AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric   Lun 23 Mar 2015 - 19:09

I hate my life. Voilà ce que je pense en sortant de chez le réparateur. Mon ordinateur n'est plus sauver. Rien de tout ce qui était dedans n'est à sauvé. Je suis content d'être minutieux et d'avoir au moins eu la présence d'esprit d'enregistrer tous les documents important, mais ça restait mon ordinateur que j'ai payé vachement cher en plus. Et le pire dans tout ça c'est que j'ai perdu la photo. Cette photo de Josh et moi, une semaine avant qu'il ne décide de mettre fin à ses jours. Les photos furent tout ce que le réparateur n'a pas réussi à sauver. Et je ne peux pas lui en vouloir à lui, ce serait trop méchant. Enfin bref.

Ordinateur dans mon sac à dos, je marche dans la rue pour rentrer chez moi. Mes côtes me font toujours un peu mal, mais ce n'est rien par rapport a ce poids qui repose sur mes épaules et ma conscience, cette douleur mentale qui me tue à l'intérieur. J'en ai marre. De tout, vraiment tout. Mes parents me font horriblement chier, le médecin m'a ordonné de rester à la maison pendant bien 2 semaines et je m'ennuie vu que je n'ai pas d'ordinateur. Aujourd'hui, j'ai décidé de sortir. Autant pour fuir mes parents suite à une énième dispute que pour aller enfin voir si je peux sauver quelque documents.

Bradley. Ce connard. Je lui ferais un jour bouffer son putain de ballon ovale. Ou alors que je le lui enfonce dans le derrière de manière à ce qu'il ne pourra plus s’asseoir pendant des mois. Je veux qu'il souffre comme je le fais en ce moment. Mais pas seulement physiquement, non. Aussi et surtout psychiquement. Enfin, je n'en ai pas la force. Je sais que si je tente un truc je vais me retrouver à l'hôpital en moins de deux secondes. Bref. N'ayant pas fait attention où je marchais, je ne remarque qu'assez tard que mes pieds m'ont emmener dans le parc des papillons.

Fort heureusement, il est vide à cette heure ci. De toute manière, la plupart des gens sont entrain de travailler ou sont en cours. Mais pas moi. Je m'avance en soupirant puis me laisse tomber sur un banc en me tenant les côtes, grimaçant de douleur. Je ferme les yeux, me penche en avant et me prend le visage entre les mains. J'en ai marre. De tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clara M. Fournier

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 675
∞ Points : 144
∞ Emploi/Etudes : Guide dans un musée

MessageSujet: Re: I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric   Mar 24 Mar 2015 - 0:13






Plus on se rapprochait du moment fatidique, plus je sentais la pression monter. Nous y étions bientôt, dans si peu de temps, j'allais me marier. Pas que je doutais, non pas du tout, nous avions pris cette décision de manière tout à fait réfléchi, même si c'était très rapide. Je savais ce que je ressentais pour Louise, mais ce n'était pas vraiment ça le soucis... Une énième dispute venait de se dérouler à l'instant. Et quand c'était comme ça, pour évacuer tout ça, tout ce stress, il n'y avait rien de mieux que de faire un petit footing. Louise ne me posait pas de question, elle me connaissait par cœur, et savait qu'il fallait mieux me laisser partir. J'avais l'impression que nous ressemblions déjà à un vieux couple, enfin plus exactement à mon beau-père et à ma mère, qui se déchiraient sans cesse, aujourd'hui, ils restaient ensemble uniquement pour les apparences, qui aurait envie de ressembler à ça? Certainement pas moi... Mais apparemment c'était plus fort que nous. J'espérais tout de même que cela se calmerait après le mariage.

Je courais sans avoir de but précis, essayant simplement de ne plus penser à tout ça. Mais c'était compliqué de ne pas penser à Louise, et à toute notre vie. C'est le problème de tout garder pour soi, on rumine énormément, et on se sent obligé de résoudre soi-même ses problèmes. Je n'aimais pas parler aux autres de mes problèmes, personne n'était au courant de tout ce qui se tramait, même pas mes parents. Certainement une déformation professionnelle... La musique dans mes oreilles résonne, et selon le rythme, je courais un peu plus vite. J’atterris dans le parc des Papillons, ce magnifique parc de Toronto et où tout avait commencé. C'était assez calme en pleine semaine, mais je ne faisais pas vraiment attention. J'étais absorbé dans mes pensées... Mais quelqu'un me tira de mes pensées, un jeune homme que j'avais déjà vu. Il y a quelques temps de cela, j'avais fait une sorte de journée de sensibilisation à l'université de Toronto, je n'ai pas vraiment parlé avec les élèves, excepté ceux qui avaient envie de parler. Cet étudiant ne m'avait pas énormément parlé, même si j'avais déjà remarqué que quelque chose n'allait pas. Ce genre de choses se ressent. A cet instant, il ne paraissait pas aller très bien, pas bien du tout même. Mon côté "j'aime aider tout le monde" prit le dessus, et sans réfléchir, je décidais de m'asseoir à côté de lui, enlevant les écouteurs de mes oreilles. J'aurais peut être du réfléchir à la manière de l'aborder, je ne le connaissais pas, nous n'avions échangé que quelques mots. Maintenant que j'étais là, je devais me lancer.
Tout va bien?
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric   Dim 12 Avr 2015 - 17:22

Assit là, sur le banc, j'ai les yeux fermé. J'ai juste envie de pleurer tant tout me fait horriblement chier. Ce gosse là-bas, il arrête pas de pleurer. J'ai envie de lui éclater la tronche contre le mur. Mes parents, ils savent que quelque chose ne va pas mais au lieu de chercher à comprendre pourquoi, ils m'énervent. C'est dans ces moments là que Josh me manque horriblement. J'aimerais tant qu'il soit encore avec moi, je donnerais tous pour l'avoir à mes côtés. Tout, vraiment tout. Je donnerais même ma vie pour le revoir. Je suis arrivé à nouveau à ce stade où tout m'est égale. Ce stade de déprime qui m'a valu deux semaines en psychiatrie. Deux semaines qui n'ont strictement servies à rien. Les psychologue sont tous des gros bâtards, c'est tout.

Je soupire, pince les lèvres et me redresse subitement lorsque j'entends la voix d'un homme retentir à mes côtés. Je tourne la tête et dégluti, l'observe quelques instants puis soupire et secoue la tête  « Si si, tout vas bien. Tout …. » ma voix se brise. Je n'ai pas envie de faire chier un inconnu avec mes problèmes qui ne me concernent que moi et pourtant …  « Non, enfaite, rien ne va » soufflais-je finalement, gardant mon regard fixé devant moi  « Je … j'ai mal aux côtes, j'ai un début de migraine, mon ordi est cassé, j'avais tous mes cours dessus, ils ne peuvent être sauvé qu'en parti, mes parents me font chier. Ils ne cherchent même pas a savoir ce qui me met dans cet état et se contente de me dire que je devrais sortir et ne pas passer ma journée enfermée dans ma chambre » je ferme les yeux  « Mais a quoi bon sortir si t'as pas d'amis et que ton meilleur ami s'est prit la vie il y a exactement deux ans ? » je déglutis, refoulant les larmes qui menacent de percer mes paupières  «Je …. mon père dit que je ne suis qu'un bon a rien associal mais je … enfin il a raison. Je suis un bon à rien. J'suis en quatrième année de droit mais je vais sans doute foirer mon année et ... »

Je relève le regard vers l'homme et l'observe  « Et au lieu de bosser je suis là, entrain de parler de mes problèmes de merde à un parfait inconnu qui n'a pas que ça à faire de sa journée » je me détourne à nouveau  « Désolé, vraiment.... »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Clara M. Fournier

Membre de l'année 2014 & 2015

∞ Arrivé(e) à Toronto : 18/10/2014
∞ Messages : 675
∞ Points : 144
∞ Emploi/Etudes : Guide dans un musée

MessageSujet: Re: I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric   Mar 26 Mai 2015 - 0:21






C'est vrai qu'il m'arrivait souvent d'être impulsif, de faire des choses sans réfléchir. Mais là j'avais atteint un nouveau sommet. Il me m'était jamais arrivé de m'arrêter auprès de quelqu'un que je connaissais à peine, espérant pouvoir l'aider. Et pourtant... J'étais là, assis sur ce banc à côté de ce jeune homme, alors que j'étais en plein jogging. Je ne sais pas quelle tête je devais avoir à ce moment là, je respirais normalement lorsque je me décidais d'enclencher la conversation et de lui demander si tout allait bien. C'était une question complètement sans sens... Je continuais de regarder en face de moi, espérant qu'il me réponde et qu'il ne me rejette pas. Je sentis un regard intrigué se tourner vers moi, mais je ne me démontais pas, restant là sans rien ajouter. Il commençait par me dire que tout allait bien... Je me disais alors que j'aurais peut être pas dû faire ça, je m'apprêtais à me relever et à m'en aller. Mais il me suffit d'attendre quelques secondes... Le jeune homme se mit à déballer tout ce qu'il avait sur le cœur. Je ne l'interrompais pas, le laissant faire, et l'écoutant. Apparemment, il avait énormément de problèmes... Il me parlait de tout, tout ce qu'il devait ruminer depuis un sacré bon moment. Il regardait droit devant lui, me révélant toutes ses pensées, ce qu'il avait enfoui au fond de lui. Puis, il finit par s'excuser... Je le regardais, croisant son regard. Je ne préférais pas lui dire que j'étais un psychologue, il n'avait pas besoin de le savoir. Et puis j'imaginais sans peine qu'il avait du en voir pour surmonter ce traumatisme de la perte de son ami. Il aurait des raisons de nous détester.
Ne t'excuses pas... Certaines fois ça fait beaucoup de bien de dire ce que l'on a sur le cœur. Et si ça peut aider, je fais cela avec plaisir. Je suis vraiment désolé pour toi, ce n'est jamais facile de perdre un proche.
Je continuais de le regarder, essayant de trouver les bons mots. Pourquoi les parents réagissaient comme ça? J'avais déjà été confronté à cela avec Clélia. Tous les parents étaient-ils comme ça? C'était effrayant...
Ne te sous-estime pas, c'est normal... Il faut du temps pour se remettre de la perte de quelqu'un. Et je suis certain que tu es quelqu'un de très doué. Tu es juste submergé de problèmes au mauvais moment...

Spoiler:
 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'm a fan of ignoring the problem until it eventually goes away • Aymeric
» Comment interpéter la montée de l'insécurité en Haiti ?
» ARISTIDE ETAIT-IL LE PROBLEME?
» Ayisyen mennen RESTAVEK Ozetazini, ala de wont mezanmi !!!!!
» USA humiliates Toyota internationally for no reason

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2015 :: Rp
-
✿ CANDICE ACCOLA - Scénario de Sienna et Caleb
✿ EMERAUDE TOUBIA - Scénario de Matt
✿ GIGI HADID - Scénario de Nikita
✿ ALEXIS REN - Scénario de Rosalie
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ MATTHEW DADDARIO - Scénario de Caleb et Sienna
✿ ASH STIMEST - Scénario de Rosalie
✿ STEPHEN AMELL - Scénario de Maëlys
Place pour les sujets
commun/intrigues