu veilles sur moi depuis tellement longtemps. Au début, nous ne formions pas un couple. Cela a duré des années. Et puis, le temps a fait que… ». Depuis combien de temps nous étions ensemble ? Je savais le dire exactement, au jour près. Mais je ne voulais pas lui faire peur. « Plus ou moins deux ans. ». Je le regardais alors amoureusement. C’était maintenant mon tour d’être présente pour lui. Je comptais bien lui rendre la pareille d’ailleurs…
J’étais là, je discutais calmement avec mon mari. Une infirmière entra alors très vite dans la chambre. « Madame Everdeen, je dois vous parler. ». Je me demandais ce qu’il se passait. Je regardais alors Aymeric essayant de le rassurer du regard. Je serrais sa main avant de franchir la porte. « Oui, je vous écoute. Qu’est-ce qui est donc si important ? ». Je souris doucement. « Votre fille… ». Comment ça ma fille ? Qu’a – t – elle ? « Elle est malade. Une bonne bronchite. Vous devriez aller la voir afin de lui donner le traitement adéquat. ». Quoi ? Moi ? Sérieusement ? Je devais m’occuper de ma fille en tant que médecin ? Ils ne savaient pas appeler le pédiatre de garde ? Je ne dis rien et rejoignais rapidement le service. Je pris le temps de l’ausculter de façon très professionnelle. Hors de question pout moi de la prendre dans mes bras. Je prescris rapidement la marche à suivre pour la soigner. Mes collègues prirent des nouvelles d’Aymeric, se demandaient aussi quand j’allais récupérer Rose. Il est vrai que cette situation ne pouvait pas durer… Je leur avais donc répondu que je viendrai la chercher d’ici peu de temps. Tout dépendait de l’état d’Aymeric et de sa capacité à se rendre compte de tout ce qu’il avait fondé.

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Sam 26 Déc 2015 - 13:10



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



J'écoutais Louise, espérant débloquer un souvenir n'importe quoi... Sans succès. Je ne saurais dire combien "d'années j'avais loupé", pour moi j'étais bel et bien médecin, enfin presque. Peut être trois-quatre années s'étaient totalement évaporées. Dont les deux dernières années que j'avais passé avec Louise. C'était frustrant... Je fermais un instant les yeux, essayant de contrôler ma respiration au risque de faire une nouvelle crise de panique.
Je suis désolé... Je n'arrive pas à me souvenir. Rien, absolument rien de notre couple ne me revient en tête. Les souvenirs de ces dernières années ont complètement disparu de ma tête. Et plus je veux me souvenir, plus la douleur à l'arrière de ma tête se faire sentir... Et pourtant...
J'attrapais la main de Louise, caressant du pouce le creux de sa main.
... Je ne peux nier que je ressens quelque chose en te touchant rien que la main. Mon esprit a peut être oublié, mais pas mes sens.
Je regardais Louise, touchant avec légèreté sa main. Assez vite, coupant court à notre discussion, une infirmière entrait dans la chambre, voulant dire un mot à Louise. Ne pouvait-elle pas le dire devant moi? Y avait-il encore quelque chose que l'on devait m'apprendre? Je ne pouvais pas être plus surpris désormais... Louise s'éclipsa de nouveau, je laissais échapper un petit soupir. Le temps qui s'écoulait me parut plus long... Au point que je finis par fermer les yeux et à somnoler, la faute très certainement aux traitements. Je sentais d'un seul coup que l'on m'enserrait tout le haut du corps, es-ce un rêve? Ou pas du tout? La douleur me ramenait rapidement à la réalité. Je m'attendais à voir une petite tête blonde mais ce ne fut pas le cas. C'était une petite tête brune, que je n'eus pas trop de mal à remettre. Aileen! Je lâchais un petit grognement de douleur, et elle me lâcha aussitôt.
Mon dieu! Aymeric! Tu nous as fais une peur bleue! L'hôpital a appelé mon université, et m'a prévenu que... Que tu te trouvais là. Je suis venue dès que j'ai su! Tu te sens comment? Tu n'as rien? Maman ne devrait plus tarder...
Elle avait tant changé, je l'observais sans réussir à articuler un mot. C'était une véritable femme désormais. Je me contentais d'attraper sa main, la serrant.
Tout va bien...
Elle s'effondra sur une des chaises à côté du lit, et se mit à pleurer. Je ne pouvais pas trop bouger, et espérer que Louise reviendrait rapidement. Je tirais sur sa main comme je le pouvais, histoire de l'approcher de moi. Ses nerfs relâchaient... De nouveau, elle s'agrippait à moi. Je me mordis la lèvre, je pouvais supporter un peu la douleur pour ma sœur.  

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 28 Déc 2015 - 13:16

Après m’être occupée de Rose, je revenais vers la chambre où se trouvait Aymeric. Prête à continuer de répondre à ses questions. Par la fenêtre, j’apercevais sa sœur. Et, franchement, je n’étais pas prête à la voir. Alors, égoïstement, j’avais fui. Je m’étais isolée sur le toit de l’hôpital. J’avais besoin de respirer quelques minutes. C’était mon endroit quand je ne me sentais pas bien au boulot. J’y croisais un homme en blouse blanche. Il ne semblait pas aller bien non plus. Et, sans réfléchir, j’allais dans sa direction. Je le pris dans mes bras. J’en avais besoin et lui certainement aussi. « Désolée. ». Je baissais la tête et couru vers les escaliers comme une enfant. Le jeune homme n’eut pas le temps de me dire quelque chose. D’ailleurs, il ne m’avait pas repoussée non plus. Là, je me sentais un peu mieux même si un verre d’alcool me ferait le plus grand bien. Je me rendais, à nouveau, vers la chambre d’Aymeric. Aileen était là, en pleurs. Elle arrivait à exprimer ses émotions, c’était déjà ça. « Bonjour Aileen ! ». Je ne parlais pas trop fort. Je n’avais pas envie que le mal de tête d’Aymeric devienne plus conséquent. Il avait attrapé sa main. J’arrivais alors à sa hauteur afin de lui faire la bise. « Comment te sens – tu, Aym’ ? Mieux ? ». J’espérais qu’il ne me demande pas ce qu’il s’était passé, qu’il avait oublié même s’il y avait peu de chance… Je me refusais de rester là, debout, ne faisant rien. Je regardais alors son dossier qui se trouvait au bout de son lit. Il ne semblait pas être dans un bel état. Il devrait d’ailleurs rester ici un petit temps. Un infirmier passait alors sa tête. « Vous êtes en soins intensifs ici. Pas plus d’une personne à la fois. ». Je les regardais alors tous les deux. « Je vais aller faire un tour. Reste un peu avec ta sœur. Ca te va ? ».

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 28 Déc 2015 - 13:52



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



Aileen ne cessait pas de s'excuser, mais il n'y avait aucune raison. Elle n'était pas coupable... D'après Louise, j'avais eu un accident de voiture. Mais peut être qu'Aileen s'en voulait de ne pas être venue plus tôt? Mais ce n'était pas une raison de lui en vouloir non plus. Je caressais sa tête, serrant les dents. Elle se redressa, s'essuyant les yeux.
Qu'est-il arrivé? Elle tournait la tête et fronça les sourcils. Elle reporta son attention sur moi, on voyait encore les traces des larmes le long de ses joues. Elle parlait aussi d'une voix encore faiblarde. Où est Louise? Je suis étonnée de ne pas la voir à ton chevet...
- Une infirmière l'a appelé, mais elle n'est pas revenue... Pas encore. En faites, pour tout te dire... J'ai... Hum... J'ai perdu la mémoire. Je n'ai aucun souvenir de ma vie et de l'accident qui m'a mené ici. Louise saura mieux t'expliquer que moi.
- Tu as... Quoi? Perdu la mémoire? Oh... Aymeric.

Je voyais de nouveau ses yeux briller et se remplir de larmes. Je me souvenais pas d'avoir vu Aileen aussi sensible. Je serrais sa main, lui souriant, et essayant de la rassurer. C'est ce moment qu'avait choisi Louise pour de nouveau entrer dans ma chambre. D'un seul coup, toute la chambre était plus lumineuse. Ma sœur reniflait, et saluait rapidement Louise, reportant son attention sur moi. Je voulus hocher la tête, pour rassurer Louise sur mon état, mais j'abandonnais vite cette idée.
Sincèrement... Je ne sens plus les douleurs mais uniquement grâce aux doses de morphine. Et ça ne dura pas... Qu'est ce que l'infirmière te voulait? Rien de grave?
Elle déambulait dans la chambre, prenant au passage mon dossier. Je lui aurais bien demandé qu'elle me le donne... Bon, j'étais en psychiatrie mais j'avais des bases solides en médecine malgré tout. Et je voulais m'assurer qu'il n'y avait rien de grave. Les médecins étaient doués pour dissimuler les choses graves. J'ouvris la bouche pour demander à Louise ce qu'elle avait vu, mais un infirmier m'arrêta net. Comment? Je devais réellement faire un choix entre ma sœur et Louise? C'était compliqué... Louise proposait de nous laisser tous les deux, mais Aileen se relevait en même temps. Elle essuya ses yeux du revers de la main, son regard allant de Louise à moi.
Non... Louise reste auprès de mon frère, je... Elle semblait hésiter à dire quelque chose. Elle échangea un regard avec Louise. Je vais vous attendre dans les couloirs, et aller voir les nouveaux-nés, ils sont si mignons. Je repasserais tout à l'heure...
Elle m'embrassa sur la joue avant de s'éclipser. J'étais à la fois soulagée et anxieux de me retrouver à nouveau seul avec Louise. Je la regardais, d'abord sans rien dire avant d'articuler ces quelques mots.
Parle-moi de toi...

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 28 Déc 2015 - 14:06

Aileen préférait que je reste auprès d’Aymeric plutôt qu’elle. Je lui souris, c’était vraiment gentil de sa part ! Je ne savais pas ce que préférait Aymeric. Mais il ne semblait pas faire de choix. En même temps, choisir entre sa femme et sa sœur. Dans l’autre sens, j’aurai certainement choisi Aymeric. Mon frère n’aurait pas fait la route jusqu’ici. Oups… Mauvaise langue ! Aileen quittait alors la pièce. Je la suivais afin de lui transmettre une information. « Si tu veux, Rose est dans le service de pédiatrie. Elle n’a rien. Mais ce sont mes collègues qui s’en occupent. Il est trop tôt pour en parler à ton frère. Si tu veux bien t’en occuper un peu, la reprendre chez toi ou quoi, ça m’aiderait grandement ! ». J’entrais alors à nouveau dans la chambre. Je niais sa question sur le pourquoi j’avais du partir. C’était préférable. Je n’avais pas envie de lui mentir. Nous étions mariés, non ? Si je ne pouvais pas lui faire confiance à lui, à qui je le pourrai ? Il me demandait alors de parler de moi… Que lui dire ? J’allais m’aventurer vers ma carrière. « Et bien, je suis pédiatre. En passe de l’être en tout cas. Les enfants, j’adore. Je me sens tellement bien en leur compagnie. Mon rêve est de devenir chirurgienne pédiatrique. Mais les études sont plutôt compliquées. Et il faut avoir le temps de le faire, d’étudier, … Pas certaine donc que je vais pouvoir le devenir… ». Et encore moins maintenant. J’avais Rose à gérer. Et Aymeric à aider. Ce serait pour plus tard certainement ! Je lui souris doucement. « Sinon, je déteste cuisiner. Mais toi, tu es un vrai cordon bleu ! D’ailleurs, il me tarde de goûter à nouveau à l’un de tes petits plats ! ». Je souris à nouveau. Nous parlions de choses et d’autres comme si de rien n’était. Et cela faisait tellement de bien ! Je n’avais pas attrapé sa main ni même posé de baiser sur sa joue toujours dans l’optique de ne pas le brusquer. Mais j’avais tellement envie d’être à ses côtés, de pouvoir poser ma main sur son torse. Cela n’allait être qu’un rêve. Comment une personne ayant perdu la mémoire pourrait laisser une inconnue faire tout cela ? Je ris intérieurement à cette pensée. Tout cela n’était pas prêt de se passer à nouveau. J’allais devoir être patiente, très patiente même. Mais j’en étais capable, je le savais. J’allais prendre sur moi.

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 28 Déc 2015 - 14:51



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



Louise s'éclipsa un court instant pour discuter avec Aileen à l'extérieur. J'essayais de tendre l'oreille pour écouter ce qu'elles se disaient... En vain. Ce n'était pas non plus mon genre d'écouter aux portes, elles avaient sûrement leurs raisons. Louise revint rapidement dans la chambre, esquivant ma question. Volontairement? Oui, à mon avis. Elle me cachait quelque chose, j'en étais certain. Mais pour quelle raison? Je lui demandais alors de me parler d'elle, j'avais besoin de ré-apprendre à la connaître désormais...
Pédiatre? Tu as travaillé dans l'hôpital pendant tout ce temps! C'est complètement fou! Fou que l'on ne se soit pas croisé dans les couloirs! Tu as donc réussi à lire mes résultats? C'est positif ou...
Je continuais de l'écouter, tandis qu'elle me parlait de ces études de médecine qu'elle pensait ne pas avoir. Peut être qu'elle parlait de moi? Qu'elle pensait devoir jouer les nounous ou les infirmières?
Ne met pas tes études de côté à cause de moi, d'accord? Tu sais, je me suis toujours débrouillé seul, et même si je reste alité pendant un moment, je n'aurais pas besoin que tu restes avec moi H24. Pense à toi, à tes études, et réalise les rêves qui te tiennent à cœur.
Elle m'offrait un beau sourire. Un sourire qui me faisait comprendre pourquoi je m'étais marié avec Louise. Impossible de lui résister. Je me demandais comment j'étais avant avec elle... Elle m'avouait alors que j'avais l'habitude de faire la cuisine. Cette remarque me fit sourire.
Pour ça, tu peux remercier ma mère. Dès que possible, je m'y remettrais, c'est promis.
J'observais Louise, répondant à son sourire. Pas que je cherchais la confrontation, mais j'étais curieux, et je n'aimais pas trop que l'on me prenne pour une personne faible. Je n'avais pas besoin que l'on me ménage, je voulais croire que je n'en avais pas besoin. Je voulais qu'elle me dise clairement ce qu'il se passait...
Louise... Si il y a un truc que je devais savoir, tu me le dirais, n'est-ce pas? Parce qu'il me semble que tu ne m'as toujours pas dis ce que te voulais cette infirmière...

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Lun 28 Déc 2015 - 15:09

En effet, nous ne nous étions jamais croisés dans les couloirs. Tellement étonnant. Mais ce n’était pas le plus petit hôpital du pays, l’un des plus grands même… Il y avait plusieurs ailes et assez bien d’étages et de services différents. Donc bon… « Oui, complètement. Nous nous croisions en soirée plutôt. ». Je lui souris doucement. J’avais rapidement regardé son dossier sans m’y attarder. Mais il semblait vouloir savoir ce que j’y avais lu. « Je travaille en pédiatrie, les dossiers d’adultes, je n’ai pas l’habitude. Mais apparemment, tu en auras pour un petit temps à l’hôpital. Une histoire d’un mois… ». Je devais rester humble et zen. Un mois à me débrouiller seule à la maison avec Rose. Je ne pourrais pas me passer de la porter tout ce temps… J’allais devoir m’en occuper à plein temps. « Mais je vais aller voir les médecins et négocier tout cela. Quitte à prendre une infirmière à domicile où je ne sais quoi. Tu serais l’homme le plus malheureux au monde si tu es enfermé ici… ». Je me rendais bien compte qu’il ne pourrait certainement pas rentrer demain. Bien dommage d’ailleurs.
Aymeric semblait vouloir que je réalise mon rêve. Mais il était impossible à faire pour le moment. J’avais des rendez – vous médicaux assez strictes suite à ma greffe. Je devais m’occuper de Rose. Recommencer le boulot et les gardes. M’occuper d’Aymeric… Ce n’était pas pour tout de suite et je le savais. « Ne t’en fais pas. J’ai assez bien d’autres choses à faire. Ce n’est pas à cause de toi. ». Je lui souris pour le rassurer. « Un jour, je le ferai. Je te le promets. ». Je voulais m’occuper de lui. Être présente à mon tour. « Tu vas bien ? Tu n’as besoin de rien ? Pas trop chaud ? ».
On parlait alors cuisine. Oui, sa mère était une reine de la cuisine. J’avais déjà pu goûter à quelques uns de ses plats. « Ne t’en fais pas, je vais survivre aux repas congelés et aux pâtes trop cuites d’ici là. ». Il était bien possible pour moi de me débrouiller, non ? Bien que je n’avais jamais du le faire. Mes parents avaient été présents. Et suite à leur décès, Aymeric avait pris le relais. Mais j’en étais capable, je le savais.
Il me reparlait alors de l’infirmière. La mémoire à court terme semblait fonctionner ! « C’est un de mes petits patients en pédiatrie : Gabriel. Il a fait une rechute. Ils ont eu besoin que je l’ausculte et le rassure. ». Mensonge ! Mais c’était trop tôt pour qu’il connaisse l’existence de sa fille… Gabriel, c’était le petit dont il s’était occupé il y a de ça quelques temps lorsqu’il était venu me voir dans mon service… Il ne devait très certainement pas s’en souvenir.

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 29 Déc 2015 - 1:06



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



J'écoutais Louise, qui avait jeté auparavant un œil sur mon dossier. Je lui demandé son verdict... Un mois? Je suppose que pour un accident de la route ce n'était rien de grave. Je ne travaillais pas aux urgences mais c'était souvent bien plus grave. Les conséquences pour moi seraient minimes. Alité, ça c'est sur. De la rééducation sans aucun doute, quelques cicatrices, mais dans quelques mois, je serais de nouveau sur pied. Louise m'annonçait presque aussitôt qu'elle allait négocier mon retour chez nous. Chez nous? Je n'en revenais pas d'avoir eu cette pensée. Oui, nous avions notre chez-nous.
Tu es certain? Je serais peut être plus un boulet qu'autre chose, même avec une infirmière à la maison.
Mais elle me connaissait bien... J'allais vite tourner chèvre à rester ici. Pour le moment, j'allais passer beaucoup de temps à dormir, mais ça finira par s'arrêter, et je vais me tourner les pouces c'est certain.
J'incitais Louise à réaliser ses rêves, ne lui avais-je pas déjà dis par le passé? Très certainement... Elle le mérite, vraiment. Je ne voulais pas qu'elle soit bloquée par ma faute, je me refusais d'être un obstacle. Elle me rassura, m'assurant qu'elle avait d'autres choses à faire. Je me mordis la lèvre, me retenant de lui poser plus de questions. L'ancien Aymeric devait s'en souvenir... Je ne voulais pas jouer les flics et les curieux, il fallait prendre le temps. Même si pour moi ça n'allait pas assez vite.
J'espère bien... Mais oui, tout va bien. Ta présence me fait du bien...
Louise en était même venue à parler de cuisine, oui, de cuisine. Cela me faisait sourire, je n'imaginais pas que j'étais un aussi bon cuisinier. Peut être avais-je eu l'occasion de m’entraîner?
Tu as raison. Comme ça, quand je cuisinerais de nouveau, mes plats te paraîtront encore meilleurs.
Je n'ajoutais rien... Je croyais Louise, mais oui, pourquoi me mentirait-elle? Je n'insistais pas. Je n'avais pas de raison de le faire. C'était un patient, et je ne voulais pas m'en mêler. Je tournais ma tête tant bien que mal vers Louise, ayant une soudaine idée.
Tu vas peut être me croire naïf mais... Peut être qu'un baiser pourrait m'aider à me remémorer les dernières années? Comme dans les contes, tu sais?
Ou comment demander un baiser en mode "innocence incarnée". C'était peu probable que cela arrive... Mais il n'empêche que j'avais envie de l'embrasser. C'était ma femme, j'en avais le droit non?

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Louise J. Everdeen

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 637
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Pédiatre

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 29 Déc 2015 - 13:45

Aymeric un boulet ? Non, certainement pas. Et puis, je n’étais que très rarement à notre domicile. Enfin, sauf ces derniers mois. Mais là, j’avais décidé de reprendre le travail. A mi-temps d’abord certes mais j’en avais besoin. Sortir un peu de cette vie, pouvoir me donner à fond dans ma passion. Oui, j’allais aller rencontrer mon chef de service pour lui faire part de mon intention de revenir bosser. « Non, je ne pense pas que tu en seras un. Et puis, on se verra le soir. Peut – être même que nous arriverons à dormir ensemble ! ». Oups, je n’aurai peut – être pas du le dire… « Enfin, si tu te sens prêt ! ».
La demande que me fit Aymeric fut tellement surprenante. Je ne pensais pas pouvoir l’embrasser à nouveau de si tôt. C’est donc les larmes aux yeux que j’acceptais sa demande. Je me penchais légèrement vers lui et déposais un doux baiser sur ses lèvres. Le paradis ! « Alors ? Mémoire retrouvée ? ». Je souris doucement. C’était complètement impossible mais bon… « Ne te mets pas la pression, Aymeric. Tout cela reviendra bien un jour. Et si tel n’est pas le cas, nous allons nous fabriquer de nouveaux souvenirs. Le plus important est que tu sois là, en vie. Et que je puisse profiter de toi encore pendant de belles et longues années. ». Et qu’il serait présent pour Rose aussi, qu’il l’accompagnerait jusque l’autel le jour de son mariage. Je pensais beaucoup à elle. Je ne voulais pas qu’elle ait à grandir sans son père. Finalement, je comprenais Aymeric et ses peurs lors de mon accouchement…
Un infirmier entra dans la pièce. « Bonjour ! Je vais vous emmener réaliser un scanner cérébral. ». Il sourit. Je le regardais alors. « Vous pensez en avoir pour longtemps ? ». Je connaissais la durée approximative, la fourchette. Mais cela dépendait d’un patient à l’autre. « Nous allons dire une trentaine de minutes ? ». Je regardais alors Aymeric. « Ne t’inquiète pas. Tout va bien se passer ! Je vais faire un tour dans mon service en t’attendant ! ».

_________________

For Better and For Worse, I Promise to Love You
You're Everything To Me, my Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aymeric R. Collins

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 646
∞ Points : 0
∞ Emploi/Etudes : Médecin en psychologie/psychiatrie

MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   Mar 29 Déc 2015 - 14:30



C'est si vite arrivé...
Aymeric & Louise



La réponse de Louise me fit sourire, dormir avec elle? C'était assez amusant à imaginer. J'évitais de rire, au risque de me faire mal aux côtes. J'imaginais aisément que ça devait être étrange pour elle de se comporter comme ça avec son mari. Elle n'avait pas besoin de réfléchir à ce qu'elle avait à dire, contrairement à maintenant.
N'ai pas peur de dire ce genre de choses, il faut que je m'y fasse moi aussi. Et puis, je pense que reprendre les mêmes habitudes qu'auparavant, ne pourra pas me faire de mal, et peut être me faire revenir plus vite la mémoire.
Une idée un peu bête me vint en tête, celle d'embrasser Louise. J'avais un tout petit espoir que ma mémoire revienne, mais c'était aussi un bon prétexte. Louise voulait me ménager, mais je ne pense pas que ce soit la meilleure idée qui soit. Elle m'embrassait, et je fermais les yeux, croyant aussi fort que possible que ma mémoire revienne. Mais comme je m'y attendais, rien ne se produit... J'étais un peu déçu, c'est vrai.
Malheureusement non... J'aurais préféré. C'est difficile à supporter, se retrouver dans le noir complet. Je laissais échapper un petit soupir. Mais elle avait raison... Oui, tu as raison. Je suis encore là, avec toi. Si on s'est marié, c'est que je t'aimais. Je t'aimerais à nouveau. Peut être même plus?!
J'étais très certainement heureux, plus heureux que je ne l'étais. Les souvenirs que j'avais ne montrait pas un Aymeric heureux, mais quelqu'un d'assez solitaire. Les dires de Louise m'ont donné envie de voir comment était ce nouveau Aymeric. De retrouver ma vie avec cette belle jeune femme, qui était mon épouse. C'était beaucoup à encaisser, c'est vrai...
Nous furent coupés par un infirmier qui voulait m'emmener faire un scanner cérébral... Est-ce vraiment utile? Tout allait bien, non? Je me contentais de l'observer sans rien dire. Je n'avais pas le choix de toute façon... Louise essayait de me rassurer.
Je ne m'inquiète pas... Un contrôle de routine. Rassure Aileen pour moi...
On m'emmenait alors, m'éloignant de Louise. Je me laissais faire sans rien dire. J'allais devoir m'y faire... Surtout si je reste encore ici pendant un bon bout de temps. Je savais qu'en tant que patient, je n'étais pas des plus agréables, même si j'essayais de sourire tant bien que mal. Pendant une bonne demi-heure, je me retrouvais enfermé dans cette salle, essayant de me détendre. Je reviens dans ma chambre, complètement épuisé.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Aymeric & Louise
I am lost, I am vain,
I will never be the same
Without you, without you.
I can't rest, I can't fight
All I need is you and I,
Without you, without you.

©WILD HUNGER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'est si vite arrivé... [Louise]   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est si vite arrivé... [Louise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un drame est vite arrivé, allons-nous coucher... Shaiya
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» COnversion ork gros truk rouge qui va vite!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2016 :: Rp
-
✿ KATE WALSH - Scénario de Sandro et Sienna
✿ GIGI HADID - Scénario de Blair
✿ EMMA ROBERTS - Scénario d'Aymeric
✿ MARIE AVGEROPOULOS - Scénario de Sandro et Miléna
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ CHACE CRAWFORD - Scénario de Sienna