AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Sam 25 Oct 2014 - 15:44

best friends ✩
Mattias & Alaska
Je me réveille doucement. Je pose mes yeux sur le réveil. Il est 11h30. Je suis censé être en cours depuis deux heures et demi déjà. Je soupire tout en posant ma main sur ma tête. Grosse soirée hier, j'étais sortie et j'étais rentrée à 4h30 du matin chez ma mère. Je n'avais pas entendu mon réveil. Je m'étirais longuement, je baillais à m'en décrocher la mâchoire puis mes pieds me guidaient jusqu'à la salle de bain et la petite armoire à pharmacie. J'avalais deux comprimés contre les maux de têtes et j'allais ensuite jusqu'à la cuisine pour prendre un café, histoire de bien commencer la journée. Je grignote deux ou trois petits trucs, je n'ai pas tellement faim. Ma mère était sortie faire les courses, heureusement pour moi, sinon j'aurais eu le droit à la leçon de morale habituelle. J'en ai pas trop envie. J'allais prendre une bonne douche ensuite. Je prenais mon temps, comme si je n'étais pas pressée. De toute façon, mon cours ne commence qu'à quatorze heures alors j'ai le temps. Je pars ensuite m'habiller, troquant mon short et mon t-shirt par un meilleur style vestimentaire. Un pantalon, une chemise et une veste. Je ramenais mes cheveux sur le côté et je me maquillais un peu pour masquer légèrement les marques de fatigue. Je préférais aller en cours plutôt que d'entendre encore une fois les discours de ma mère. Cela me rentre par une oreille et ça ressort aussitôt par l'autre et elle s'énerve donc je m'énerve, conversation stérile qui ne sert à rien.

J'arrive à la fac, à 14h00 pile. Je me dirige vers l'amphi et je vois encore que je ne suis pas la seule à être en retard comme d'habitude. On est dans un grand amphi avec les gens qui sont en management aussi. Normalement il y avait Mattias, mais ce mec, il est comme moi, il daigne se pointer une fois toutes les trente-six du mois. Je lui envoyais un message pour lui dire que j'étais dans l'amphi et que je lui gardais une place tout au fond de l'amphi. Mes potes de facs étaient un peu plus bas, je leur lançais un petit signe lorsqu'ils se retournèrent. Je sors mes écouteurs et mon portable et je commence à mettre de la musique. Le prof n'est toujours pas là. Certains en profitent pour relire le cours, moi je me détends. Je ne pense pas à grand-chose, je me laisse emporter par la musique, j'ai envie de danser, de bouger, mais certainement pas de rester assise sur une chaise. Merci papa. J'étais encore très amère. Je voulais être danseuse et non reprendre une entreprise. Je n'ai pas les compétences et cela ne m'intéresse pas du tout. Bref, le prof arrive et je soupire. Je pose ma tête sur la table et j'enlève mes écouteurs. Je sors quand même une feuille et un stylo, histoire de faire illusion. C'est le moment que choisi mon cher Mattias pour débarquer comme une fleur et prendre la place à côté de moi. « J'ai cru que tu ne viendrais jamais ! Tu foutais quoi ? Je ne peux pas survivre sans toi moi dans ce genre de cours. » Demandais-je un peu curieuse et je lui fis la bise. Le prof commença son cours. Je notais deux trois mots et je décrochais ensuite, tout en croisant les bras. Je n'avais pas vraiment envie de noter à vrai dire. Les gens de devant étaient à fond, ceux de derrière un peu moins. Je me penchais vers lui pour chuchoter afin qu'il entende « Comment ça va ? Elle était cool la soirée d'hier. » Lui dis-je en riant légèrement. Cela avait été une soirée de folie. Franchement, j'avais trop aimé.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Sam 25 Oct 2014 - 16:35


Je m’étais levé tôt ce matin-là. J’avais dû rentrer sur le coup des cinq heures mais trois heures après j’étais de bout. Non pas pour aller en cours, ça aurait été trop beau. Non, j’avais un run de prévu sur le coup des 10h à quelques kilomètres de Toronto. Je n’avais pas cours le matin. De toute façon, entre une course de voiture et des cours, le choix était rapidement fait. La veille, j’étais sortis et vu mon mal de tête, elle avait dû être cool. Bref, je m’étais préparé rapidement et j’avais avalé un truc en deux temps, trois mouvements. J’avais pris un doliprane. J’avais aussi croisé Giulia, ma sœur qui m’avait proposé de m’amener à la fac’. Bah voyons ! J’étais plus un gamin. Il fallait vraiment qu’elle se mette ça dans la tête. Bref, j’avais pris les clés de ma Lexus LFA et j’étais parti sur les chapeaux de roue. Je savais que j’avais cours à 14h et que niveau timing ça allait être serré. Au pire, je n’irais pas en cours et l’histoire serait réglée. De toute façon, j’avais trop mal à la tête pour pouvoir écouter quoi que ce soit. Arrivé quelques minutes plus tard sur le lieu où devait se dérouler la course, je saluais les autres participants et chacun remonte dans son véhicule. La course se déroule plutôt bien et comme à chaque fois ou presque, je termine le premier.

Il est 13h45 lorsque je repars pour aller à l’université. Je sais que je vais être en retard. Mais il vaut mieux tard que jamais, comme on dit. A 14h, j’entre sur le parking de la fac’. C’est à ce moment-là que je reçois un texto d’Alaska qui me dit qu’elle m’a gardé une place en cours. Je lis son texto, sans faire gaffe où je vais. Je me troue une place et sors de ma voiture. J’attrape mon ordi qui me sert à tuer le temps en cours et accessoirement à prendre mes cours. Mais ça c’est rare. Lorsque j’arrive dans l’amphi, le professeur est déjà là. Il lève les yeux au ciel quand il me voit arrivé. Quoi ? Il n’est pas content que je fasse acte de présence à son cours ? Parce que dans ce cas-là, je peux aussi rentrer chez moi. Je monte finalement les marches, jusqu’à arriver au niveau d’Alaska. Je pose mon ordi sur la table et fait signe à un de mes potes de l’autre côté. Je prends ensuite place à côté d’Alaska et rigole à sa réflexion :

« J’avais un run ce matin, c’est pour ça que je suis en retard. » Je marque une brève pause, tout en allumant mon ordinateur et ajoute : « De toute façon, tu sais bien que moi j’suis loin d’être le genre de mec à être ponctuel. »

Sauf pour les runs mais ça c’est une autre histoire. J’entrais mon mot de passe et ouvrit une page word histoire de faire genre. Je regarda ensuite Alaska :

« Ca va et toi ? Ouais, elle était cool mais je t’avouerais que j’ai pas tellement de souvenir. Faut vraiment que j’arrête de boire moi. »

Après chaque soirée, je disais ça mais ça ne m’empêchais pas de recommencer de plus bel. Surtout que s’il y avait que l’alcool, ça irait mais je fumais deux fois plus de cigarette en soirée qu’à la normale. J’attendis la réponse d’Alaska tout en continuant de la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Dim 26 Oct 2014 - 14:12

best friends ✩
Mattias & Alaska
Si j'étais dans cet amphi, c'est parce que mon père y a obligé. Je vais plutôt à la fac à reculons qu'autre chose. Les chiffres, l'inflation, ça ne me dit absolument rien. Je préférerais danser dans une compagnie, ou être dans une école de danse même si c'est bien plus difficile que la Fac. On pouvait croire que je ne bossais pas parce que j'ai la flemme, que je ne sais pas quoi faire dans la vie et que j'ai choisi le commerce comme « voie de garage » mais pas du tout. On m'y a obligé et j'en fais qu'à ma tête, voilà tout. J'attends le bon moment pour pouvoir me barrer de chez moi et faire enfin ce que je veux. On pourrait croire que c'est une adolescente rebelle qui parle. C'est peut-être un peu le cas. Je pensais que l'histoire avec mon ex nous rapprocherait, mon père et moi, mais pas du tout. On est toujours dans la même impasse. Bref, j'attends impatiemment mon ami qui arrive comme une fleur avec pas mal de minutes de retard. Le prof le fusille à moitié du regard et moi je rigole légèrement. Je sais directement que je ne vais m'ennuyer. Bref, je regarde mon ami qui répond à ma question. « Tu as gagné j'espère ? » J'avais un sourire à moitié amusé. Sa deuxième remarque me fait rire, oh oui je le sais. « Oui, c'est vrai, j'ai oublié que t'étais encore plus en retard qu'une fille lorsqu'elle veut faire poireauter un mec. » Je lui fais un clin d’œil tout en riant. J'aimais bien le taquiner sur tout et n'importe quoi. La voix du prof dans le micro résonna. Au début, on a essayé de faire les élèves modèles ou plutôt de faire comme les élèves classiques, qui viennent là pour bosser. Dès qu'il a commencé à parler de chiffre, il m'a déjà perdu. Je plisse les yeux pour essayer de comprendre mais sans succès. En même temps, je devrais peut être penser à relire mes cours de temps en temps pour espérer comprendre quelque chose. J'ai décroché bien vite, je préfère me la jouer lycéenne et parler avec mon ami qui est juste à côté de moi. Le prof n'existe plus à ce moment-là. J'ai même pas envie de me raccrocher au wagon, parce que je vais m'arracher les cheveux. Je n'ai jamais été douée en maths, ce n'est pas à la fac que ça va commencer. On décide de parler de la soirée d'hier. Mattias me répond qu'il va bien et qu'il ne se rappelle pas de cette soirée. Je le regarde complètement choquée. Je lui donne un coup de coude en disant « Ouais, fais pas genre tu te rappelles pas de la soirée simplement parce que tu as perdu le pari. » J'avais dis ça d'un ton un peu fort, résultat, les gens de devant se sont retournés. Je les regarde avec un petit sourire désolé alors que je ne le suis pas. Si on ne peut plus rire.. Je me penche vers mon ami pour lui chuchoter. « Désolé, mais t'as pas parié sur le bon cheval cette fois, tu me dois 80$ ! » je lui tends la main ensuite tout en riant. Son pote avait tellement tourné vite qu'il en était malade. Les gens à côté de nous, nous demande de nous taire. Je lève les yeux au ciel, ils ne sont pas marrant. Je le savais et j'avais parié contre, qu'il allait rapidement tourné. Qu'il n'allait pas supporter et j'avais raison. Je me rappelle une anecdote et j'ai le sourire aux lèvres. « A la fin de la soirée, ton pote était tellement bourré qu'il a dragué un poteau en pensant que c'était ma pote, pitoyable. » Je commence à rire, mais vraiment. Le prof s'arrête, il n'y a pas un bruit sauf nous. On fait du bruit. Enormément de bruit. Le prof se lève et nous pointe du doigt. « Excusez-moi mademoiselle, vous pouvez me dire pourquoi vous riez ? » Je m'arrête automatiquement. Je regarde Mattias tout en disant « Non, j'ai pas trop envie de faire partager, c'est un fou rire monsieur ! » il monte une ou deux marches et il répond ensuite tout en nous fixant. « D'accord, et bien si vous voulez continuer à rire, vous sortez de ma classe. Vous perturbez tout le monde et mon cours. Revenez une autre fois quand vous ne serez plus dissipés. » Il était autoritaire et catégorique. Je croise les bras et je commence à ranger mes affaires, je ne me démonte pas. Je regarde Mattias tout en disant « On bouge ? »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Dim 26 Oct 2014 - 14:54



Pourquoi mon père voulait impérativement que j’entre dans cette foutue entreprise ? Il avait déjà embauché Giulia, c’est bon quoi. Moi il était hors de question que j’y entre. Je passerais ma vie à faire des courses de voiture. De toute façon, pour le temps qu’il me restait à vivre. Si ça se trouve, je n’aurais même pas le temps de finir mes études. Enfin bref, il ne fallait pas que je pense à ce genre de chose. Le professeur commença son cours. Je n’écoutais rien. Je m’en moquais en fait. J’écoutais la réponde d’Alaska et eu un léger sourire :

« Ouais, même avec un mal de crâne comme j’ai là, j’ai gagné. Je ne sais pas comment j’ai fait par contre. » Je marquais une brève pause et rigola lorsque j’entendis sa référence : « Faut savoir se faire désirer dans la vie, ma grande. »

Je regarde le tableau, sans entendre ce que dis le professeur. Je vois des chiffres écrit : ouais bah s’il veut, on ne va pas le contrarié. J’aurais bien fait le mec qui s’intéresse au cours, en posant une question. Mais je ne trouvais aucune question débile à poser. Tant pis se sera pour une prochaine fois. Alaska me dit que je me souvenais plus de la soirée parce que j’avais perdu un pari. Euuuh ? On m’explique ? Non parce que le seul truc que je me souviens, c’est d’être entré et ensuite je me suis réveillé dans mon lit. Je posais mon regard sur elle et fronça les sourcils :

« Un pari ? Un pari sur quoi ? J’te jure que je me souviens de rien. »

J’étais on ne peut plus sérieux. Ca me faisait toujours bizarre quand quelqu’un me racontait ce qu’il s’était passé et que je m’en souvenais plus. Après si elle les voulait vraiment ces 80$, je lui les donnerais. Je n’étais pas à ça près de toute façon. Vu ce que je gagnais sur les runs, 80$ s’était vraiment pas grand-chose. Je rigolais ensuite lorsqu’elle me dit que mon pote avait dragué un poteau. Ca ne m’étonnait même pas de lui. J’avais certains dossiers sur lui qui pouvaient être très compromettant. Le professeur nous fait ensuite une réflexion. Enfin plus à Alaska qu’à moi. J’acquiesce Alaska quand elle me demande si on part ou non puis je réponds au professeur :

« Putain, on peut vraiment suivre un cours, c’est abusé… » Il me fusilla du regard, mais je commençais à ranger mes affaires. « Si vous arrêtiez de rire, peut-être que ça aiderait vous ne croyez pas ? » Je soupirais et leva les yeux au ciel. « C’est marqué dans le règlement qu’on a pas le droit de rire ?» Mes potes de l’autre côté étaient en train de rigoler. Le professeur commençait vraiment à s’énerver. « Sortez ! » Je me levais et suivis Alaska. « On fait quoi à votre avis là ? » Je continuais de descendre les escaliers et lança : « Putain mais il est casse-couille, lui. » Une fois qu’on fut sorti, je claquais la porte tel un lycéen.

« On va où ? »

Si on devait rester sur le campus autant aller se boire un café. Cependant, je doutais fort qu’Alaska veuille rester ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Dim 26 Oct 2014 - 18:39

best friends ✩
Mattias & Alaska
« On s'en fout, le principal, c'est que tu gagnes, tu ne meurs pas et que tu ramasses l'argent. » je lui fais un clin d'oeil tout en riant. Franchement, je ne préfère pas qu'il me dise quand il a une course, parce que je vais sans doute un peu trop m'inquiéter pour lui. Je vais stresser pendant le temps de toute la course. Il faudrait que j'aille voir un run, un jour, mais j'ai peur de lui porter la poisse et qu'il se plante. Je préfère le voir arriver, qu'il m'annonce la bonne nouvelle -ou pas-. Ça lui arrive de perdre, c'est un humain après tout, on a tous connu des échecs. Je fais semblant que ça ne me fait rien, mais dans le fond, il ne sait pas comment je peux paniquer pour lui. Mattias est mon meilleur ami, on est tellement proche que je ne peux pas ne pas m'inquiéter. On est la plupart du temps fourrés ensemble, qu'en déplaise à mon padre. Bref, je sortis de mes pensées lorsqu'il me sortait qu'il fallait se faire désirer. J'arquais un sourcil pour avoir un air comique et je lui réponds « Oui enfin, y'a des limites tout de même, si tu me fais poireauter une heure, je te jure que tu vas te recevoir ma main en pleine face, tu vas rien comprendre. » Je le regarde en riant. Je faisais poireauter un mec environ 20 minutes, ce qui est plutôt raisonnable, c'est le moment où on est en plein doute mais on est pas énervé. J'aime bien me faire désirer, je suis une fille après tout. J'aime bien que le mec rame un petit peu pour m'avoir. Surtout depuis Jay, j'ai bien du mal à faire confiance. J'ai bien du mal à faire rester un mec. J'ai peur, les relations longues me font flipper désormais. Avant Jay, j'étais ce genre de fille qui clamait haut et fort son caractère bien trempé mais quand il m'a frappé, je ne l'ai pas ramené. J'ai tenté de ramper comme je le pouvais pour lui échapper plutôt que de lui rendre son coup.. Bref, on avait décidé de ne pas suivre le cours, on était absolument pas motivé. Je lui parlais de la soirée d'hier, je pensais qu'il me faisait une blague, qu'il ne voulait pas me filer mon argent mais apparemment non. Mattias avait vraiment bu comme un trou hier soir et je n'avais même pas remarqué. Bref, je devais rafraîchir la mémoire de mon ami. « Hier, tu nous a ramené un mec qui se prenait littéralement pour le plus fort et tout. Super gentil, mais un peu vantard ton copain. Résultat, on a fait un jeu de boisson et j'ai dis que ce serait lui qui tournerait le plus vite, tu m'as soutenu que non, résultat, il a tourné le premier.. » Je regarde un peu autour de moi pour voir s'il n'est pas dans la salle. J'ajoutais ensuite. « Regarde, il est même pas là tellement il doit avoir mal aux cheveux. Il a été malade et il a fait plein de conneries, c'était trop drôle. » J'avais bu moi aussi mais j'avais été raisonnable, j'avais bu pour être joyeuse, ma voiture ne m'avait pas conduit chez moi en pilote automatique. On était entrain de rire avec Matt quand le prof nous a interrompu et nous demande de partir. Je range mes affaires et je me lève tandis que Mattias s'adresse au prof, je rigole à sa réflexion et je commence à me diriger près des portes de sorties lorsque le prof nous crie à moitié de sortir. Je le regarde en disant « Il n'y a pas de problèmes, merci monsieur ! » Je lui fais un clin d'oeil tout en lui souriant hypocritement, effronté comme une gamine de lycée mais je m'en fous à moitié. On est à l'université, on est des grands, mon père n'est pas prêt d'en entendre parler, du moins je l'espère sinon ça va encore partir en vrille et ça va me gonfler, mais vraiment. Tout les élèves ont le regard sur nous, certains chuchotent et sont choqués. Franchement, je m'en fous complètement de ce qu'ils pensent, s'ils ont envie de s'ennuyer, c'est leur problème. La réflexion de Mattias me fait rire et on sort de l'amphi. Nous sommes les premiers. J'attrape le bras de mon ami lorsqu'il me demande où est-ce qu'on va. Je sors mon portable pour regarder l'heure. Il n'est pas trop tard. Je me retourne vers lui tout en disant « Je n'en sais rien où tu veux. On ne retourne pas dans ce cours déjà. » Je le regarde en riant et j'ajoute ensuite « On va se prendre un café et se poser sur l'herbe pour profiter un peu du soleil ? Quitte à s'ennuyer autant faire ça n'est-ce pas ? » Je lui souris tout en passant ma main dans mes cheveux et en disant. « Aufaites t'as prévu quoi ce soir ? J'ai pas trop envie de rester chez ma mère perso, elle va encore me faire la morale, ça va me saouler vite fait.. »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Dim 26 Oct 2014 - 21:01


Je souris à la réponse d’Alaska. Si ce n’est pas la vitesse qui me ferait perdre la vie, ça serait sûrement ma maladie. Au final, je savais que je finirais par partir plus tôt que les autres. Encore une chose que ma sœur avait du mal à admettre. Elle était contre le fait que je fasse des runs mais je ne l’écoutais pas. Je n’étais pas comme elle à obéir à tout ce qu’on me disait. S’était comme ça, elle devrait avoir l’habitude depuis ces vingt et une dernières années. Je réponds donc :

« Si je meurs pas pendant une course, je mourirais à cause d’autre chose. Puis, on finit tous par mourir un jour. » Okay, s’était la phrase philosophique du jour. En même temps, malgré ce que je voulais bien montrer la mort me faisait peur. Je ne l’avouerais jamais parce que je ne montrais jamais mes faiblesses mais s’était comme ça. Je regardais Alaska et rigola : « Ose seulement me mettre une gifle, j’te jure que t’as intérêt à courir très vite ce jour-là. »

Je continuais de la regarder quelques secondes, puis détourna le regard. Est-ce que j’étais sérieux ? Peut-être… Faut s’attendre à tout avec moi de toute façon. Je ne savais pas encore quel châtiment je lui réserverais mais il était clair que ça ne passerait pas. J’aimais pas les représailles, s’était comme ça. On commençait ensuite à parler de la soirée. Elle me raconta ce qu’il s’était passé. En même temps, il était rare quand j’avais des souvenirs de mes soirées moi. Je rigolais, puis répondit :

« Vantard, j’pense pas qu’il le soit plus que moi. » Je marquais une brève pause, puis enchaina : « M’enfin si tu le dis, j’suis pas à 80$ près tu sais. »

Je lui souris puis le professeur vint nous interrompre. Il était sérieux lui ou comment ça se passait ? J’en profitai pour lui répondre, ce qui fit rire Alaska et deux/trois autres de mes potes. Mais à part ça, je n’étais pas le genre de mec à foutre le bordel en cours. Absolument pas. On sortit de l’amphi et après avoir claqué la porte, on reprit notre conversation. Si mon père savait j’allais me faire passer un savon mais je m’en moquais : il n’avait pas compris que j’en avais rien à faire de ses foutues études et je voulais vivre de ma passion. Bref, je répondis à Alaska :

« Ouais on a qu’à faire ça. » Je commençais à me diriger en direction de la machine à café, avec Alaska. Je salua deux ou trois filles que je connaissais pour les avoir croisé dans une ou deux soirées. Alaska me demanda ensuite ce que j’avais l’intention de faire ce soir. Comme si je savais ce que j’allais faire… « J’en sais rien. Ce soir, c’est trop loin pour moi. Pourquoi tu veux faire quoi ? »

Si je commençais le week-end avec un mal de tête comme j’avais là, ça risquait d’être drôle. Arrivé à la machine à café, j’en paya un à Alaska vu qu’elle prenait la même chose, puis m’en prit un pour moi, en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   Dim 26 Oct 2014 - 23:22

best friends ✩
Mattias & Alaska
La réponse de Mattias me fit froncer les sourcils. Je n'aime pas quand il dit des choses comme ça. Ca me fait mal, mais il n'a pas tort pourtant. Il peut mourir à n'importe quel moment avec sa maladie de cœur. Je le regarde en lui pinçant le bras avec une moue de gamine. « Oui, enfin le plus tard possible. J'ai besoin de toi avec moi alors je t'interdis de mourir maintenant, c'est clair. » Je lui pointais ensuite mon index sur lui avec un regard menaçant tout en essayant de paraître le plus sérieuse possible alors qu'il sait très bien que je rigole même si je le pense. J'ai besoin de lui et je n'ai pas peur de lui dire. Enfin si, un peu mais je mets toujours ça sur le ton un peu léger de la plaisanterie. Je sais que je n'ai pas fini de m'inquiéter pour lui et que les cheveux blancs vont apparaître très vite aussi. Je le regarde avec un grand sourire, j'étais bien contente que mon père se soit décidé à s'allier au père de Mattias il y a 10 ans maintenant. Je ne pensais pas qu'on allait aussi bien s'entendre la première fois que je l'ai vu mais on est devenue très vite complice. Encore plus quand nos parents nous ont coupé de nos repères pour fonder leur société à Toronto. On se chamaillait ensuite, pour rire, c'est toujours comme ça entre nous. On rigole toujours, parce que c'est toujours comme ça une amitié. Je le regarde de haut en bas lorsqu'il me menace et je lui réponds ensuite « Ne t'inquiète pas pour moi, je suis la cousine d'Usain Bolt, je cours très vite. » Je lui tire la langue comme une gamine et je ri. Il me regarde sérieusement, mais je sais qu'il plaisante, enfin j'espère, il connaît mon passé, j'arrive à en plaisanter maintenant mais ma première relation restera marqué à vie pour moi. Dans mes jours les plus noirs, je le revois et ça me fait mal mais la plupart du temps, je ne change pas, je reste cette fille avec cette bonne humeur. Je ne garde que le meilleur de moi-même car je ne veux inquiéter personne. Bref, on parle ensuite de la soirée d'hier. Il ne se rappelle de rien tandis que moi je me rappelle de la trois quart de la soirée, bien sûr, il y a des moments où c'est un peu flous, je n'ai pas bu que de l'eau. La réponse de Matt me fit rire à nouveau, ce qui perturbait encore le cours. Le prof allait devenir dingue, c'est sûr. « Non, j'avoue personne n'est aussi vantard que toi, mais c'est ce qui fait ton charme. » je lui fais un clin d'oeil tout en lui faisant un sourire d'ange. Il me dit ensuite qu'il va me donner les 80$ comme on avait dit hier. Je lui réponds ensuite « Merci, je vais me faire plaisir avec ton argent ! » je ris à nouveau tout en ayant une moue enfantine sur le visage. Le professeur pète un plomb et Mattias assure le spectacle et arrive à me faire rire. On s'en va de ce cours tellement ennuyant. Hallelujah, merci Mattias, j'adore qu'on soit dans le même cour sérieusement. On est ensuite dehors, on doit occuper notre temps, personnellement, je ne peux pas rentrer chez moi sinon ma mère va littéralement pété un plomb et mon père, je n'en parle pas Alors prions pour qu'il n'entende pas parler de ce petit incident. Honnêtement, je ne pense pas que cela va remonter aux oreilles du directeur parce que je me contente simplement d'être passive normalement. On allait ensuite en direction de la machine à café lorsque deux filles s'approchaient pour saluer Mattias. A partir de ce moment-là, mon visage s'est un peu plus fermé et je me suis un peu plus collée à Mattias vu que j'avais déjà pris son bras. Oui, je ressentais un peu de jalousie mais ça on en parle pas. Je ne conçois pas qu'une autre fille s'approche un peu trop près de mon ami. Je ne suis pas possessive mais il ne mérite pas n'importe qui c'est tout. En tous cas, j'envoyais un message aux deux jeunes femmes, après elles l’interprètent comme elles le veulent. J'avais bien du mal à retenir ma jalousie mais je n'étais pas prête à m'avouer que je vois Mattias comme plus qu'un ami. Le tout c'est que Mattias ne s'en aperçoive pas sinon, il allait sans doute pas apprécier. En tous cas, les filles ne sont pas restées avec nous, ce qui m'arrange. On arrive à la machine à café et il répond ensuite à ma question. Je le regardais tout en disant « Je ne sais pas trop, mais je sors comme je t'ai dit, mes parents me prennent trop la tête en ce moment. A moins que tu veux qu'on fasse une soirée jeux vidéos, mais c'est chez toi. » Mattias me paie ensuite un café, je lui fais un bisou sur la joue pour le remercier, comme il est mignon ce garçon avec moi, j'ai beaucoup de chances. Je le tiens d'un bras et de l'autre mon café et je l’entraîne dehors dans notre petit parc de l'université. Je vois ensuite un petit banc de libre et je m'assois ensuite en disant « Ah, on est pas mieux là qu'enfermé ? » Je lève un peu la tête pour prendre le soleil puis je bois une gorgée de mon café tout en souriant.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rappelle-moi pourquoi on est là? ◊ MATTIAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rappelle moi, pourquoi je t'ai suivi déjà ? [Flashback] - Shay Howard
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Niagara Evening 2.0 :: 
HORS-JEU
 :: ∞ Archives :: 2014 :: Rp
-
✿ KATE WALSH - Scénario de Sandro et Sienna
✿ EMMA ROBERTS - Scénario d'Aymeric
✿ MARIE AVGEROPOULOS - Scénario de Sandro et Miléna
✿ KENDALL JENNER - Scénario de Nikita
✿ DANIEL GILLIES - Scénario de Sloann
✿ DOMINIC SHERWOOD - Scénario de Karlton
✿ IAN SOMERHALDER - Scénario de Sloann
✿ STEPHEN AMELL - Scénario de Maëlys
SUJET COMMUN
Autres informations à rajouter