AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 16:43




KONSTANZ SILOË ST-AMAND
« a heart that beats is a heart that bleeds.  »

NOM: st-amand ▬ PRENOM(S): konstanz siloë ▬ SURNOM(S): konz - ben enfant (selon saül) ▬ AGE: vingt-quatre ans ▬ DATE DE NAISSANCE: treize septembre 1990 ▬ LIEU DE NAISSANCE: montréal- canada ▬ NATIONALITE: québécoise ▬ CLASSE SOCIALE: moyenne ▬ ORIENTATION SEXUELLE: hétérosexuelle ▬ STATUT MATRIMONIAL: célibataire ▬ METIER/ETUDES: interne en médecine ▬ GROUPE: candy crush ▬ AVATAR: shailene woodley
▬ Qualités: » Indépendante : Mes parents ont toujours tout fait pour que je puisse rapidement me débrouiller toute seule. Ils m'ont toujours inculquer qu'ils n'allaient malheureusement pas être de ce monde pour toujours et que je devais apprendre à vivre de mes propres moyens. Alors ce fut déjà très jeune que j'appris à régler mes problèmes toutes seule, pour devenir aujourd'hui une jeune femme débrouillarde, et qui n'a besoin de personne pour s'en sortir. Et puis cela fait déjà deux ans que je suis à Toronto, et je m'en sors plutôt bien. Bien sûr, financièrement, je dépends toujours d'une aide provenant de mes parents, pour mes études.  » Optimiste : Je ne suis pas quelqu'un de négative, j'ai toujours été ce genre de personne qui préfère voir le bon côté des choses. Je suis de très loin quelqu'un qui abandonne facilement. Je préfère tirer de bonnes leçons de mes erreurs que de m'apitoyer sur mon sort et de laisser tomber. Je pense qu'il faut se battre pour avoir ce que l'on veut réellement, et que ce n'est qu'en voyant le côté positif de la chose que l'on peut y arriver.   » Ambitieuse : Je pense que je n'ai pas besoin de vous apporter des preuves pour le confirmer. Si j'ai choisi de faire des études de médecine c'est d'abord parce que j'ai toujours voulu me rendre utile. J'aurai pu m'arrêter au beau métier d'infirmière, ou d'aide soignante, mais je voulais viser plus haut, repousser mes limites et savoir jusqu'où je peux aller. Je préfère voir les choses en grand et analyser toutes les possibilités que l'on me donne. » Simple : Je ne suis pas quelqu'un de superficielle, et encore moins nombriliste pour me vanter et me considérer comme une femme "ravissante". Mais on a tous un avis subjectif de sa personne non ? Je ne me suis jamais trouvé comme la fille la plus jolie de la ville, ou la mieux habillée et j'en passe. Je me trouve assez simple, et je pense que c'est ce qui fait mon charme. Je ne me prends pas la tête pour des détails futiles et je croque la vie à pleine dent. Bien sûr que je prends soin de moi et que j'aime faire la même chose que la majorité des femmes, mais est-ce que cela fait de moi quelqu'un de matérialiste ou de superficielle ? » Fidèle : Je crois que c'est l'une des choses les plus importantes à mes yeux. J'ai besoin de savoir que mon entourage va m'être fidèle, autant que je le serai également envers eux. Je ne comprendrais jamais ceux qui préfère utiliser le mensonge ou la trahison comme mode opératoire pour se faire une vie. Quel est l'intérêt ? Je n'en vois aucun personnellement. J'ai toujours prôner l'honnêteté et la franchise aux faux semblants.

▬ Défauts: Secrète : Je n'aime pas attirer l'attention sur moi. Je trouve cela inutile et sans intérêt. J'aime bien me dire que tout le monde n'a pas besoin de connaître toute mon existence sous prétexte que je les côtoie. Je préfère rester discrète et avoir mon propre jardin secret.  » Naïve : Malheureusement je l'ai beaucoup été plus jeune, et je dois avouer que quelque part je le suis toujours un peu. J'ai toujours cru que la bonté était en nous naturellement.  » Jalouse : Entre nous, qui ne l'a jamais été dans sa vie ? Je dois avouer que je n'aime pas vraiment lorsqu'on s'approche un peu trop de ceux que j'aime. J'ai tendance à croire qu'on veut m'enlever ces personnes, ou choses et j'ai la mauvaise manie d'être jalouse, parfois pour rien.  » Insouciante : Cela provient peut être de ma naïveté qui sait... Mais j'ai toujours eu cette tendance à ne pas me prendre la tête pour des futilités. Je vie au jour le jour, sans trop me soucier des conséquences. » Tenace : Sans le moindre doute, je sais que je teins cela de mon père. Il disait toujours que j'étais la personne la plus têtue qu'il n'avait jamais rencontrée, que je ne lâchait jamais prise, et ce parfois juste pour avoir le dernier mot.

▬ J'aime, je n'aime pas: » Il est vrai que j'aime lire, depuis toujours. J'ai toujours eu cette fâcheuse tendance à m'identifier aux personnages, à les imaginer dans ma tête et même parfois, à inventer une suite, ou une fin que j'aurai modifiée de mon côté. S'il y a bien un livre qui m'a transportée autant pour son intrigue que pour la chute de la fin, c'est "Un jour"de David Nicholls. Une magnifique histoire d'amour qui vous pousse à prendre conscience des belles choses de la vie ! » Boire ne fait pas parti de mon quotidien mais il est vrai qu'aller prendre un verre avec des amis de temps en temps ne fait de mal à personne pas vrai ? Et puis on est encore jeune, on a le droit de profiter un peu de la vie ! Donc je me limite quand même au niveau de l'alcool puisque je suis plutôt responsable, mais comme dit, je ne suis pas non plus "sam" en soirée. Parlons tabac maintenant ! Honnêtement, qui n'a jamais fumé une cigarette dans sa vie ? Je suis coupable, j'avoue que j'ai un ou deux paquets qui traînent chez moi, mais je suis pas dépendante non plus. Je veux dire par là que je peux passer trois mois sans avoir une cigarette en bouche, mais il faut dire que ça détend pas mal. Un comble pour un futur médecin non ? » Je suis très superstitieuse, vous savez, 7 ans de malheur si vous passez sous une échelle, les vendredi 13, les chats noirs, les miroirs brisés etc... c'est sûrement ridicule à vos yeux, mais je ne peux m'empêcher d'avoir des frissons à chaque fois. Autant vous dire que je n'aime pas toutes ces choses. » S'il y a bien une chose que je ne supporte pas - et qui est sûrement peu important à vos yeux - c'est les gens qui traînent dans les magasins. Oui, oui, je ne supporte pas ça. Je vous assure que je suis bien une femme quand même ! C'est juste que j'ai pour habitude d'entrer, de regarder si quelque chose me plaît et si non de sortir assez rapidement. Raison pour laquelle les hommes aiment faire du shopping avec moi !

▬ Tics et manies: vous allez sûrement trouver ça bizarre, ou psychotique, tout dépend des points de vue, mais je suis exigeante quand il s'agit de l'hygiène des dents. Les yeux à peine ouverts, je me dirige vers ma salle de bain pour un petit coup de brosse à dent, sans quoi je ne suis pas totalement satisfaite. » s'il y a bien une autre chose que vous devriez savoir sur moi, c'est que la famille est très importante pour moi. Je suis très proche de la mienne, sans qui je ne me vois pas tenir le coup. Elle est le pilier de ma vie actuelle. » malgré les apparences de fille trop sage que je peux avoir, il faut savoir que je suis loin de l'être. Proposez-moi d'aller à une fête, et vous découvrirez qui je suis ! Non pas que je sois incontrôlable concernant l'alcool, mais c'est une manière de décompresser et de passer du temps avec les bonnes personnes » passons maintenant à une anecdote un peu plus... ridicule ? Vous voulez connaître mon point faible ? Les films à l'eau de rose. Ça semble complètement cul-cul si je puis dire, mais je dois avouer ne pas pouvoir me retenir de pleurer comme un bébé, ne serait-ce qu'en entendant la bande son. Je dois l'avouer, je suis très sensible. Mais pas au point de me laisser marcher sur les pieds! Au contraire, j'impose rapidement mes limites quand ça va trop loin. » je passe ma main dans ma nuque quand je suis mal à l'aise, et je peux vous assurer par avance que cela m'arrive assez fréquemment. C'est stupide, je le trouve aussi, mais que voulez-vous, on ne peut malheureusement pas se débarrasser aussi facilement de nos manies » Lorsque je suis angoissée ou en pleine crise de stress, j'ai la mauvaise manie de jouer avec mon stylo. Quel stylo me direz-vous ? J'ai un stylo "fétiche" en quelque sorte. Autant vous dire qu'il ne ressemble presque plus à rien, mais je l'aime bien, sans raisons particulières. Alors quand j'ai les nerfs à flot, je le tapote, je le mâchouille ou le vide à moitié de son encre. Je vous laisse imaginez à quoi il ressemble aujourd'hui, en prenant en compte le fait que mes études sont très difficiles. » J'ai également pris la mauvaise habitude de "checker" mon portable avant de me coucher, ainsi qu'au réveil. Je ne m'endors, ni me lève avant que ce ne soit fait. Un tour sur Facebook, Twitter et Instagram, et ma journée peut commencer tranquillement. C'est un peu un moyen pour moi de prendre cinq minutes pour moi, avant qu'une journée fatigante ne débute. » Je chante sous la douche. Non vraiment, je chante comme un piec, mais j'adore ça. Et je dois avouer que si on me filmait, ce serait vraiment drôle à voir... et très embarrassant également. Vous ne me croyez pas ? Non ? Vous auriez pu dire "oui", ne serait-ce que pour me faire plaisir franchement... » J'ai toujours adoré les animaux. Ça a l'air mignon comme ça hein ? Mais vous vous doutez bien qu'il y a quelque chose qui cloche, ce n'est pas anodin si je vous annonce ça. Eh bien pour tout vous avouer, il m'est impossible de garder un animal en vie. Ce qui est assez contradictoire alors que j'étudie la médecine, et que mon but sera de sauver des vies. J'ai tout essayé, en passant du poisson rouge au hamster. Rien à faire, je n'ai jamais le temps ! (HELP, ne me laissez pas devenir maman)


PRENOM/PSEUDO: midnight shadow ▬ AGE: vingt-deux ans. ▬ SEXE: féminin. ▬ REGION/PAYS: alsace - france. ▬ J'AI CONNU LE FORUM GRÂCE A: obsession - top site. ▬ MON AVIS: il est simple et beau à la fois, et ça fait du bien ! ▬ QUELQUE CHOSE A AJOUTER:


Dernière édition par Konstanz S. St-Amand le Dim 5 Avr 2015 - 17:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 16:44




« fate has a terrible sens of humor.  »


Mon père disait toujours « je n’ai jamais, dans ma vie, fait autre chose que travailler pour me rendre malade quand je jouissais de ma santé, et travailler pour regagner ma santé quand je l’avais perdue ». C’est une citation de Giacomo Casanova qu’il ne cessait de répéter pour nous apprendre les vraies valeurs de la vie, et à quel point il fallait se battre pour réaliser ses rêves. Pourquoi se plaignait-il de son travail ? Il fallait dire qu’être agent de sécurité dans une grande surface n’était pas vraiment son rêve, mais il nous répondait toujours que son rêve était d’avoir rencontré la plus belle femme du monde : ma mère. Pourtant, leur destin n’était pas de finir ainsi. Tout à commencer à l’époque où mes parents avaient la vingtaine. C’était un jeune couple que tout réunissait. Mon père n'était pas issu d'une famille aisée, c'est pourquoi il n'était pas allé très loin au niveau de ses études. Néanmoins, il avait connu la gloire du mouvement révolutionnaire des hippies. Membre d'un groupe de rock dans ses années là - guitariste pour être plus précise - il parcourait le monde avec ses six cordes et ses trois autres compagnons. Lorsque le groupe se sépare, il s'en va pour sa ville natale, à Montréal et travaille pour l'Opéra de cette grande ville pour arrondir ses fins de mois. Quand à ma mère, elle avait tout pour être heureuse. Elle était née de l'union de deux aristocrates anglais et vivait dans un manoir à Londres. Très vite adulée par ses performances scolaires, la jeune femme se découvre une passion pour la danse classique. Après un dur travail, elle devient l'une des plus grandes ballerines d'Angleterre. Son rêve se voit enfin réaliser lorsqu'elle gagne un concours à Londres pour participer à une émission à Montréal, au Quebec. Et voilà comment ils se sont retrouvés dans la même ville. Ma mère s'entraînait souvent sur la scène de l'Opéra qu'elle pouvait se permettre d'utiliser. La rencontre se fit précisément un soir d'automne. Mon père qui avait oublié son accordeur, se retrouva émerveillé devant cette jeune ballerine qui ne cessait de se mettre en avant avec des pirouettes impressionnantes. Ils engagèrent rapidement la conversation et prévirent des sorties. Au fil du temps, cette danseuse classique et ce guitariste rockeur tombèrent amoureux l'un de l'autre et ils décidèrent de se marier malgré l'avis contraire de leur famille. En effet, la famille haut placée de ma mère était contre leur union, puisque mon père n’avait pas de statut dans l’aristocratie, et qu’il était inacceptable pour une jeune femme de bonne famille de se marier avec un homme qui n’a pas les moyens de lui payer tout ce qu’elle désire. Un lourd choix s’impose alors à ma mère : renoncer à l’amour de sa vie, ou perdre son héritage et sa famille. Vous vous en doutez, ma mère a choisi l’amour de sa vie, et encore aujourd’hui, elle ne regrette pas son choix. Ils s’installèrent alors à Montréal pour y commencer une nouvelle vie à deux. Ne voulant laisser toutes les responsabilités sur les épaules de mon père, ma mère se trouva un travail en tant qu'aide en cuisine dans un restaurant. Quant à mon père, il avait compris que sa bien aimée avec tout sacrifié pour lui, il se devait alors de prendre sa vie en main en gagnant sa vie correctement. C'est pour quoi il obtient un travail en tant qu'agent de sécurité à l'aide d'un ami.

*****************************************

Une heure quarante-cinq du matin. Après une bonne heure de cris et de souffrances, un silence régnait dans les différents couloirs de l’hôpital. Il n’était pas lourd ou oppressant. Au contraire, il était rassurant et soulageant. Après y avoir mis tout son cœur, Katherine venait de donner la vie à une petite fille. Elle avait été agréablement surprise, tout comme son mari qui était resté à ses côtés depuis le début. Ils avaient fait le choix de ne pas vouloir connaître le sexe de leur enfant à naître à l’avance. On pouvait dire que le beau bébé avait été une surprise. Katherine avait toujours voulu avec une petite fille, avec qui elle pourrait parler pendant des heures, afin de se confier longuement. Une petite fille à qui elle pourrait brosser les cheveux tout en écoutant son rire éclatant d’enfant innocent. Son rêve venait de se réaliser et elle n’aurait pas pu être plus heureuse que ce matin-là. Bien qu’elle fût épuisée par l’accouchement, un sourire apparu sur son visage pendant qu’une infirmière posait son enfant sur sa poitrine. La petite fille serrait fortement le doigt que son père venait de lui tendre. Il avait les larmes aux yeux. Après tout, c’était son premier enfant, jamais il n’avait autant été fier de sa femme. Elle avait fait du bon boulot, du début à la fin et lui avait permis d’avoir une magnifique petite fille. Il pensait également qu’il n’avait jamais été aussi heureux que ce matin. Il s’imaginait déjà lui apprendre à faire du vélo, faire des promenades en lui tenant la main, l’emmener à l’école pour la première fois etc… Après qu’on ait emmené l’enfant afin de lui administrer les premiers soins pour la ramener toute propre, Antoine, nouveau père, pris la main de sa femme Katherine pour l’embrasser et la féliciter mainte et mainte fois. « Merci Katherine, merci de m’avoir donné cette chance. Je suis très fier de toi. On va être heureux, tu verras comme nous serons heureux ». La jeune femme sourit de plus belle, répondant aux baisers de son bien aimé. Elle était persuadée qu’ils allaient avoir une très belle vie tous les trois, et que rien ni personne ne pourrait changer ça.  Néanmoins, elle referma les yeux, fatiguée de son accouchement, et on l’emmena dans une chambre silencieuse où l’on pouvait entendre les gazouillis d’une petite fille qui venait d’ouvrir les yeux pour la première fois depuis sa naissance. « Konstanz. On va l’appeler Konstanz ». Antoine releva les yeux vers sa femme adorée, étonné. Il n'avait pas pensé à ce prénom-là, pensant que Katherine avait abandonné l'idée. « Eh bien, je pensais opter pour Siloë... » Et voilà comment s'ensuit une longue discussion d'une heure et demie sur le prénom que j'allais porter.

*****************************************

Je savais que j’avais pris la bonne décision. Même si j’étais empli de doutes, au plus profond de moi-même, je savais que je n’allais pas regretter cette décision. J’avais besoin de ce changement de ma vie. Je devais partir et m’éloigner, d’abord parce que j’avais une occasion qui n’allait pas se représenter, mais aussi pour moi, pour m’éloigner un peu de ma famille. J’étais fière d’avoir enfin terminé mes études de médecine. Mais le plus dur restait à venir. Je devais commencer mon internat officiellement dans une semaine… à Toronto. Adieu ma belle terre natale, adieu les visages familiers et les habitudes aisées. Bonjour la nouvelle ville et ma nouvelle vie. C’était du moins ce à quoi j’essayais de penser tout en passant les contrôles de sécurité de l’aéroport de Toronto. Mon rythme cardiaque s’accélérait peu à peu, et je sentais le stress m’envahir. J’ai pris la bonne décision, je devais le faire. Les bagages à la main, j’étais en dehors du grand bâtiment en verre. Une légère brise venait jouait avec mes cheveux, mais le temps était doux. Un sourire s’accrocha à mes lèvres. J’étais beaucoup plus détendue maintenant que je n’étais plus dans l’enceinte de l’aéroport. Maintenant je ne pouvais plus faire marche arrière. Si je ne voulais plus le faire pour moi, parce que j’avais peur, je devais le faire pour mes parents. Ils ont tellement déjà fait que je ne pouvais pas les décevoir. Je cherchais une silhouette du regard. Je devais rencontrer le propriétaire de l’appartement dans lequel je devais emménager. En attendant de le voir, j’avais pris soin de passer un appel pour rassurer mes parents et les prévenir que j’étais bien arrivée. A peine le temps de raccrocher qu’un homme s’approcha de moi, le sourire aux lèvres. « Mademoiselle St-Amand je présume ? ». Un échange de politesse, et nous étions partis pour l’appartement. J’avais hâte de le découvrir enfin. Ce n’était pas un palace, je le savais, mais il avait l’avantage de ne pas être loin de l’hôpital où j’allais faire mon internat. D'ailleurs, il ne nous fallut que vingt minutes de voiture pour y arriver. La rue était assez calme, un peu bondée de voitures en tous genres mais agréable à la vue. On arriva devant la porte, numérotée au vingt-cinq. Une nouvelle fois, mon cœur s’emballa. Les choses devenaient enfin réelles, pour de bon. J’allais enfin avoir mon chez moi. J’avais échangé des formalités avec le propriétaire, toute la paperasse administrative, et j’étais officiellement chez moi. J’avais encore un peu de mal à y croire, mais je savais qu’il me fallait juste un peu de temps supplémentaire pour m’y faire. Ça n’allait pas être évident : je ne connaissais encore personne, et c’était la première fois que j’étais aussi loin de chez moi. J’eus un léger pincement au cœur en pensant à ma maison, à mes parents et à ma vie d’avant. Mais une fois encore, je me disais que j’avais fait le bon choix. Vint alors le moment de m’installer, de ranger mes affaires dans ces pièces qui allaient être ma nouvelle maison, pour ma nouvelle vie.

*****************************************

Vite, vite, vite, allez plus vite… La blouse d’interne dans une main, un café brûlant dans l’autre, je dévalais les nombreux escaliers pour me rendre le plus vite possible au vestiaire. J’étais en retard. Ce n’était pas vraiment dans mes habitudes, mais ces derniers temps je commençais à ressentir la fatigue et les innombrables heures de travail, ce qui expliquait que je ne m’étais pas réveillée ce matin. Ouvrant une énième porte, j’étais enfin arrivée à destination, croisant Charlie. « A ce que je vois, je ne suis pas la seule retardataire ». Un sourire aux lèvres, je vis la jeune femme se changer, ce qui me poussa à faire de même. Ouvrant rapidement mon casier, j’avais jeté mes vêtements à l’intérieur pour enfiler ma blouse bleu ciel définissant mon statut d’interne. Cela faisait déjà deux ans que j’étais dans cet hôpital. Deux ans à Toronto, le temps passe si vite. Dire qu’il y a deux ans, j’avais peur de ne pas réussir, de ne pas m’intégrer et d’avoir fait le mauvais choix. Pourtant aujourd’hui, c’était comme si j’avais toujours été là. Refermant mon casier d’un geste brusque je m’étais retournée vers Charlie, une autre interne devenue une véritable amie. Nous étions alors sorties du vestiaire pour nous diriger vers le service auquel étions affectées toutes les deux. Arrivées dans le couloir, nous avions salué des collègues de travail. « Alors ce nouveau docteur, tu penses qu’il est genre à croqué ou trop vieux à regarder ? » Je ris légèrement, insouciante pendant quelques secondes. « J’en sais rien, mais cardiologue ? Ca m’étonnerai que ce soit un bel étalon ». Pleines de moqueries, nous étions arrivées au niveau du tableau d’affichage. « On était pas censé être avec le Dr Peters aujourd’hui Konz’ ? » Charlie se retourna vers moi, la panique se lisant dans son regard. J’avais rapidement vérifié l’information sur le tableau. « Dr Schneider ? C’est qui celui-là ? » Sans avoir pris le temps de comprendre, nous nous étions ruées vers la chambre 216. Déjà que nous étions en retard, mais en plus sous la garde d’un nouveau médecin… Je sentais que j’allais passer un mauvais quart d’heure. A peine arrivée, je sentais une ambiance assez étrange et inhabituelle. Un silence de mort s’était posé à la minute où nous avions mis les pieds dans la chambre. J’avais levé le regard vers ce fameux nouveau médecin. Le visage tendu, les traits durs, il me scrutait du regard, sans me lâcher. Je n’eus même pas le temps de m’excuser pour mon retard, qu’il ouvrit la bouche pour me poser une tonne de questions. Mais pour qui se prenait-il ? Je n’étais pas une incompétente qui avait besoin d’être remise à niveau sur des choses banales et évidentes. Mais je devais avouer que j’étais assez fière de moi. J’avais répondu juste à toutes les questions. Et toc monsieur le doc ! Je pensais avoir fait bonne impression, et pourtant ce fut tout le contraire. Il ne me décrocha pas un seul sourire, pas un seul mot pour me féliciter. C’était quand même la moindre des choses après l’interrogatoire injustifié qu’il venait de me faire passer devant tout le monde ! Il ne broncha pas pour autant. Le jeune homme et son regard si envoutant passèrent à côté de moi, sans une once d’amabilité. Il me colla un dossier dans les bras avant de me fixer d’un air inquisiteur. « Allez donc faire un tour au dispensaire, votre présence, en tout cas aujourd'hui, n'est pas souhaitée Bel enfant.. » Bel quoi ? C’était une blague ? Mais pour qui est-ce qu’il se prenait ? J’avais beau être en colère contre lui, je ne pouvais nier qu’il avait un charme fou, envoutant. Je devais sûrement mettre ça sur le fait que j’étais en retard, non ? « Vous pouvez disposer.. Quant aux autres, suivez-moi!! » Attendez, c’était une blague là, rassurez-moi ? Qu’il prenne mal mon retard, d’accord, qu’il me bombarde de questions, ça passe encore, mais m’évincer de la suite des visites ? Je faisais partie des meilleurs internes de cet hôpital, et il avait décidé de me mettre de côté ? J’avais beau ne pas comprendre, pas un seul mot ne sorti de ma bouche. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il avait été aussi dur avec moi. Lui aussi avait été interne non ? Il savait ce que c’était, alors pourquoi moi ? Pourquoi s’en prendre autant à moi ? Je sentais que la journée allait être vraiment très longue…


Dernière édition par Konstanz S. St-Amand le Dim 5 Avr 2015 - 18:47, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analiya I. Marshall

Fondatrice

∞ Arrivé(e) à Toronto : 04/05/2014
∞ Messages : 5700
∞ Points : 90
∞ Emploi/Etudes : Jeune écrivaine

MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 16:49

Bienvenue parmi nous Tu vas faire un heureux
Bonne chance pour ta fiche et si tu as des questions, n'hésites pas I love you

_________________
Analiya ∆
Petit texte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 17:01

MA KONSTANZ

Bienvenue sur le forum :DD
Merci de tenter le scénario, je suis trop happy
Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions!

xo, S.-M.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 17:11

merci beaucoup à vous deux I love you
saül, quel accueil Cool j'en profites avant de faire face au méchant médecin  Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 20:09


 

 
FÉLICITATIONS, TU ES VALIDÉ(E)!

 
Troooooooooooop bien ta fiche, j'ai adoré la lire Encore bienvenue parmi nous et merci d'avoir pris le scénario :DD
PS: T'as raison, profite du fait que je sois gentil, ça ne va pas durer Twisted Evil Razz


   Tu as franchis l'étape de la fiche. Tu es donc officiellement un membre de Niagara Evening. Si c'est pas super ça (a) Il reste cependant encore quelques petites choses importantes à faire avant de pouvoir profiter pleinement du forum. Tout d'abord, il faut que tu ailles recenser diverses choses: ton avatar par ici, ton métier par là. Ensuite, tu dois aller faire une demande de logement parce que ton personnage a droit à un toit au-dessus de sa tête: c'est par ici. Si tu as besoin d'un lieu particulier qui ne figure pas encore sur le forum, tu peux aller en faire là demande par là. Tu devras ensuite aller faire tes fiches de liens et de sujets dans cette partie. Une partie pour les réseaux sociaux est intégrée au forum, tu peux la trouver par là. Enfin, tu peux aller t'amuser dans le flood et les jeux ainsi qu'rp sur le reste du forum. Pour rappel, une partie "Remember me" est en place. Elle te permettra de jouer un événement de ton passé si tu le désires (un événement de ta fiche ou un lien déjà avancé mais dont tu aimerais jouer le début etc...). Le reste du forum se déroule donc au "présent".

   Un système de points est en place sur le forum. Les points seront remis à zéro environ tout les trois mois. Ils permettront de désigner des membres du mois et de mettre en valeur des scénarios pour les vainqueurs tout les trois mois etc... D'ailleurs, tu gagnes des points en recensant tes votes sur les tops-sites sur ce sujet.

   Si tu as la moindre question ou suggestion, n'hésites pas à contacter le staff  Amuses toi bien parmi nous


Dernière édition par Saül-M. A. Schneider le Mer 8 Avr 2015 - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 5 Avr 2015 - 20:24

merci beaucoup mon chat
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sandro J. Davis


∞ Arrivé(e) à Toronto : 24/02/2015
∞ Messages : 290
∞ Points : 49
∞ Emploi/Etudes : Mécanicien

MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Lun 6 Avr 2015 - 0:00

Bienvenue

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Sam 11 Avr 2015 - 17:59

merci beaucoup What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Sam 11 Avr 2015 - 18:02

elle est tellement belle Woodley

Welcome ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Sam 11 Avr 2015 - 18:03

je confirme
merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Mar 14 Avr 2015 - 16:00

Bienvenue parmi nous!
Je pense qu'il ne nous sera pas très compliqué de trouver un lien!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lola B. Wilde


∞ Arrivé(e) à Toronto : 05/06/2014
∞ Messages : 566
∞ Points : 24
∞ Emploi/Etudes : Photographe Sportif

MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    Dim 3 Mai 2015 - 19:10

Bienvenu :)

_________________
But love doesn’t make sense.
" Nous devenons malheureux a partir de l'instant où ne nous écoutons plus, où nous faisons comme les autres, où nous suivons ce que dit la vedette du moment. Il faut prêter attention à ce que nous dit notre coeur sinon, on s'oublie et on ne veut que ressembler à quelqu'un qui n'est pas nous. Si vous écoutez votre coeur, vous ne pouvez pas vous tromper. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: → bang bang, my baby shot me down. (konstanz)    

Revenir en haut Aller en bas
 

→ bang bang, my baby shot me down. (konstanz)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bang, bang, my baby shoot me down ✗ TIGAN
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» bang bang, je suis un cowboy ! YIHA ∞
» BANG ELISA Δ Tu as déjà vu un pingouin respirer par les fesses ?
» J'vais sûrement perdre ma vie, BANG BANG ! Noah&Wayne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2015 :: Fiches
-
✿ KATE WALSH - Scénario de Sandro et Sienna
✿ EMMA ROBERTS - Scénario d'Aymeric
✿ MARIE AVGEROPOULOS - Scénario de Sandro et Miléna
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ STEPHEN AMELL - Scénario de Maëlys
SUJET COMMUN
Autres informations à rajouter